Une puissante coalition mondiale en faveur de l’égalité de rémunération pour les femmes

Une nouvelle initiative va encourager les politiques innovantes et les pratiques efficaces pour l’égalité salariale hommes-femmes à travers le monde

0
450

L’un des obstacles les plus tenaces à la réussite des femmes et à la croissance économique, l’inégalité salariale, va être activement combattu par un nouveau partenariat mondial, la Coalition internationale sur la rémunération égale (EPIC en anglais).

Avec le lancement d’EPIC, l’Organisation internationale du Travail (OIT), ONU Femmes et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) rassemblent divers acteurs aux niveaux mondial, régional et national pour aider les gouvernements, les employeurs et les travailleurs et leurs organisations, et d’autres parties prenantes, à faire de l’égalité salariale entre hommes et femmes pour un travail de valeur égale une réalité.

«L’une des manifestations les plus visibles, tangibles et répandues de la discrimination, c’est qu’à travers le monde les femmes sont toujours moins bien rémunérées que les hommes pour un travail de valeur égale. C’est pour cette raison qu’a été développée l’initiative sur la rémunération égale et qu’il s’agit d’un domaine prioritaire de l’Initiative du centenaire de l’OIT sur les femmes au travail. Le principe d’un salaire égal pour un travail de valeur égale est inscrit dans la Constitution de l’OIT de 1919. Cent ans d’attente, c’est bien trop long; nous devons tous œuvrer ensemble pour faire du salaire égal pour un travail de valeur égale une réalité», a déclaré Guy Ryder, Directeur général de l’OIT.

L’EPIC est une réponse mondiale à un grave problème qui est élevé au rang de priorité dans les Objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU, en particulier la Cible 8.5 qui appelle à garantir un salaire égal pour un travail de valeur égale d’ici à 2030. L’égalité des rémunérations, en plus de l’autonomisation des femmes, peut avoir un impact considérable pour réaliser d’autres objectifs, à savoir promouvoir des sociétés inclusives, réduire la pauvreté, créer les conditions du travail décent et de l’égalité des sexes.

Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice générale de l’ONU Femmes, a déclaré: «Rien ne justifie l’inégalité salariale pour une femme quand elle exerce un travail d’égale valeur à celui d’un homme. Cette injustice est ignorée depuis trop longtemps et, ensemble, nous allons y mettre un terme. L’égalité de rémunération pour les femmes se traduit par des bénéfices tout au long de la vie pour elles et pour leurs familles: de meilleures perspectives de carrière et de gains tout au long de la vie, une plus grande indépendance, davantage d’investissements dans l’éducation et la santé de leurs enfants».

Les employeurs et les syndicats, ainsi que d’autres acteurs concernés, auront un rôle central à jouer dans l’application et le déploiement des politiques en faveur de l’égalité de rémunération. Une Plateforme des champions, lancée en début d’année par l’ONU Femmes lors de la Commission de la condition de la femme, va également contribuer à renforcer la mobilisation en faveur de l’égalité salariale, dans le cadre de l’EPIC.

Un récent rapport OIT-Gallup, s’appuyant sur un sondage représentatif effectué dans 142 pays, montre qu’hommes et femmes souhaitent indifféremment que les femmes aient accès à un emploi rémunéré mais il reste toute une série de défis à surmonter pour les femmes au travail, dont l’inégalité salariale, l’équilibre entre travail et responsabilités familiales, la difficulté d’accès à des modes de garde abordables et l’inégalité de traitement.

Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, a relevé que «les inégalités entre les sexes ont de nombreuses causes, qu’il s’agisse de politiques inadéquates, de lois et de réglementations discriminatoires, d’incitations économiques inefficaces, des pratiques professionnelles, des normes et institutions sociales». Il a affirmé: «Il est de notre ressort d’améliorer immédiatement la qualité de vie de centaines de millions de femmes, et de leurs familles, si nous réussissons à obtenir l’égalité de rémunération entre hommes et femmes».

La question de la rémunération égale figure toujours en tête des priorités des Nations Unies. Cette année, le Groupe du haut niveau du Secrétaire général de l’ONU sur l’autonomisation économique des femmes, a publié un rapport consacré aux actions de transformation indispensables pour faire progresser l’autonomie économique des femmes, soulignant l’importance d’un salaire égal pour un travail de valeur égale.

L’action novatrice de la toute nouvelle EPIC contribuera grandement à remettre en cause certaines des principales hypothèses qui renforcent les inégalités salariales, qui ont aussi été mises en exergue par le Groupe de haut niveau et par le rapport OIT-Gallup.

LAISSER UN COMMENTAIRE