Le MPDC condamne les violences du 25 février 2018 et en appelle à la mise en place urgente d’une transition sans Mr Joseph Kabila en RDCongo

0
2336

TRIBUNE. Le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) condamne les violences du 25 février 2018 et en appelle à la mise en place urgente d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila en République Démocratique du Congo

Le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) condamne avec une grande fermeté les nouvelles violences qui ont été perpétrées contre la population congolaise, notamment chrétienne, qui manifestait pacifiquement le dimanche 25 février 2018 en République Démocratique du Congo. Le MPDC présente une fois de plus ses sincères  condoléances aux familles éprouvées et notamment à toute la communauté chrétienne. L’Accord de la Saint-Sylvestre est un texte sans objet  pour le pouvoir illégitime et dictatorial de  Mr Joseph Kabila qui ne le respectera jamais. Un homme averti en vaut deux. Quel genre d’élections veut-on organiser en décembre 2018 en République Démocratique du Congo ? Quand la communauté internationale prépare des élections pour nous, le pouvoir illégitime et criminel de Mr Joseph Kabila prépare une guerre civile. Ses nouveaux bérets rouges constituent un iceberg qui cache la forêt. En 2018, les élections auront donc lieu ailleurs, mais pas en République Démocratique du Congo. La Commission Electorale Nationale dite « Indépendante » (CENI) est un bureau privé du pouvoir suicidaire en place. La communauté internationale le sait pertinemment bien.

  1. Le pouvoir illégitime et dictatorial de Mr Joseph Kabila a préparé lui-même son suicide

On ne se moque pas de Dieu. L’homme récolte ce qu’il a semé. Que le pouvoir illégitime et dictatorial de Mr Joseph Kabila continue de tuer les chrétiens, de souiller l’Eglise de Dieu et de mener des attaques ciblées contre les acteurs politiques et de la société civile. Il a bien signé son suicide ou son arrêt de mort. Les jours de ce pouvoir sont comptés. Attention à ceux qui soutiennent un tel pouvoir, car la justice visible et invisible est en route. Aucun martyr congolais ne sera oublié et aucun crime ne restera impuni. Le Grand Congo du 21ème siècle que va bâtir le MPDC avec le Peuple Congolais sera avant tout un pays modèle de la justice. Comme le souligne le Président National du MPDC, Mr Armand MAVINGA TSAFUNENGA, un peuple qui oublie ses morts est un peuple d’office mort et exclu de l’histoire des nations libres, prospères et démocratiques.

Le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) condamne les actes barbares commis par le pouvoir illégitime contre la population congolaise qui manifeste pacifiquement. Il s’inquiète de l’ampleur que prennent les enlèvements, l’humiliation et la persécution des prêtres et des sœurs religieuses, les menaces contre les membres du Comité Laïc de Coordination (CLC) de l’Eglise Catholique et les assassinats ciblés de leaders d’opinion ou de la société civile, comme l’activiste des droits de l’homme Rossy MUKENDI TSHIMANGA tué hier dimanche 25 février 2018 à la Paroisse Saint Benoit de Lemba à Kinshasa. Le pouvoir a fait taire le brave Rossy MUKENDI TSHIMANGA, mais pas son esprit qui continuera d’agir à l’instar de celui de Pascal KABUNGULU, Floribert CHEBEYA, Fidèle BAZANA et Salvator MUHINDO.

  1. Le MPDC réaffirme l’urgence de la mise en place urgente d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila pour prévenir une guerre civile

On ne cessera de le répéter que diriger, c’est savoir anticiper. Le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) prépare une transition exceptionnelle depuis 2005 et de manière soutenue à partir de 2012 dans le cadre de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC). Une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila est aujourd’hui la seule voie de salut, car il n’y aura jamais de respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre par le pouvoir illégitime et surtout pas d’élections. Une guerre civile se prépare pour donner un coup fatal à notre pays. Les nouveaux bérets rouges, des milices et mercenaires tombant du ciel comme des éleveurs avec un nombre impressionnant de vaches, des indices des armées étrangères de pays voisins soutenant le pouvoir illégitime et dictatorial de Joseph Kabila, des intrigues de tout genre, des menaces, des enlèvements, des exécutions extrajudiciaires sont autant de signes palpables qui montrent qu’il n’y aura pas d’élections en 2018, mais bien une guerre civile. Il n’y a que des aveugles qui ne peuvent pas voir ; il n’y a que des sourds qui ne peuvent pas entendre.

Les Nations Unies (ONU), l’Union Africaine (UA), l’Union Européenne (UE), l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), la Communauté de Développement de l’Afrique Australe (SADC) et les partenaires traditionnels de notre pays n’ont plus d’autre choix que d’appuyer la mise en place d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila. Quel genre d’élections peut-on organiser pendant un génocide et une guerre civile ? Dans le contexte actuel, organiser des élections en République Démocratique du Congo équivaut à organiser volontairement l’une des mauvaises élections de l’histoire de l’Afrique et de l’humanité. Ce serait une façon de faciliter scandaleusement à Mr Joseph Kabila de nommer lui-même son successeur pour parfaire l’œuvre de destruction totale du Congo.

    Aujourd’hui, que Mr Joseph Kabila dise qu’il ne sera pas candidat aux hypothétiques élections de décembre 2018, c’est un non événement, car il ne respectera pas sa parole. Telle parole sera un piège de mauvais goût contre le peuple congolais et son pays. Qu’est-ce qu’il faut attendre de quelqu’un qui n’a pas respecté les résolutions de ses propres concertations nationales qu’il a organisées et qui appartiennent tragiquement au passé ? Le Peuple Congolais ne peut pas commettre la faute fatale de donner du temps à Mr Joseph Kabila et à ses soutiens de déclencher une guerre civile avant décembre 2018 pour ajourner sine die les élections et mettre définitivement le Congo par terre. Le MPDC demande à toutes les forces vives congolaises de se mobiliser pour une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila pour prévenir la plus grande guerre civile en préparation contre nous et notre pays.

Fait à Paris, le 26 février 2018

Dr Patrick MBADU MAKANI KUMBU
Secrétaire National du MPDC chargé de la Santé et de la Qualité de Vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE