Procès Mokoko et Dabira: la presse a-t-elle joué son le rôle ?

0
536

Les procès de Mokoko et de Dabira ont suscité beaucoup d’intérêt et de curiosité au sein de la population, des médias nationaux et internationaux. Au terme de ces deux procès, la question que l’on peut se poser est celle de savoir si la presse, tant nationale qu’étrangère, a travaillé en toute liberté ?

A l’ouverture du procès de Jean-Marie Michel Mokoko et autres, comme il est de coutume dans beaucoup d’événements, quelques flottements ont été observés, notamment en ce qui concerne l’accès de la presse à la salle d’audience.

En effet, au premier jour du procès, la sécurité du palais de justice a retenu à l’écart de la salle, tous les journalistes, sauf ceux de Télé Congo, la chaine nationale. Interprété comme une volonté d’organiser ce procès à huis clos, cet incident malheureux a été très vite  résolu. Tous les reporters accrédités ont pu avoir accès à la salle d’audience jusqu’à la fin des deux procès.

La diffusion chaque soir, par la chaine de télévision nationale, Télé Congo des grands moments des audiences quotidiennes a, d’une part, renforcé l’intérêt que ces procès avait suscité dès le premier jour et d’autre fait augmenter l’audimat de Télé Congo. Les autres chaînes de radio et de télévisons nationale ont, elles aussi joué leur rôle, en relayant le déroulement des procès, du début jusqu’aux sentences.

La presse écrite et en ligne n’est pas, pour sa part, restée en marge de cette actualité. Elle a inondé la toile et les kiosques à journaux de l’actualité sur ces procès. Autant dire que la presse, dans sa diversité, a couvert ces procès sans restriction. En ce mois de mai, où est célébrée la Journée mondiale de la  liberté de la presse, bénéficier d’une telle liberté pour couvrir ces procès est plus que bon signe pour la démocratie. 

Deux procès, deux traitements dans les médias internationaux !

Radio France Internationale a organisé une couverture spéciale pendant tout le procès du général Jean-Marie Michel Mokoko et autres. Elle a même dépêché à Brazzaville, sa correspondante permanente à Kinshasa, alors que cette Radio en a un à Brazzaville. Contrairement à ce procès, celui du général Dabira n’a pas bénéficié du même intérêt au niveau des médias internationaux, y compris RFI. On aura ainsi constaté qu’il y a eu deux procès, deux traitements différents dans les médias internationaux.

Les chevaliers de la plume et du micro congolais, notamment, peuvent se féliciter du travail qu’ils ont accompli pendant les deux procès, Mokoko et Dabira.

A en croire quelques journalistes interrogés, ils reconnaissent que les autorités judiciaires leur ont permis de travailler dans toute liberté. 

Wilfrid LAWILLA

LAISSER UN COMMENTAIRE