MAROC: Des résultats satisfaisants pour la CIMR et un avenir assuré

La caisse affiche une progression de 12,5% de sa réserve de prévoyance

0
408
Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR.

Les adhérents de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) n’ont pas de soucis à se faire quant à l’avenir de leur régime qui revendique des résultats positifs au titre de l’année 2017.

En effet, les résultats financiers de l’exercice 2017 sont satisfaisants tout comme ceux du bilan actuariel qui confirment de nouveau la pérennité du régime.

Des résultats au vert dans l’ensemble approuvés le mois dernier en assemblée générale ordinaire. Et pour cause, au 31 décembre 2017, le régime a enregistré une progression de 12,5% de sa réserve de prévoyance, passant de 44.728 à 50.299 millions de DH.

L’excédent d’exploitation de l’exercice affecté à la réserve de prévoyance s’est élevé à 5.153,75 millions de DH contre 4.723,82 millions de DH au titre du même exercice, correspondant à une hausse de 9,1%, a indiqué le top management de la CIMR lors d’une rencontre qu’elle a tenue récemment à Casablanca.

« De ce fait, a-t-il souligné, le montant total de la réserve de prévoyance est passé de 44.728 millions de DH l’année d’avant à 50.299 millions de DH, soit une progression de 12,5%».

Présidée par son président directeur général,  Khalid Cheddadi, cette rencontre a permis de lever d’autres performances réalisées par la caisse et de relever des changements intervenus au niveau du régime.

Qualifiant de très positifs les résultats de l’exercice 2017 de la CIMR, qu’il dirige depuis une quinzaine d’années, ce dernier a indiqué que ceux-ci confirment la solidité des comptes de la caisse dont les excédents ont atteint plus de 7 milliards de DH.

Dans son bilan, Khalid Cheddadi a aussi relevé le nombre des affiliés en progression de 4,1% à la CMIR et dont l’effectif global a atteint 641.358 adhérents, répartis entre actifs cotisants, au nombre de 348.431 et ayants droit, au nombre de 292.927.

En effet, les chiffres de l’exercice 2017 font état d’une augmentation du nombre d’actifs cotisants de 4,4% par rapport à 2016. Nombre qui a dépassé largement «l’hypothèse retenue pour l’élaboration du bilan actuariel annuel, qui fixe l’évolution minimale annuelle du nombre d’actifs sur le long terme à 0,5% pour assurer le maintien de l’équilibre du régime», a-t-il indiqué.

S’agissant des allocataires de la CIMR, leur nombre s’est élevé à 170.870 en 2017, en progression de 3,9%, et «la pension annuelle moyenne tous allocataires confondus, retraités, conjoints survivants et orphelins, s’est établie à 24.208 DH, enregistrant ainsi une augmentation de 1,7% par rapport à 2016».

Par ailleurs, le bilan de l’exercice 2017 fait état de l’arrivée de 10.147 nouveaux allocataires de pensions directes contre 8.696 en 2016, soit une augmentation de 17%.

Il ressort également de ce bilan que l’exercice 2017 a enregistré parallèlement 2.976 extinctions de pensions dont 2.568 qui concernent des pensions principales. Alors que « les nouvelles pensions de réversions indirectes en faveur de conjoints survivants ou d’orphelins, se sont élevées en 2017 à 2 165 », a-t-on appris.

Ajoutons qu’au cours de cette rencontre, il a été aussi évoqué la question des produits du patrimoine et plus-values, nets des charges, des pertes et des dotations et reprises sur provisions pour dépréciation de titres.

D’après le bilan, ils se sont élevés à 2.873,03 millions de DH à fin 2017, contre 2.667,03 millions de DH en 2016, ce qui représente une hausse de 7,7%. Notons que le portefeuille CIMR est estimé, au 31 décembre 2017 à 59.777 MDH en valeur de marché.

Dans son bilan, le PDG de la CIMR a également confirmé la pérennité du régime, faisant observer que la projection du fonds de prévoyance réalisée dans le cadre du bilan actuariel répond aux deux critères de pérennité fixés par la charte de pilotage.

« Nous faisons un bilan actuariel tous les ans qui permet de répondre à la question de la pérennité. Et, depuis maintenant 15 ans que je m’occupe de la CIMR, il a toujours été positif et conclu à la pérennité du régime », a-t-il rappelé assurant ainsi que le fonds est constamment positif sur la durée de projection et que la courbe de projection est ascendante en fin de période.

S’agissant de la nouveauté introduite au régime de la CIMR, après l’adoption du nouveau statut juridique de Société mutuelle de retraite, le top management a déclaré que la caisse est désormais ouverte à l’adhésion individuelle des personnes physiques, à travers l’offre «Al Moustakbal Individuel».

Selon les explications des responsables de la CIMR, le produit Al Moustakbal individuel offre la possibilité de décider de prendre sa retraite à partir de 50 ans. Le versement mensuel de la pension débute ainsi le mois suivant le départ à la retraite.

Cette mesure qui se veut souple s’adresse notamment aux professions libérales, aux travailleurs indépendants, aux commerçants et aux salariés du secteur public ou privé. «Il permet à l’adhérent de choisir le montant de sa contribution mensuelle selon son objectif en termes de pension. Celle-ci sera prélevée automatiquement sur sa carte bancaire», a-t-on précisé.

Il est bon de rappeler qu’en 2017 la CIMR, qui est gérée par un Conseil d’administration élu par l’assemblée générale des adhérents, comptait 6.385 entreprises adhérentes, 641.358 affiliés actifs cotisants et ayants droit et 170. 870 allocataires.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE