Le Conseil mondial de la diaspora congolaise (CMDC) se penche sur la sortie de crise en République Démocratique du Congo

0
2484

Nous publions ci-dessus l’intégralité du Rapport final de la Réunion d’urgence du Conseil mondial de la diaspora congolaise (CMDC) parvenu à notre rédaction:

Nous membres du Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC),

– Considérant que la République Démocratique du Congo est dans une crise politique profonde avec le non respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre qui est arrivé à son terme le 31 décembre 2017

– Considérant que toutes les institutions sont largement hors mandat et réputées démissionnaires sans aucune forme de procès et qu’ainsi des dispositions justes doivent être prises,

– Rappelant que la République Démocratique du Congo est régie par des institutions issues des élections  de novembre 2011,

– Soulignant que la crise congolaise est la plus grave après la seconde guerre mondiale,

– Scandalisés par les violences très graves perpétrées contre la population congolaise qui manifestait pacifiquement le dimanche 31 décembre 2017 sur initiative de Laïcs catholiques,

– Horrifiés par les violations  des lieux de culte de l’Eglise Catholique commises à cet effet qui portent une grave atteinte à la liberté religieuse,

– Convaincus que seule une transition exceptionnelle permettra une vraie sortie de crise en République Démocratique du Congo,

– Soulignant qu’il y a urgence de se mobiliser pour éviter un chaos imminent en République Démocratique du Congo, préparé par le pouvoir illégitime et dictatorial en place,

– Rappelant que la situation actuelle de notre pays doit être examinée avec réalisme et sans passion, tant cette situation empêche aujourd’hui de croire à l’organisation des bonnes élections en 2018,

– Soulignant que la justice est la clé de la démocratie, et qu’il est inacceptable que depuis des décennies que la diaspora congolaise, bailleur de fonds par excellence du peuple congolais, soit exclue de la vie citoyenne, notamment du processus électoral, eu égard aussi au principe de l’irrévocabilité de la nationalité congolaise d’origine,

– Soulignant  qu’il   y   a  urgence   de  repenser   totalement   le  processus  électoral   congolais  et notamment  la  structure, la  composition   et  le   fonctionnement  de  la  Commission  Electorale Nationale Indépendante (CENI) devenue un bureau du pouvoir en place,

– Convaincus que compte tenu du temps imparti et des pièges établis de mauvaise foi, la pression de la Communauté internationale et son financement du processus électoral congolais ne permettront pas l’organisation des élections nationales justes, crédibles, libres et transparentes d’ici à décembre 2018,

– Considérant qu’une situation exceptionnelle de grave crise appelle des mesures ou des options exceptionnelles et historiques,

– Etant  très  attachés  aux  valeurs  de  justice, de  paix,  de  liberté,  de  fraternité  et  de  solidarité proclamées au niveau international, notamment dans le cadre de l’Organisation des Nations Unies (ONU),

– Convaincus qu’il est très difficile de bâtir un Grand Congo sans être en harmonie avec les peuples du monde, ou sans participer de manière responsable au concert des nations au niveau international,

– Mus par l’engagement de bâtir un nouveau Congo plus grand et plus beau qu’avant dans la paix devant Dieu, nos ancêtres et les peuples du monde,

Déclarons :

  1. De l’ordre du jour de la réunion d’urgence

L’ordre du jour comprenait les points suivants :

– La mobilisation du Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) face à l’imminence d’une crise majeure et terrible en République Démocratique du Congo ;
– l’analyse de l’intelligence congolaise face à la crise congolaise actuelle,
– les propositions utiles pour une transition exceptionnelle réussie.

  1. La mobilisation du Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC)

Une réunion d’urgence du Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) s’est tenue ce mercredi 03 janvier 2018 à Paris en France pour contribuer à une mobilisation sans précédent de la diaspora congolaise et de la population sur place en République Démocratique du Congo. La réunion a été présidée par  Monsieur  Jerry IZOUELE DJAMBA qui a été désigné Rapporteur Général de la réunion.

La réunion a commencé par le rappel des objectifs du CMDC. Le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise, CMDC en sigle, a été créé le samedi 09 mars 2013 à Bobigny dans la banlieue parisienne en France. Le CMDC est une association loi 1901 déclarée le 24 mai 2013 à la Préfecture de Paris et enregistrée sous le numéro W751219882. Son identifiant SIRET est : 794 390 419 00016. Le siège mondial du CMDC est établi à Paris en France. Le CMDC est une organisation non gouvernementale de développement, de solidarité, de citoyenneté et d’aide humanitaire à vocation internationale.

  1. L’analyse de l’intelligence congolaise face à la crise congolaise actuelle

Il importe de souligner qu’il a été demandé à chaque participant de recenser les différentes propositions de Congolais face à la grave crise que nous connaissons. Ce qui reste est de trouver les voies et moyens d’appliquer toutes les bonnes propositions en évitant des intérêts égoïstes. Les membres ont passé au peigne fin les propositions des intellectuels congolais, des plateformes de Congolais de l’étranger, des partis et plateformes politiques engagées dans le changement et/ou la mise en place de la transition, des associations engagées dans l’aide humanitaire au Congo. Avec la modestie que cela requiert, les résultats sont les suivants :

– 88% de réflexions soulignent le fait que la République Démocratique du Congo est dans l’impossibilité d’organiser de bonnes élections dans une situation de crise. Il faut donc se mobiliser pour sauver d’abord le Congo en danger.

– 82% de réflexions demandent une transition exceptionnelle avant le 1er mars 2018.

– 80% fustigent la classe politique congolaise considérée comme responsable de la crise

congolaise. Globalement, la majorité illégitime et l’opposition complaisante, inefficace et

corrompue sont mises dans un même sac. La confiance est retirée à la majorité et à presque toute l’opposition.

– 78% soulignent le silence scandaleux de la communauté internationale face à un vrai génocide congolais.

– 70% de propositions se complètent ou se chevauchent en ce qui concerne le programme économique et social, et soulignent l’urgence sécuritaire. La réforme en profondeur de l’armée, de la police, des services des renseignements et de l’immigration est exigée avant l’organisation des bonnes élections.

– 65% estiment que l’Accord de la Saint-Sylvestre a pris fin le 31 décembre 2017 et que la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) doit tirer toutes les conséquences du non respect de cet accord par le pouvoir  en place avec la complicité d’une classe politique  irresponsable.

– 60% réclament un renouvellement total de la classe politique congolaise et appellent à la responsabilité des responsables politiques et économiques devant la justice.

– 80% demandent la démission de tous les membres des institutions hors mandat et la mise en place des institutions de la transition.

– 75% réclament qu’une place importante soit donnée aux nouvelles générations, notamment aux jeunes, et aux femmes.

 4-Les propositions utiles pour une transition réussie

Après analyse de l’intelligence congolaise face à la crise, le Conseil Mondial de la Diaspora Congolaise (CMDC) résume les propositions utiles. Il s’agit de :

1° Une transition exceptionnelle s’impose en République Démocratique du Congo.

2° Le Peuple Congolais n’acceptera pas une transition exceptionnelle sans l’application du principe du renouvellement politique dans toutes les institutions de la transition. Il tient à mettre hors d’état de nuire une certaine classe politique qu’il considère comme pourrie.

4° La durée réaliste d’une transition réussie est de 18 à 36 mois.

5° Il y a lieu de mettre en place d’urgence les institutions ci-après de la Transition :

– Le Gouvernement de Transition ;
– le Parlement de Transition ;
– la Constituante ;
– les organes d’appui à la démocratie.

La journée de réflexion a débuté à 9heures 30 et s’est terminée à 20 heures par la prière pour tous les Congolais qui ont perdu la vie pour la cause commune.

Ainsi fait à Paris, le 3 janvier 2018

Jerry IZOUELE  DJAMBA
Le Rapporteur

LAISSER UN COMMENTAIRE