Maroc: L’indice des prix à la consommation poursuit son trend ascendant

L’indicateur d’inflation sous-jacente en hausse de 1,1% sur une année, selon le HCP

0
611

L’indice des prix à la consommation (IPC) a enregistré son troisième mois consécutif de hausse en début d’année 2018, selon les récents chiffres rendus publics par le Haut-commissariat au plan (HCP). 
En effet, comme en novembre et décembre derniers, l’IPC a poursuivi sa hausse au cours du mois de janvier 2018, enregistrant une amélioration de 0,1% par rapport au mois précédent.
«Cette variation est le résultat de la hausse de 0,5% de l’indice des produits non alimentaires et de la baisse de 0,5% de l’indice des produits alimentaires », a expliqué le Haut-commissariat.
De l’analyse des données statistiques, il ressort que les baisses des produits alimentaires observées entre décembre 2017 et janvier 2018 ont concerné principalement les «légumes» (4,5%), les «fruits» (2,0%), les «viandes» (0,6%) et les «poissons et fruits de mer» (0,3%).
Si l’on suit la courbe de tendance des prix observée durant cette même période, on constate que ceux-ci ont augmenté de 0,4% pour le «café, thé et cacao» et de 0,2% pour le «lait, fromage et œufs».
En ce qui concerne les produits non alimentaires, la tendance haussière des prix a concerné principalement les «tabacs» (10,7%), les «carburants» (0,6%) et les «services divers» (21,8%), a relevé l’organisme public.
A en croire le HCP que dirige Ahmed Lahlimi Alami, les hausses les plus importantes de l’IPC ont été enregistrées à Rabat (0,8%), Laâyoune et Safi (0,5%), Fès (0,4%) et Casablanca (0,2%). En revanche, des baisses ont été enregistrées à Dakhla (1,2%), Guelmim (0,5%) et Agadir, Oujda, Settat, Beni-Mellal et Al-Hoceima (0,3%).
Comparé au même mois de l’année précédente, le Haut-commissariat a relevé que l’indice des prix à la consommation a enregistré une hausse de 1,8% au cours du mois de janvier 2018, soulignant que « cette variation résulte de la hausse de l’indice des produits alimentaires de 2,2% et de celui des produits non alimentaires de 1,3%».
Des observations du HCP, il est ressorti que les variations enregistrées pour les produits non alimentaires vont d’une stagnation pour la «communication» à une hausse de 5,6% pour les «biens  et services divers».
«Dans ces conditions, l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatiles et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois de janvier 2018 une baisse de 0,1% par rapport au mois de décembre 2017 et une hausse de 1,1% par rapport au mois de janvier 2017», a expliqué le HCP.
Il est à rappeler qu’en décembre 2017, l’IPC a connu une hausse de 0,5%. Une variation que le HCP avait attribuée au résultat de la hausse de 1,1% de l’indice des produits alimentaires et à la baisse de 0,1% de l’indice des produits non alimentaires.
Selon l’organisme public, les hausses des produits alimentaires observées durant cette période (entre novembre et décembre 2017), avaient concerné principalement les «légumes» (5,4%), la «viande» (1,3%) et les «huiles et graisses» (0,5%).
Les statistiques d’alors indiquaient, en revanche, que les prix avaient baissé de 2,4% pour les «fruits» et de 0,4% pour le «café, thé et cacao».
Les données analysées au cours de cette période faisaient état d’enregistrement de hausses importantes de l’IPC annuel à Laâyoune (2,1%), Tétouan (1,4%), Marrakech et Safi (1,1%), Fès et Béni-Mellal (1,0%) et Casablanca et Tanger (0,9%).
La même source ajoutait que les villes d’Agadir avec 0,3%, Kénitra et Al-Hoceima avec 0,4% et Rabat avec 0,5% avaient connu des hausses les moins importantes, alors que Meknès enregistrait, de son côté, une baisse de l’ordre de 0,1%.
Tout comme en décembre, l’indice des prix à la consommation avait enregistré une hausse au cours du mois de novembre 2017. Une augmentation de 0,4% par rapport au mois précédent.
En son temps, le HCP attribua cette évolution au résultat de la hausse de 0,9% de l’indice des produits alimentaires et de 0,2% de l’indice des produits non alimentaires.
Des analyses d’alors, il était ressorti que les hausses des produits alimentaires observées entre octobre et novembre 2017 avaient concerné principalement les «légumes» (5,7%), le «lait, fromage et œufs» (2,1%), les «huiles et graisses» (1,6%) et les «viandes» (0,2%).
Le Haut-commissariat avait observé, en revanche, une diminution des prix de 1,9% pour les «fruits» et de 1,8% pour les «poissons et fruits de mer». Pour les produits non alimentaires, la hausse a concerné principalement les «carburants» avec 1,8%.
Enfin, d’après le Haut-commissariat, les hausses les plus importantes de l’IPC avaient été enregistrées à Al-Hoceima (1,4%), Béni-Mellal (1,1%), Agadir et Settat (0,9%), Tétouan (0,8%), Marrakech et Dakhla (0,7%), Kénitra (0,6%) et Casablanca et Fès (0,5%).
En revanche, une diminution a été enregistrée à Guelmim avec 0,2%.

LAISSER UN COMMENTAIRE