Musique : Sauve Gérard Ngoma Malanda : «Je vous demande de vous procurer cet album»

0
1111

«Ce que je vous demande, c’est de vous procurer et de vous approprier cet album qui nous parle à tous», a invité Sauve Gérard Ngoma Malanda, manager de ‘’Congo Voices’’et rédacteur des textes de l’opus, interprétés par des artistes-musiciens talentueux, le 22 janvier 2020 à Brazzaville.

Lors de la présentation de son album « Empreintes »la scène de l’Institut français du Congo a rappelé aux amoureux de la bonne musique des moments fabuleux. L’ensemble des huit titres en langues Lingala et Kongo a été exécuté par des artistes de talent comme  Kosmos Come Moutouari, Saint Patrick Azan’o, Romain Gardon, Sheryl Gambo et Kerson Sadam.  Roga Roga, Zao et Oxygène, absents de la scène pour des raisons professionnelles pour les uns et de santé les autres ont pris le soin de faire parvenir des enregistrements vidéo pour présenter leurs excuses au public.  

Cet album est le premier produit sous le label musical ‘’Congo Voices’’ que gère celui que  le ministre de la culture et des arts, Dieudonné Moyongo, a appelé parolier, avant d’ajouter qu’ «En tant que journaliste, nous espérons qu’il nous proposera toujours de beaux textes, éducatifs et inspirants ».

La première pose de la voix sur la scène a été faite par le jeune Kerson Sadam. Chaque artiste a chanté selon son genre. C’est ainsi que Romain Gardon n’a pas lâché son Salsa, estimant que cet album donnait une belle réponse à de nombreuses critiques mal orientées qui tendaient à faire croire que les artistes, d’aujourd’hui, n’avaient plus de bons textes ou ne savaient plus faire de la bonne musique.    

Encore sous le coup de l’émotion, Shéryl Gambo a remercié le promoteur qui lui a donné l’occasion de chanter la rumba dans laquelle elle s’est sentie à l’aise. Pour Mpassi Mermans, c’est un début mais pas une fin.   

« Empreintes », est un opus d’hommage à la mère de l’auteur. Une pensée très forte pour cette femme qui lui a donné le jour. Il y chante sa mère d’abord et l’amour ensuite, sans oublier son père qu’il vient de mettre en terre. Il chante cet amour entre ses géniteurs.

Devant le succès de cet homme qui arrive dans la musique par la grande porte, les baobabs de la musique congolaise n’ont pas pu se retenir. Ainsi a-t-on vu monter sur l’estrade, Michel Boyibanda et Mpassi Mermans qui ont déclaré que la relève était assurée. Le passage de Kosmos Come Mountouari, un artiste très expérimenté, n’est pas passé inaperçu.

Sauve-Gérard Ngoma Malanda est écrivain, chroniqueur et producteur culturel à la Télévision nationale congolaise.  Il a déjà publié deux recueils de poèmes : Rêves sur cendresetDanse des silhouettes et un recueil de nouvelles « Même les nuits denses ont leur lumière ». C’est donc un écrivain qui migre vers la chanson.

Florent Sogni Zaou

LAISSER UN COMMENTAIRE