Rémy Ayayos Ikounga après sa retraite sportive: je laisse l’AC Léopards en bonne santé

0
513
Rémy Ayayos Ikounga

Le colonel Rémy Ayayos Ikounga, mythique président de l’AC Léopards, a remercié Dieu pour avoir béni son parcours sportif trois semaines après l’annonce de sa retraite sportive aux membres du Bureau exécutif du célèbre club de Dolisie.

Dans un entretien au journal La Semaine Africaine, le mécène sportif a confié qu’il n’a pas pris cette une telle décision de gaieté de cœur et a reconnu que l’annonce de sa retraite sportive « ne pouvait que susciter de nombreuses réactions, partant de l’étonnement jusqu’à la désolation », a reconnu le mythique président de l’AC Léopards.

« Je comprends la tristesse des gens, mais je sais aussi que cette réaction a été teintée de compréhension et de gratitude vis-à-vis des efforts que j’ai fournis et du bonheur que j’ai pu procurer aux Dolisiens », a-t-il déclaré dans les colonnes du bi-hébdomadaire congolais.

Dans cet entretien exclusif, Rémy Ayayos a confié qu’il n’a pas pris cette telle décision de gaieté de cœur, mais que « le temps était venu de faire une halte, de réfléchir sur tout ce parcours que j’ai eu et sur les instants présents, en écoutant aussi les voix de mes proches. »

Il aurait ainsi voulu aussi répondre particulièrement à sa famille qui, depuis deux ans, l’interpellait sur les sacrifices trop énormes qu’il consentait pour l’équipe et le sport en général.

Quoi qu’il en soit, il a assuré avoir laissé une équipe en bonne  santé qui peut encore gagner cette saison.

Par ailleurs, a-t-il confié, « en partant, j’ai pu réunir par mes soutiens et par mes efforts la somme de 50 millions que j’ai confiée à la direction provisoire actuelle pour commencer les entraînements et préparer la Coupe d’Afrique. On ne pouvait pas faire mieux ».

Enfin, le mécène  sportif a promis qu’il « reste Dolisien, un membre de la famille Léopards » et que son soutien sera toujours sans faille. « Nous devons rester unis sans penser que ce retrait soit un abandon ».

LAISSER UN COMMENTAIRE