RD Congo: Le draft 0 du Plan national du numérique présenté à Tshisekedi

0
208

Le Président Félix Tshisekedi a reçu lundi 12 août le draft 0 du Plan national du numérique. Cet important document sera discuté pour validation lors d’un atelier qui se tiendra du 03 au 05 septembre prochain à Kinshasa.

Cet Atelier de validation verra la participation de près de 250 délégués issus du secteur du numérique, des entreprises publiques et privées, des milieux universitaires et de la recherche.

Des géants du monde du numérique à l’instar de Facebook, mais aussi des partenaires techniques et financiers y prendront également part, selon la présidence assurant que “des Congolais de toutes les couches seront associés à cette démarche en vue de s’en approprier et d’en assurer une plus large vulgarisation”.

Dans un communiqué, elle précise que le draft 0 présenté au chef de l’Etat congolais “est le fruit d’un travail de titan abattu près de trois mois durant par une cinquantaine de consultants et d’experts, sous l’impulsion personnelle du Chef de l’Etat, dans sa vision de doter le pays d’un plan et d’une feuille de route pour son émergence économique”. 

Pour rappel, le Plan national du numérique vise plusieurs objectifs dont la modernisation de l’administration et la mutualisation des ressources et les infrastructures pour permettre de réaliser des gains significatifs en termes d’efficacité et d’efficience à travers une plateforme numérique.

Ce plan vise aussi à permettre aux citoyens et aux entreprises d’interagir en ligne avec l’Administration publique et les partenaires, à offrir aux usagers des services de meilleure qualité en leur permettant de réduire les coûts et les délais et en leur garantissant un maximum de transparence, à positionner la RDC comme un hub technologique sous-régional ainsi qu’à réduire sensiblement la corruption et l’évasion fiscale.

Soulignons que quatre piliers forment l’ossature dudit Plan (les infrastructures, la production et l’hébergement du contenu, les usages applicatifs et la gouvernance et la régulation) qui entend également de faire du numérique un vecteur du développement économique et humain, une source de productivité et de valeur ajoutée pour les autres secteurs économiques et pour l’administration publique.

Adrien Thyg

LAISSER UN COMMENTAIRE