REPORTAGE. Gare routière d’Oyo : Une porte vers plusieurs destinations

0
552
Gare routière d'Oyo

La gare routière d’Oyo a été inaugurée le 28 septembre 2016. Elle est située non loin du grand marché à étage de cette localité.

Cette gare appartient à l’Etat congolais. Dans la cour y sont garés plusieurs véhicules qui sont, quant à eux, la propriété de certains citoyens autrement appelés opérateurs économiques dans le secteur du transport. Ces autobus et taxis sont disposés selon les axes routiers desservie en direction de plusieurs destinations de leurs choix.

Ils desservent les localités d’Ollombo et Gamboma dans le département des Plateaux. Ils utilisent la devanture du grand bâtiment comme quai d’embarquement. Les autobus de marque Coaster qui embarquent plus d’une trentaine de voyageurs à leur bord, prennent la direction de Brazzaville. Le site du lavage de voitures et autres véhicules est utilisé par les véhicules desservant les axes de Bokouélé, Obouya et Owando dans le département de la Cuvette. D’autres s’arrêtent à Ewo dans le département de la Cuvette-Ouest.

Selon le régisseur de cette gare, M. Alphonse Ongagna, la gare routière d’Oyo est un canal d’entrée d’argent pour le Trésor public à travers les petites recettes. Ces petites recettes sont remises au délégué qui en assure le versement au Conseil départemental d’Owando.

Le Trésor public contrôle ces petites recettes par le biais de carnets de quittances gérés par les régisseurs de la gare routière pour des besoins de traçabilité. «Lorsque nous encaissons l’argent, nous faisons des états de versement que nous remettons au délégué. Il lui revient d’aller faire les versements au Trésor du Conseil départemental à Owando», a confié le régisseur Ongagna.

Tous les véhicules qui embarquent et débarquent à la gare routière d’Oyo s’acquittent d’une taxe de stationnement. Ceux qui vont et reviennent de Brazzaville, c’est-à-dire, les autobus de marque Toyota Coaster, s’acquittent de la somme de 2500 FCFA de droit de stationnement. Les gros véhicules qui transportent les passagers et les marchandises s’acquittent de la somme de 5000 FCFA pendant que les taxis déboursent 1000 FCFA.

Lorsque des bus passent la nuit dans l’enceinte de la gare routière, ils doivent ajouter la somme de 1000 FCFA de frais de gardiennage, ce qui leur fait un total de 3500 FCFA pour les bus, 2000 FCFA pour les taxis et 6000 FCFA pour les gros véhicules.

Lorsque des véhicules tombent en panne dans l’enceinte de la gare routière, les propriétaires ou meurs chauffeurs payent à ce moment-là des frais journaliers de gardiennage correspondant au nombre de jours de leur panne. Dans le cas où le véhicule passe dix jours dans la gare par exemple, le chauffeur ou le propriétaire doit s’acquitter de la somme de 10 000 FCFA ou n’importe quel montant correspondant au nombre de jours de stationnement du véhicule en panne multiplié par 1000 FCFA par jour.

La gare routière gère également des boutiques louées à des usagers ayant signé des contrats avec l’Etat. Les petites recettes sont renforcées par des dortoirs pour permettre aux chauffeurs qui ne peuvent pas repartir le même jour de passer la nuit dans des conditions adéquates.  Ces dortoirs coûtent 3 000 FCFA la nuit.

La gare routière rencontre toutefois des problèmes d’incivisme avec des chauffeurs véreux qui tentent parfois de se soustraire du paiement de la taxe de stationnement. Ils sont souvent rattrapés avec l’aide de la police  qui les ramène dans les services du la gare routière où ils a-acquittent leurs taxes avant de repartir.

La gare routière emploie huit personnes dont deux régisseurs. Elle est dotée d’une grande salle d’attente et de toilettes modernes.

LAISSER UN COMMENTAIRE