Monde: De nouveaux soutiens financiers dédiés aux mesures d’adaptation au changement climatique

La Banque mondiale dévoile son nouveau plan quinquennal de financements

0
789
DR.

Aider les pays à généraliser des approches de gestion systématique des risques climatiques à chaque phase de la planification des politiques et de la définition des investissements, ainsi que de leur mise en œuvre.

Tel est l’objectif du nouveau « Plan d’action sur l’adaptation au changement climatique et la résilience » établi par la Banque mondiale qui a décidé de donner un coup d’accélérateur aux financements en vue de mieux préparer le monde aux changements climatiques. 

« Nous allons augmenter vigoureusement nos financements afin d’aider les populations à bâtir un avenir plus résilient, en soutenant tout particulièrement les plus pauvres et les plus vulnérables qui subissent de plein fouet les conséquences des dérèglements climatiques », a indiqué la directrice générale de la Banque mondiale, Kristalina Georgieva.

En effet, le nouveau plan porte sur le soutien financier direct de l’institution aux mesures d’adaptation au changement climatique à 50 milliards de dollars sur les exercices 2021-2025. 

Ce qui correspond à « un niveau de financement de 10 milliards de dollars par an en moyenne qui vient doubler les montants alloués sur la période 2015-2018 », a souligné la Banque mondiale dans un communiqué. 

Avec ce nouveau plan, qui s’inscrit dans le cadre des objectifs que la BM s’est fixés à l’horizon 2025 dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, « nous mettons pour la première fois le financement de la résilience climatique sur un pied d’égalité avec nos investissements dans la lutte contre les émissions de CO2 et un avenir décarboné», a souligné la DG de la BM. 

Dans le cadre de ce plan, présenté récemment, l’Institution de Bretton Woods a affirmé qu’elle s’attachera, en outre, à expérimenter de nouvelles approches afin d’accroître les financements privés dans ce domaine. 

Selon la Banque mondiale, la hausse des financements permettra précisément de développer des prévisions météorologiques plus fiables, des systèmes d’alerte précoce et des services d’information sur le climat afin d’aider quelque 250 millions d’habitants dans 30 pays au moins à mieux anticiper les risques climatiques.

Elle viendra aussi appuyer l’élaboration des plans de gestion prenant en compte les enjeux climatiques et/ou l’amélioration de la gouvernance dans 100 bassins hydrographiques et soutenir le déploiement des systèmes de protection sociale plus réactifs face aux risques climatiques.

Ce n’est pas tout. Cette hausse contribuera également à « fournir un plus grand nombre d’instruments de protection financière dans 20 pays au moins afin de permettre une réponse et un relèvement plus rapides en cas de choc climatique ou de catastrophe naturelle », a soutenu l’institution. 

Notons qu’à travers son plan d’action, la Banque mondiale entend consolider le lien entre adaptation et développement en promouvant des actions efficaces et précoces qui produisent aussi des résultats positifs au niveau du développement. 

Il faut comprendre qu’« en investissant dans la replantation de la mangrove, par exemple, on aidera la population locale à se protéger contre l’élévation du niveau de la mer et les ondes de tempêtes, tout en créant de nouveaux débouchés dans les secteurs de l’écotourisme et de la pêche », a expliqué la BM. 

Ainsi que l’a relevé l’institution dans son communiqué, soulignons que le nouveau plan d’action sur l’adaptation au changement climatique et la résilience prévoit, par ailleurs, « la création d’un système de notation qui doit servir de moyen de suivi des progrès accomplis dans le monde en matière d’adaptation et de résilience, mais aussi de moyen d’incitation». 

La même source assure que la Banque mondiale testera ce nouveau système au cours des exercices 2019 et 2020, avant de l’intégrer aux projets concernés d’ici l’exercice 2021.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE