Massacres au Kasaï : hausse des attaques sur la base de l’appartenance ethnique, selon l’ONU

0
543
Les forces de l'ordre locales et d'autres agents de l'État auraient activement parfois même dirigé les attaques sur la base de l'appartenance ethnique.

L’ONU s’inquiète de la dimension ethnique croissante des massacres perpétués au Kasaï en République démocratique du Congo (RDC).

Selon un rapport du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) publié récemment, la violence qui sévit dans la région du Kasaï tend à prendre une dimension ethnique croissante inquiétante.

En effet, les personnes interrogées ont indiqué que les forces de l’ordre locales et d’autres agents de l’État ont activement fomenté, alimenté et parfois même dirigé les attaques sur la base de l’appartenance ethnique, apprend-on.

Les indications recueillies par le HCDH font état de bains de sang sont d’autant plus terrifiants qu’«il semblerait que les populations sont toujours plus souvent ciblées en raison de leur appartenance ethnique », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad al Hussein.

« Les Bana Mura aurait initié une campagne visant à éliminer l’ensemble de la population Luba et Lulua dans les villages pris d’assaut », selon le rapport. Par ailleurs, il a été constaté aussi que dans bon nombre des incidents signalés à l’équipe, des soldats des FARDC étaient à la tête des groupes de la milice Bana Mura lorsque les villages ont été assaillis.

Bon nombre de témoins et victimes ont déclaré que les miliciens Bana Mura s’en sont pris aux habitants Luba et Lulua, décapitant, mutilant et abattant leurs victimes, certaines ayant même été brûlées vives dans leurs maisons. L’équipe des nations Unies a également recueilli des témoignages faisant état de viols et d’autres formes de violence sexuelle.

Zeid Ra’ad al Hussein a appelé le gouvernement à prendre toutes les mesures nécessaires pour s’acquitter de son obligation première de protection des personnes de toutes origines ethniques dans le Grand Kasaï.

LAISSER UN COMMENTAIRE