RD Congo. LUAMBO MAKIADI « Franco » : 08 dates clés de sa carrière musicale

0
725
Luambo.

RETRO. De ses débuts avec Paul Ebengo « Dewayon » et Albert Luampasi, à la création de l’OK Jazz, focus sur les éléments marquants de la carrière musicale du légendaire héros de la « Rumba Odemba » Luambo Franco.

Luambo Makiadi, est l’un des plus grands artistes africains. Sa carrière a été jalonnée de succès et de réalisations multiformes.

Gros plan sur les Huit plus beaux d’entre eux.

01- La Disparition de Joseph Emongo, le père de Luambo.

1949, l’adolescent de 11 ans qu’était Franco perd son père Joseph Emongo, du coup le chemin de l’école est fermé par manque de soutien.

1950, Mama Hélène Mbonga Makiese et ses enfants quittent la rue Opala, à Dendale (Kasavubu) pour s’installer comme locataires dans la parcelle, sise rue Bosenge n°100 à Ngiri-Ngiri Léopoldville, quartier « Far-West », lieu qui se trouve être la propriété de la famille Paul Ebengo « Dewayon ». Luambo tombe ainsi à point nommé sur Paul Ebengo qui possède une guitare de fortune avec laquelle il est suffisamment avancé dans la pratique. Les deux vont se lier d’amitié. Ainsi Franco poursuit l’apprentissage de la guitare auprès de « Dewayon » avant de faire la connaissance du guitariste bien confirmé Albert Luampasi, vedette des éditions Ngoma et chef du groupe « Bandibu », vivant également à Ngiri-Ngiri, Rue Lokelenge. 

02- Intégration de Luambo Franco dans le groupe « Bandibu »

1952 – Albert Luampasi, qui est émerveillé par le talent de Luambo, l’intègre dans son groupe « Bandibu » Une longue tournée va les conduire dans le Bas-Congo, particulièrement à Moerbeke (Kwilu Ngongo) où ils séjourneront plusieurs mois. A cette époque, Albert Luampasi avait déjà sorti aux Editions Ngoma quatre chansons qui lui avaient permis de se tailler une solide réputation : « Chérie mabanza » – « Nzola andambo » disque Ngoma n°732 – « Ziunga kia tumba »- “Mu kintwadi kieto » disque Ngoma n°734

03 – 1953- Luambo Franco quitte le Groupe « Bandibu » pour le groupe Groupe Watam

1953 – De retour à Kinshasa, Luambo rejoint Paul Ebengo « Dewayon » qui vient de créer avec les musiciens, Louis Bikunda, Ganga Mongwalu et Mutombo le groupe Watam.-Paul Ebengo «Dewayon » et son groupe ont déjà marqué leur présence au studio « Loningisa » avec la sortie sur disque, le 05 Février 1953 de deux premières chansons de Paul Ebengo « Dewayon » : « Bokilo ayébi kobota » et «Nyekesse ». Disque Loningisa n°0100.

D’ailleurs, au grand plaisir des mélomanes de Ngiri Ngiri, le Groupe « Bandibu » d’Albert Luampasi fusionne pendant quelque temps avec le Groupe Watam de Paul Ebengo «Dewayon», et se sont produits régulièrement, chez «Kanza bar », rue Bosenge à Ngiri-Ngiri.

04 – Paul Ebengo « Dewayon » présente Luambo Franco à l’éditeur grec des éditions Loningisa, Papadimitriou

1953 – Le 09 Août, Paul Ebengo « Dewayon » présente Luambo à l’éditeur grec des éditions « Loningisa » Papapadimitriou, qui lui fait signer le même jour un contrat de production d’une durée de 10 ans, après un essai très concluant. Papadimitriou est tellement impressionné par le talent du jeune Luambo qu’il lui offre une sensationnelle guitare moderne, dont il sera attribué l’appellation « Libaku ya nguma » (la tête du boa).

En effet, aussi grande que Luambo lui-même (15 ans), l’interessé a su manier cette grande guitare avec une troublante force d’expression pendant la session d’enregistrement. C’est son premier véritable instrument professionnel, avec lequel, il accompagne pour la première fois, Paul Ebengo « Dewayon » en studio. Notamment, dans les quatre morceaux ci-après :

-« Esengo ya mokili » – « Tuba mbote » disque n°0111 du 12-08-1953 (Dewayon)

-« Bikunda » – « Groupe Watam », disque n°0112 du 12-08-1953 (Dewayon)

05 – Le tout premier disque de la carrière de Luambo « Franco »

1953, Le 17 NovembreLuambo Franco enregistre avec le Groupe Watam, ses deux premières compositions aux Editions Loningisa : « Lilima chérie wa ngai » et « Kombo ya Loningisa » disque n°0122.

Sur la même lancée Luambo Franco accompagne le groupe Watam dans les compositions : « Yembele Yembele» et «Tango ya pokwa»(Dewayon) disque n°0123 du 16 Décembre 1953 « Tongo etani matata» et «Tika kobola tolo » (Mutombo) disque n°0124 du 17 Décembre 1953.

06- 1954, Luambo Franco dans le groupe LOPADI (Loningisa de Papadimitriou)

François Luambo Franco, qui est déjà une figure majeure au sein des éditions Loningisa, ne pouvait plus passer inaperçu du personnage prestigieux qu’était Henri Bowane au sein de cette firme. (Dr. artistique, auteur-compositeur, guitariste et impresario). Il intègre François Luambo a qui il a attribué le sobriquet «Franco», Philippe Lando « Rossignol » et d’autres musiciens au sein du groupe LOPADI (Loningisa de Papadimitriou) l’orchestre Maison dirigé par Henri Bowane.

Le 14 Octobre 1955, Luambo Franco enregistre ses deux premiers chefs d’œuvre qui d’emblée vont le confirmer comme l’un des rares authentiques poètes et guitaristes révélés par la scène congolaise. Il est adulé par tous les mélomanes, particulièrement par les femmes qui lui attribuent le surnom de « Franco de mi amor». Ces compositions portent sur le catalogue « Loningisa », les titres : « Marie Catho » et « Bayini ngai mpo na yo » (Béatrice) Disque n°0129

Très émouvant, ce disque est salué comme la plus grande réussite de l’année 1955. Le premier disque « populaire » de Luambo Franco, celui qui a accentué sa popularité au Congo et en Afrique. Fort de ce succès et au moment où la concurrence battait son plein entre les labels « Ngoma » et «Opika», « Loningisa » va au mieux valoriser le talent de ses musiciens et particulièrement celui de Luambo Makiadi, qui dans ses premières œuvres recherche dans l’harmonie et le rythme, des subtilités sonores uniques.

C’est ainsi qu’à partir de cette date, on trouvera la guitare de Luambo Franco sur des dizaines de disques accompagnant divers musiciens de la Firme Loningisa, comme en témoignent quelques véritables « best of » de l’époque, réalisées entre Novembre 1955 et Juin 1956. C’est-à-dire, avant la création de L’OK Jazz.

07 – 1956 – La naissance de l’orchestre O.K. Jazz

Le 6 Juin 1956 quelques musiciens issus du groupe «Bana loningisa» engagés par Oscar Kassien (plus tard Kashama) et qui avait pris l’habitude dans le dancing OK Bar, (établissement qui porte ses initiales), tous les samedis soir et Dimanches après-midi, en dehors de leur emploi pendant la semaine au studio, se constituent ainsi en orchestre qui porte le nom « OK Jazz ». L’idée de cette appellation est venue de Jean Serge Essous qui avait trouvé mieux d’honorer Oscar Kassien pour la noble initiative prise par lui d’octroyer au groupe, les instruments et le bar. (Même si par la suite les initiales OK seront interprétés : «Orchestre Kinois »)

Le nouvel orchestre sous la houlette d’Oscar Kassien fait sa sortie officielle le vendredi 06 juin 1956 au bar-dancing « Home de Mûllatre » (siège de la communauté Métis de Kinshasa dont Kassien était un des membres influents – Rue Ruagandingi/croisement Prince Beaudouin).

Oncompte les musiciens ci-après : : Jean-Serge Essous (clarinette – chef d’orchestre) – Luambo « Franco  (guitare solo)  – Daniel Loubelo  « De la lune » (guitare accompagnement, puis bassiste plus tard, après le départ de « Roitelet »)- Augustin Moniania « Roitelet » (guitare basse) –  Saturnin Pandi (tumbas) – Nicolas Bosuma « Dessouin » (guitare – tumba) – Philippe Lando « Rossignol » (chant) et Victor Longomba «Vicky » (chant) (a rejoint le groupe qu’après semaines.)

Quoi qu’il en soit, pendant les concerts, ce nombre n’était pas limitatif. La famille Loningisa était tellement soudée, au point où ses sociétaires de marque pouvaient s’improviser à leur guise pendant les concerts de l’OK Jazz.

Luambo Makiadi Franco s’affirme aussitôt après la création de l’OK Jazz, comme l’une des plus marquantes personnalités de la rumba authentique dans son ensemble. Il rivalise avec les deux meilleurs guitaristes de la musique congolaise, de l’époque ; Emmanuel Tshilumba wa Baloji « Tino Baroza » et Nicolas Kasanda « Dr Nico». Luambo Franco galvanise toute la sympathie et l’émotion des mélomanes, par la finesse de son doigté, et surtout le dynamisme et la compétence de ses collègues de l’OK Jazz.

Toutefois, Il s’impose comme le meilleur spécialiste du jeu en sixte, technique qui consiste à jouer la guitare en pinçant plusieurs cordes à la fois, style à partir duquel il a donné naissance à « L’école OK Jazz » basée sur la « rumba odemba», dont la rythmique et la gestuelle serait issue du folklore de la tribu Mongo de Bandaka (RDC). L’exploit de Luambo à la guitare, a reconnu un spécialiste, c’était aussi de ne jouer qu’avec trois doigts de la main gauche avec un doigté très particulier.

08 –1959 – La fin tragique de Luambo Makiadi « Franco »

Le meilleur de Luambo Franco, aussitôt après la création de l’OK Jazz en 1956 y demeurera absolument intact, jusqu’à sa disparition en 1989 (33 ans d’OK Jazz).

Si chaque époque génère son Messie, on peut affirmer que Luambo MakiadI a constitué pendant tout son règne, le « Messie » de la musique congolaise, dont l’œuvre a pris un caractère de parole d’évangile. Hélas ! Comme tout Messie humain, Luambo Makiadi Franco n’a pas échappé à notre sort commun : La mort. Elle est intervenue le 12 Octobre 1989 à Namur en Belgique. Rapatrié le 15 Octobre à Kinshasa il a été inhumé le 18 Octobre au cimetière de la Ngombe, après tous les honneurs dus à un dignitaire, un héros national. 

Ci-après : « Bana Ok », une composition de Franco dédiée aux membres de l’OK Jazz du 05 Juillet 1956 – Disque loningisa n° 0158

Clément OSSINONDE

LAISSER UN COMMENTAIRE