Réponse du berger de la télévision française M6 à la bergère algérienne

0
258

TRIBUNE. Suite à la réaction outrancière des autorités algériennes à l’encontre de la chaîne privée française de télévision M6, cette dernière a publié, le 22 septembre 2020, un communiqué dans lequel elle assure que son équipe qui a réalisé le reportage, diffusé dans le magazine « Enquête exclusive », bénéficiait bien d’une autorisation de tournage délivrée initialement en mai 2018 et prolongée plusieurs fois jusqu’en 2019.

Elle précise que l’équipe a même « été contrôlée à plusieurs reprises par les autorités algériennes », qui l’ont laissée travailler au vu de cette autorisation.

La chaîne de télévision M6 a, par ailleurs, réitéré sa totale confiance au producteur du reportage, Patrick Spica, ainsi qu’aux journalistes qui ont réalisé cette enquête dans le respect des principes déontologiques attachés à leur profession, ajoutant que les évolutions de la société algérienne constituent un sujet d’intérêt général qui mérite d’être traitées dans le cadre du droit légitime à l’information du public.

Pour rappel, le Ministère algérien de la Communication avait déclaré, le 21 septembre 2020, « ne plus autoriser » la chaîne privée française à opérer en Algérie, l’accusant d’avoir dans ce reportage porté « un regard biaisé sur le Hirak » et de l’avoir fait réaliser par une équipe munie d’une « fausse autorisation de tournage ».

Une interdiction qui n’est que le signe d’une extrême fébrilité du pouvoir du Président algérien sieur Tebboune et toute piqûre qui rappelle l’existence du mouvement Hirak, sa capacité à se réorganiser sur les réseaux sociaux et la légitimité contestée des dernières élections sont autant de faits jugés intolérables par le pouvoir algérien donnant lieu à des accusations d’ingérence étrangère visant « à fissurer la confiance établie entre le peuple algérien et ses institutions » qui fleurent bon le complotisme et surfent sur la fibre nationaliste.

Le reportage incriminé a montré des choses qui ne doivent surtout pas plaire à la secte des frères musulmans, allié indéfectible du pouvoir algérien.

Quant à la starlette de maquillage qui fait le show à l’européenne pour des produits turcs mais qui s’offusque après coup, après la diffusion, qu’on aurait censuré une partie essentielle de ses propos notamment là où elle disait qu’elle est très fière d’être musulmane.

A moins que ce qui dérange dans je documentaire c’est d’avoir montré des écoles d’embrigadement d’enfants innocents de 4-5 ans, à Chelghoum, et qu’il était dit qu’il en existe plusieurs dizaines de ce type, des écoles préscolaires livrées à des bandes de jeunes, filles et garçons, d’une vingtaine d’année à jouer aux apprentis sorciers qui ont avoué que leur objectifs et d’empêcher à ces petits enfants de devenir comme le reste de la société « dépravée , trop européanisée » à leur goût et il faut corriger tout ça dès la base pour préparer les nouvelles générations selon la sauce des frères musulmans, un investissement sur l’avenir.

Enfin, le reportage de M6 est tombé comme un cheveu dans la soupe, gênant le rapprochement entre Alger et Paris que même la condamnation à une lourde peine de prison du correspondant local de TV5 et RSF, Khaled Drareni, n’a pas altéré.

Farid Mnebhi.

LAISSER UN COMMENTAIRE