« Mwana Djambala » (Théo Blaise Kounkou). L’Hymne pour les Plateaux et pour la Municipalisation accélérée

0
834
Théo Blaise Kounkou

La fête le 15 Août 2013 à Djambala est programmée dans le cadre de la Municipalisation accélérée du département des Plateaux. Un évènement attendu des congolais où toutes les familles du département des Plateaux sont les bienvenues.

Dans la ville nouvelle de Djambala, une chanson se fête aussi…

Jamais dans l’histoire de la musique congolaise, une chanson en l’honneur d’une tribu congolaise, avait connu autant de succès au Congo, sur le continent africain et dans le monde : « Mwana Djambala » de Théo Blaise Kounkou dédiée aux « Tékés » et qui avait battu tous les records de vente en Afrique Centrale, et placé en tête des Hits parade de divers médias Afro-Antillais dans les années 80/90. La chanson qui a rang de classique, continue à faire des ravages sur les pistes de danse, chaque fois qu’elle est jouée. Récemment, les Tékés de la diaspora à Paris, ont élevé Théo Blaise Kounkou au rang honorifique du premier « Ngatsié » de la diaspora, au cours d’une manifestation qui a donné naissance à une Association «Mwana Djambala » de France.

« Les Plateaux » berceau du Protectorat français de 1880

La chanson « Mwana Djambala » de Théo Blaise Kounkou résume à elle seule, l’histoire du royaume « téké » du roi Makoko, qui a régné sur les « Tékés » du Gabon, du Congo et de la RDC.

En effet, pour la petite histoire, le premier traité de protectorat fut présenté par De Brazza, à Ndouo, village de Makoko en date du 10 septembre 1880. En bas de ce traité sera apposé en guise de commun accord le signe du Roi et la signature de Savorgnan De Brazza.

Le second traité de protectorat vit le jour le 3 octobre 1880. Ce document préparé et présenté par De Brazza fut ratifié par la Chambre en Métropole le 18 Novembre 1882. Le Roi Iloo Premier spécifia à De Brazza des mesures clémentes prises à son égard avec toute la considération qu’il mérite en tant que représentant du gouvernement français. Ce document comporte la signature et l’enseigne de Vaisseau du chef de mission de l’Ogooué et du Ko-ngo intérieur ; Pierre Savorgnan De Brazza et celui du Roi Iloo Premier souverain du peuple « Téké ».

« Muana Djambala » l’hymne pour les Plateaux et pour la Municipalisation accélérée.

Ce petit rappel historique marque l’ampleur tout autant que l’originalité d’une telle chanson qui ne peuvent surprendre. La culture est devenue pour nous un instrument essentiel de notre développement et de notre unité, et c’est ce dont nous souhaiterons qu’au cours des festivités de la Municipalisation accélérée à Djambala, que la chanson mythique des « Tékés » soit retenue comme l’hymne pour la Municipalisation accélérée et voir son auteur invité à Djambala pour l’exécution solennelle de cet hymne en compagnie des meilleurs musiciens fils des Plateaux et du Congo.

Ici, nous invitons au travers ces quelques lignes, le Comité d’Organisation de la Municipalisation accélérée des Plateaux de saisir cette belle occasion d’associer Théo Blaise Kounkou à la grande fête de Djambala. Ce qui revient pratiquement à lier culture et festivités, culture et histoire, culture et développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE