Pren-Tsilya Boa-Guehe, vice-consul des Etats Unis à Casablanca : Près de 50% des candidats ne remplissent pas les conditions

0
174

Ouvertes mardi 4 octobre, les inscriptions au Programme de la loterie du visa d’immigration, au titre de l’année 2018 (DV-2018) se poursuive jusqu’au 7 novembre prochain à midi, Washington (17h GMT).

Peut-on avoir une idée des profils des candidats marocains ayant postulé au cours des cinq dernières années?
Pren-Tsilya Boa-Guehe: Il est important de préciser que les personnes sélectionnées le sont par tirage au sort au moyen d’une loterie électronique et sans aucune préférence pour un profil particulier.
Dans le cas du Maroc, nous avons reçu différents profils ces dernières années. Parmi lesquels, des élèves qui venaient de passer leur baccalauréat, des personnes âgées dont certaines ont même passé le bac libre espérant migrer avec leurs familles ainsi que des médecins. Etant donné qu’ils peuvent se prévaloir d’avoir les compétences et l’expérience professionnelle exigées, ces derniers veulent tenter leur chance aux Etats-Unis après une longue carrière au Maroc.

Une de ces catégories domine l’autre?
Pas vraiment, aucune des catégories présentes ne prend le dessus sur l’autre. En revanche, nous avons constaté que beaucoup de familles marocaines s’intéressent vraiment au programme.

Un mot sur le taux d’inéligibilité des postulants?
Nous avions eu l’année dernière 14.000 inscriptions. Cela ne veut pas dire qu’il y a eu autant de postulants inscrits vu qu’il arrive qu’une personne s’inscrive quatre à cinq fois, ce qui la disqualifie.
Sur ce nombre, seules 2.844 personnes ont été sélectionnées. Ce qu’il faut savoir, c’est que ce chiffre peut croître comme il peut baisser et, par ailleurs, le nombre de personnes sélectionnées ne peut pas aller au-delà de 7% des visas disponibles pour l’année pour la région Afrique. Cette année-là, nous étions à 5% des visas accordés. Ceci dit, on aurait atteint les 7% si toutes les personnes sélectionnées avaient eu toutes les compétences requises et aucune inéligibilité.

Plusieurs sites Internet proposent des services autour de ce programme. Quels conseils donneriez-vous à ceux qui s’y rendent ?
Le message pertinent, c’est de leur demander de s’inscrire eux-mêmes, d’autant plus que le formulaire est assez simple et exige des informations précises sur le candidat et sa famille. Il vaut mieux le faire soi-même pour éviter d’avoir à payer quelque chose d’autre ou de se faire arnaquer. A propos, je rappelle que l’inscription est gratuite, on n’a pas besoin d’avoir un intermédiaire.
Près de la moitié des personnes s’inscrivent en sachant qu’elles n’ont pas de baccalauréat ou d’expérience professionnelle comme cela est exigé. Nous les encourageons à passer leur baccalauréat, par exemple. Sinon qu’elles attendent d’avoir l’expérience requise. Car, elles occupent la place d’une personne qui a ses compétences et qui aurait pu recevoir le visa.

LAISSER UN COMMENTAIRE