Seck Mangouani offre une vision atypique de l’Egypte antique

0
515

Sur le mode d’un récit littéraire savoureux, l’œuvre de Seck Mangouani : Kannii Khepry » montre, si l’on en doutait que l’univers « égyptologique » constitue un vaste théâtre à lui tout seul dont toutes les actions concourent pour donner à l’Egypte des Pharaons des allures de grands spectacles soulignant à sa manière les traits de la nature humaine.

L’histoire de l’Égypte antique se caractérise par la longévité des institutions mises en place dès son commencement et qui, bien que n’étant pas restées totalement figées, ont résisté aux périodes les plus troubles. Au sommet de ces institutions se trouve le pharaon, roi et seul intermédiaire entre les hommes et les dieux, garant de l’ordre contre le chaos extérieur ou intérieur.

Le découpage traditionnel de l’histoire égyptienne ancienne se fait par périodes et par dynasties. La pertinence de ce découpage qui date, dans ses grandes lignes, des historiens de l’Antiquité (notamment de Manéthon), est actuellement remise en cause par les récentes découvertes archéologiques, mais il présente néanmoins l’avantage d’une relative simplicité et dont on considère généralement neuf grandes périodes. Bref.

L’antique Kama

Le roman « Kannii Khepry Reine de Kama » paru aux éditions Per-Medjat est une invite à un voyage à l’intérieur de l’Afrique, un va-et-vient entre l’antique Kama et la tradition sur fond de l’Afrique contemporaine.

L’Afrique apparait ici comme une seule et une entité depuis sa plus lointaine antiquité où un peuple de pécheurs ayant navigué, remontant le long du fleuve Hâpy, a créé une des plus grandes civilisations qu’ait connue l’humanité et dont les traces culturelles et linguistiques sont encore manifestes à l’intérieur du continent. Aujourd’hui, plus de deux mille ans après.

L’Antique Sema Tawy

C’est l’histoire des « Anous », ancêtres de Meny NàrMer qui est connu dans l’histoire comme, celui qui réalisa le Sema Tawy, première expérience de réunification sur le continent, première dynastie de l’Egypte antique unifiée. Une histoire revisitée à partir du paradigme négro-africain, dans laquelle, la paternité pour ne pas dire, la maternité, la première union de l’histoire connue de l’Afrique revient à Kannii Khepry mère de NàrMer, à qui l’on doit véritablement l’antique Sema Tawy.

LAISSER UN COMMENTAIRE