Mauritanie: le FMI approuve un décaissement de 52 millions de dollars

0
305

Le Fonds monétaire international (FMI) a achevé la cinquième revue de l’accord triennal au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) en faveur de la République islamique de Mauritanie.

En achevant la revue récemment, l’institution internationale a aussi approuvé la demande des autorités d’une augmentation d’accès d’environ 28,7 millions de dollars, soit 15,7 % de la quote-part du pays, en vue de répondre à des besoins de financement plus élevés que prévu, du fait de la pandémie de COVID-19, souligne-t-elle dans un communiqué.

«Cette augmentation porte l’accès total au titre de l’accord FEC à 193 millions de dollars, soit 105,7 % de la quote-part). L’achèvement de la revue permet à la Mauritanie d’effectuer un tirage d’environ 52,2 millions de dollars, soit 28,6 % de la quote-part », explique le FMI de même source.

Comme le rappelle le Fonds, plus tôt cette année, les autorités mauritaniennes ont sollicité une aide d’urgence au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) du FMI, afin de répondre aux besoins urgents de financement de la balance des paiements découlant de la pandémie de COVID-19.

Ainsi, le 23 avril 2020, le conseil d’administration du FMI a approuvé le décaissement de 130 millions de dollars au moment de l’approbation, soit 74,3 % de la quote-part du pays, ce qui a créé un espace pour financer une hausse des dépenses en faveur des services de santé et de la protection sociale, et catalysé le soutien d’autres bailleurs de fonds.

« Malgré le contexte difficile, les résultats obtenus dans le cadre du programme appuyé par la FEC ont été solides. Les autorités mènent une politique économique prudente et poursuivent les réformes, malgré quelques retards, en vue d’assurer la stabilité macroéconomique, de promouvoir une reprise inclusive et de réduire les inégalités et la pauvreté », a déclaré Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint du FMI saluant leur riposte rapide pour endiguer et atténuer les répercussions de la pandémie.

Adrien Thyg avec CP

LAISSER UN COMMENTAIRE