Signature d’une convention de partenariat entre le ministère de l’Enseignement technique et professionnel et l’UPM

0
383
Le ministre Antoine Nicéphore Thomas Fylla Saint-Eudes et le président fondateur de l’UPM, Mohamed Kabbadj signant la nouvelle convention.

Le nouvel accord a été signé par le ministre congolais Antoine Nicéphore Fylla Saint-Eudes et le président fondateur de l’UPM, Mohamed Kabbadj.

Une nouvelle convention de partenariat a été signée, mercredi 15 février, à Marrakech au Maroc, entre le ministère de l’Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l’Emploi du Congo et l’Université privée de Marrakech (UPM).

Le nouvel accord a été signé par le ministre congolais Antoine Nicéphore Thomas Fylla Saint-Eudes et le président fondateur de l’UPM, Mohamed Kabbadj.

« Nous avons profité de revisiter cette convention afin de mettre en place des dispositions nouvelles qui n’y figuraient pas et visiter l’Université pour voir dans quelles conditions nos étudiants sont logés et enseignés », a confié le ministre.

« Globalement, je pars de là satisfait de cette visite pour avoir signé la nouvelle convention, discuter avec des étudiants sur leurs conditions d’apprentissage, leurs conditions d’hébergement, sur  leurs perspectives d’emploi de demain. Donc, je suis très ravi d’avoir fait le déplacement », a-t-il ajouté.

« La question de l’employabilité ne peut pas être réglée alors que vous êtes à l’extérieur »

S’adressant aux étudiants congolais résidant au Maroc, le ministre Fylla Saint-Eudes a déclaré : « je sais que les conditions d’étude ne sont pas toujours les meilleures,  je sais aussi que la régularité de vos bourses et le paiement de vos frais académiques posent des problèmes; mais je vous exhorte à travailler malgré tout ». Car, « le gouvernement de la République s’emploiera à résoudre ces différentes questions. Il trouvera un système de financement innovant aussi bien des bourses que des frais académiques », a assuré le ministre congolais.

Sur la question de l’employabilité, ce dernier a invité les lauréats à rentrer au pays qui « a besoin de vous » et a indiqué que cette « question ne peut pas être réglée alors que vous êtes à l’extérieur ».

LAISSER UN COMMENTAIRE