Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre (Maroc)

0
263
Les importations et les exportations de marchandises enregistrent des baisses respectives de 17,5% et de 18,3%, en glissement annuel.

En glissement annuel, les échanges commerciaux de marchandises ont connu une baisse tant au niveau des importations que des exportations respective de 17,5% et de 18,3%, au titre du premier semestre 2020, a annoncé récemment l’Office des changes.

En glissement trimestriel (comparaison entre le premier trimestre et le deuxième trimestre de l’année 2020), cette baisse a été de 25,1% pour les importations et de 23% pour les exportations, a-t-il indiqué.

D’après les indicateurs des échanges extérieurs à fin juin, le déficit des échanges commerciaux de marchandises s’est ainsi allégé de 16,2% soit 16,6 Mds DH, tandis que le taux de couverture a connu un léger repli de 0,6 point.

Selon l’Office des changes, la baisse des importations de biens résulte du « recul des achats de la quasi-totalité des groupes de produits en l’occurrence, de produits finis de consommation (-14.296MDH), de biens d’équipement (-13.137MDH), de produits énergétiques (-12.041MDH), de demi-produits (-8.799MDH) et de produits bruts (-2.069MDH) », a-t-il expliqué relevant, en revanche, un accroissement des achats de produits alimentaires de 6.695MDH.

Dans son bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs des six premiers mois de l’année, l’Office a également indiqué que « l’allègement de 31,4% de la facture énergétique (26.345MDH à fin juin 2020 contre 38.386MDH à fin juin 2019) est dû principalement à la baisse des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils (-7.106MDH) ». 

D’après la même source, cette variation est attribuée à l’effet prix en baisse de 28,3% (4.105 DH/T à fin juin 2020 contre 5.724 DH/T un an auparavant), alors qu’en parallèle, les quantités importées se sont élevées à 2.926mT contre 3.340mT, soit -12,4%.

Quant aux importations de produits alimentaires, il ressort des données recueillies par l’Office qu’elles ont atteint 31.574MDH à fin juin 2020 contre 24.879MDH une année auparavant, en raison de la hausse des achats du blé (+2.620MDH) et ceux de l’orge (+1.433MDH).

Commentant la baisse des exportations de 27.231MDH (121.304MDH contre 148.535MDH un an auparavant), les analystes de l’Office ont expliqué ce recul par la diminution des ventes de la quasi-totalité des secteurs. C’est notamment le cas du secteur de l’«Automobile » qui a réalisé des ventes de l’ordre de 28.145MDH contre 42.011MDH en 2019, soit une baisse de 33% équivalant à 13.866MDH ; du « Textile et cuir » (12.315MDH contre 18.910MDH, soit -34,9% ou -6.595MDH) ; de l’« Aéronautique » (6.937MDH contre 8.471MDH, soit -18,1% ou -1.534MDH) et de l’« Agriculture et agro-alimentaire » (33.149MDH contre 34.649MDH, soit -4,3% ou -1.500MDH).

Il est à souligner que la baisse des ventes a été aussi ressentie au niveau des « Autres extractions minières » (1.568MDH contre 2.231MDH, soit -29,7% ou -663MDH); des « Phosphates et dérivés » (24.995MDH contre 25.501MDH, soit -2% ou -506MDH) ; de l’« Electronique et électricité » (4.805MDH contre 5.068MDH, soit -5,2% ou -263MDH) ainsi que d’«Autres industries » (9.390MDH contre 11.694MDH, soit -19,7% ou -2.304MDH ».

Dans son dernier bulletin, l’Office a attribué la dégringolade des exportations du secteur automobile au titre du premier semestre principalement au recul des ventes de la construction de 40,3% (7.427MDH). 

Cette évolution est aussi due à la baisse des ventes du « Câblage » et de l’« Intérieur véhicules et sièges » respectivement de 38,8% (6.503MDH) et de 26,2% (1.052MDH), a-t-il poursuivi soulignant que la part de ce secteur dans le total des exportations s’est ainsi élevée à 23,2% contre 28,3% un an auparavant.

S’agissant des exportations du secteur « Textile et cuir » dans les six premiers mois de l’année 2020, il apparait que celles-ci ont été affectées principalement par le recul des ventes des « Vêtements confectionnés » (-4.832MDH) et des « Articles de bonneterie » (-1.416MDH), a fait savoir l’Office. Tandis que les exportations du secteur « Aéronautique» ont affiché une baisse de 1.534MDH.

Il est à noter qu’en parallèle, il ressort de ces analyses que les exportations du secteur « Agriculture et agro-alimentaire » ont accusé une baisse de 4,3% à fin juin 2020 suite essentiellement au repli des ventes de l’« Industrie alimentaire » de 6,4% ou -1.092MDH.

L’Office a enfin relevé que « les ventes de l’agriculture, sylviculture, chasse et celles de la pêche, aquaculture restent quasiment stables », soulignant, en revanche, que la part de ce secteur dans le total des exportations a gagné 4 points passant de 23,3% à fin juin 2019 à 27,3% à fin juin 2020.

A signaler que la balance des échanges de services a enregistré un excédent en baisse de 20,8% (soit 8.436MDH) à +32.207MDH au titre du premier semestre de l’année 2020, contre +40.643MDH à la même période de l’année précédente.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE