Message de voeux du Président Armand MAVINGA TSAFUNENGA au Peuple Congolais pour la nouvelle année 2017, année du vrai changement en République Démocratique du Congo

0
6442
Armand MAVINGA TSAFUNENGA, Président National du Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) et Président de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC)

Nous sommes arrivés en 2017, une année de tous les enjeux d’un changement global et véritable en République Démocratique du Congo. Changement refusé scandaleusement au Peuple Congolais en 2016 par toutes les forces du mal et de l’inertie démocratique. Cette année sera de gré ou de force une année charnière entre l’ancien Congo qui se termine et le nouveau Congo qui doit démarrer vers l’accomplissement de la vision du Grand Congo du XXIème siècle qui nous est très chère. Avant toute chose, je souhaite au Peuple Congolais au pays et dans la diaspora les meilleurs vœux de bonheur, de santé, de victoire et de libération pour 2017.

Le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) reste fidèle à sa vision de bâtir une nouvelle et vraie République Démocratique du Congo qui sera le Grand Congo du XXIème siècle. Cette vision est la vision du Peuple Congolais appelé à être un grand peuple dans le monde. Cette vision est aussi une vision d’une nouvelle République Démocratique du Congo qui devra désormais assumer son destin d’une grande nation à l’avant-plan des enjeux du nouveau monde.

1° L’année 2016, année d’un nouveau deuil de la démocratie en République Démocratique du Congo

La démocratie est une fois de plus en deuil en République Démocratique du Congo. Comme en 2011 et en janvier 2015, le pouvoir en place a pris les armes contre la démocratie en tuant la population, notamment les jeunes, en septembre et décembre 2016. Mr Joseph Kabila et son groupe ont pris toutes les dispositions pour qu’il n’y ait pas d’élections en 2016 dans leur plan macabre d’opérer un glissement contre la volonté clairement exprimée du peuple. Tirer à bout portant sur un peuple qui déclare la fin légitime du mandat d’un Président est grave et inacceptable. C’est la justice qui élève une nation et affermit le pouvoir. L’homélie du Cardinal Laurent MONSENGWO PASINYA, à l’occasion de la fête de Noël de 2016, doit nous interpeller tous quand il dit :

« Il est plus facile de tuer que de ne pas tuer. Il est plus facile de céder à la violence que de résister à la force. Il est plus beau d’être artisan de paix qu’artisan de la violence. Il n’y a pas de grandeur à manier les armes pour tuer les gens. Le fait de prendre le pouvoir par les armes ne justifie pas qu’on ne puisse le quitter que par les armes – « Qui tue par l’épée, périra par l’épée », dit Jésus (Mt 26, 52). »

Ayons une pensée pieuse pour tous nos martyrs. C’est un devoir sacré d’honorer tous nos morts par notre engagement inébranlable pour un profond changement en République Démocratique du Congo. N’oublions jamais nos morts, car un peuple qui ignore ses morts est un peuple d’office mort, appelé à disparaître de l’histoire des peuples et des nations.

Diriger, c’est savoir anticiper. En 2012, la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC), plateforme dont le MPDC est membre, a commencé à préparer une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila, estimant que les conditions n’étaient pas réunies pour qu’il y ait une élection présidentielle en 2016 dans notre pays. Cette transition se bouscule aujourd’hui à la porte de notre pays.

2. Nous devons nous mobiliser comme les doigts d’une même main pour mettre fin au système de tennis politique injuste, déséquilibré et inadapté en vigueur depuis le 24 avril 1990

La République Démocratique du Congo a pris un mauvais départ depuis le 24 avril 1990 en s’inscrivant dans une série de transitions politiques injustes, déséquilibrées et inadaptées qui se terminent toujours par le partage des postes des opportunistes au détriment des intérêts du Peuple
Congolais et du pays. Le peuple et le pays sont totalement pris en otage par un système de tennis politique injuste, déséquilibré et inadapté. Chaque fois que le peuple manifeste pour réclamer un vrai changement, il est massacré pour que des acteurs politiques se retrouvent en dialogue ou concertation pour se partager les postes face à un peuple roulé dans la farine d’une démocratie inadaptée et injuste.

La République Démocratique du Congo a besoin d’une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila pour prendre définitivement un vrai nouveau départ vers le Grand Congo du XXIème siècle attendu par tous tant niveau national qu’international. Suite au tennis politique injuste, déséquilibré et inadapté, notre pays est resté bloqué au XXème siècle. C’est mon devoir de faire entrer mon peuple au XXIème siècle en ma qualité de solide charnière entre l’ancien Congo qui se termine avec Joseph Kabila et le nouveau Congo qui débute bientôt sous ma présidence.

Nous devons tous nous mobiliser pour mettre fin au système des ouvriers et fonctionnaires politiques, sans vision pertinente pour le pays, qui s’accrochent au pouvoir pour leurs intérêts personnels et égoïstes. Il s’oblige de mettre en place un nouveau système politique de visionnaires et missionnaires politiques qui ne s’accrochent pas au pouvoir, mais qui comprennent fondamentalement que la politique est une vision très claire et pertinente assortie d’une mission clé et bien précisée dans le temps.

Tous les « dialogues » et « concertations politiques » sont pris au piège du tennis politique injuste, inadapté et déséquilibré. Ce système de tennis politique absurde qui permet à Mr Joseph Kabila, après ses forfaits, d’obtenir tristement un cadeau de glissement à travers des accords politiques issus de dialogues non inclusifs et humiliants pour le Peuple Congolais.

3. Comme en 2016, il n’y aura pas d’élections présidentielle et législatives en 2017 avec Joseph Kabila en République Démocratique du Congo

Le Mouvement pour la Paix et le Développement du Congo (MPDC) réaffirme et appuie la position ad hoc de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC). Il est donc dangereux de réduire la crise congolaise en une crise électorale. La naïveté est scandaleusement grave en politique. La crise congolaise reste intacte. Les fondements de la crise sont bien présents. Tout accord politique qui ne tient pas compte de la dimension globale et profonde de la crise congolaise est un accord injuste, inefficace et voué à l’échec. Le génocide congolais n’est pas une émanation de la crise électorale. Quel bilan macabre : plus de 8.000.000 de morts, plus de 3.000.000 de Congolais déplacés vivant comme des réfugiés abandonnés sur le sol de leurs ancêtres, plus de 1.000.000 de femmes et filles violées et détruites ?

Les Congolais, notamment les jeunes, ont été encore tués en septembre et décembre 2016 par le pouvoir de Mr Joseph Kabila à qui des accords successifs lui accordent facilement le glissement. Nous devons éviter au XXIème siècle ces grands bals honteux et aveugles de partage des postes lors de transitions qui ont échoué depuis le processus de tennis politique inadapté lancé le 24 avril 1990 en République Démocratique du Congo, alors Zaïre. Un processus politique qui cache les tueries du peuple est un processus dangereux, injuste et inapproprié.

Le MPDC, en collaboration avec toutes les plateformes qu’il impulse, est totalement du côté du Peuple Congolais pour faire échouer le chaos préparé par les forces négatives pour mettre notre pays définitivement par terre. Il n’y aura pas d’élections en 2017 avec Joseph Kabila. Nous devons donc mettre sur pied une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila. La sécurité du Président sortant et de ses proches sera assurée dans le contexte global de la sécurité des personnes et des biens, et de la justice.

4. La victoire se trouve toujours dans des dispositions mentales correctes

La victoire, comme la libération, se trouve dans des dispositions mentales correctes. Ces dispositions doivent se fonder sur les principes ci-après :
– L’amour sans tâche de son peuple, de son pays et de son prochain ;
– l’esprit de force qui permet de vaincre sans cesse l’esprit de peur ;
– l’esprit de sagesse et de discernement pour faire de bons choix ;
– l’esprit de vérité, de transparence et de bonne morale pour vaincre l’esprit de trahison, de compromission, de corruption et de violence;
– l’esprit inébranlable de la justice, car la justice élève une nation et affermit le pouvoir ;
– l’esprit de persévérance dans le bien et dans sa bonne vision.

Le Peuple Congolais a dit non au glissement du pouvoir de Mr Joseph Kabila. Il ne doit pas se dédire. Il doit défendre sa position qui se justifie à bien d’égards. Quand un mal est identifié, il n’y a plus de compromis possible avec ce mal.

5. Dans une belle et bonne démocratie, la rupture ferme avec un Etat du mal est une forme formidable de la continuité de l’Etat

Que personne ne vienne tromper ou distraire le Peuple Congolais par des propos décousus et angoissants sur la continuité de l’Etat. On ne continue jamais avec le mal en démocratie, mais au contraire on rompt avec le mal. La démocratie est un processus du bien par et pour peuple, et non un processus du mal par et pour le peuple. Il faut rompre avec un système politique du mal.

Un nouveau processus démocratique doit se mettre en place en République Démocratique du Congo pour mettre fin à un système politique du mal qui a pris le Peuple Congolais en otage depuis son accession à l’indépendance en juin 1960. C’est ce qui justifie l’importance d’introduire le génie congolais et la sacralité congolaise dans la Constitution. Il faut une nouvelle et vraie République Démocratique du Congo attendue par tout le peuple. Une transition exceptionnelle sans Mr Joseph Kabila est importante pour opérer la rupture avec l’Etat du mal, car Mr Joseph Kabila est le dernier maillon d’un système politique rejeté par le Peuple Congolais.

Le Peuple Congolais a une chance d’avoir la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC) qui a préparé depuis décembre 2012, sous l’impulsion du MPDC, cette transition exceptionnelle. En outre, en mars-mai 2014, des cadres de la société civile congolaise ont fait un travail important consistant à définir de manière claire, détaillée et responsable le profil du dirigeant qui doit succéder à Mr Joseph Kabila. Et ils ont pu constater que le Président Armand MAVINGA TSAFUNENGA correspondait le mieux à ce profil. Ce qui lui donne la légitimité de diriger la transition exceptionnelle tant attendue.

6. Dans son engagement pour le Peuple Congolais et la République Démocratique du Congo, le MPDC ne se sera jamais intimidé par les forces négatives

Face à la montée des pratiques barbares qui ouvrent grandement la porte au terrorisme en République Démocratique du Congo, devant Dieu et nos ancêtres, le MPDC prend le Peuple Congolais et la communauté internationale à témoins pour indiquer qu’il entend devenir la première force politique de notre pays pour sortir son peuple de la longue crise multiforme, du tennis politique injuste, déséquilibré et inadapté à l’identité profonde du « Muntu » et du processus injuste, ridicule, humiliant et criminel de Constitutions taillées sur mesure dénuées scandaleusement du génie congolais et de la sacralité congolaise.

Comme pour tous nos martyrs, le MPDC n’oubliera jamais ses membres assassinés sauvagement à leur domicile dans la province de Nord-Kivu en République Démocratique du Congo. Il s’agit de distingués BWAYI KIAYI et Boniface BAYIRA assassinés à Masisi le mardi 28 janvier 2014 à 22h00, et AMANI MUNGANGA assassiné le vendredi 17octobre 2014 à 19h30 à Goma. Des martyrs de barbares de la démocratie et de l’humanité. Le MPDC rend aussi hommage à son Ier Vice-Président National, Mr Gusto PHOBA TULU qui est mort le 07 décembre 2015 à Paris. L’intéressé était dans tous nos combats visant à changer le destin du peuple congolais.

L’année 2017 est l’année du Peuple Congolais pour écrire une nouvelle page de son histoire en rompant définitivement avec l’Etat du mal. Le MPDC, en collaboration avec différentes plateformes, accompagnera le Peuple Congolais dans son nouveau périple politique du XXIème siècle, vers un magnifique destin de grandeur, de richesse, de stabilité, de justice, de paix et de prospérité.

Je réitère une fois de plus au Peuple Congolais mes meilleurs voeux de bonheur, de santé, de victoire et de libération pour 2017. Une merveilleuse année pour l’accomplissement de notre grand destin commun.

Fait à Paris, le 21 janvier 2017

Le Président National du MPDC
Armand MAVINGA TSAFUNENGA
Président de la Coalition pour le Changement en République Démocratique du Congo (3C-RDC)

LAISSER UN COMMENTAIRE