Maroc: Les industriels partagés à propos de l’évolution de leur production au premier trimestre

Les chefs d’entreprise du secteur de la construction anticipent une diminution de leur activité, selon le HCP

0
896

Les chefs d’entreprise sont partagés à propos de l’évolution de la production industrielle au premier trimestre, selon une récente note du Haut-commissariat au plan (HCP).

D’après les résultats des enquêtes de conjoncture réalisées auprès des entreprises relevant des secteurs de l’industrie manufacturière, de l’extractive, de l’industrie énergétique, de l’industrie environnementale et de la construction, les entreprises de l’industrie manufacturière s’attendent à une hausse de leur production au premier trimestre 2019. 

Ces anticipations seraient attribuables, d’une part, à une hausse de l’activité des «Industries alimentaires» et de l’«Industrie chimique» et, d’autre part, à une diminution de la production de l’activité de l’«Industrie automobile» et de l’«Industrie de l’habillement», indique le HCP soulignant, en ce qui concerne les anticipations de l’emploi, que les industriels prévoient globalement une stabilité des effectifs employés. 

Du côté des chefs d’entreprise relevant de l’industrie extractive, les entreprises prévoient une diminution de leur production qui serait imputable principalement à une baisse de la production des phosphates, note l’institution gouvernementale. Tandis qu’au niveau des effectifs employés, l’enquête révèle que les patrons de ce secteur prévoient une stagnation. 

La tendance serait également au niveau de la production énergétique attendue pour le premier trimestre 2019, poursuit le Haut-commissariat indiquant qu’elle connaîtrait une diminution attribuable à une baisse de la «Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné». Quant à l’emploi, l’enquête révèle qu’il connaîtrait une hausse. 

Les signaux seraient plutôt au vert du côté des entreprises de l’industrie environnementale qui anticipent, pour le même trimestre, une augmentation de la production notamment dans les activités du «Captage, traitement et distribution d’eau» et une stabilité des effectifs employés. 

A titre de comparaison, signalons qu’au quatrième trimestre 2018, la production de l’industrie manufacturière aurait connu une hausse résultant d’une augmentation de la production dans les branches des «Industries alimentaires» et de l’«Industrie automobile» et d’une baisse de la production dans la branche de la «Fabrication d’équipements électriques». 

De son côté, la production de l’industrie extractive aurait affiché une baisse imputable à une diminution de la production d’«Autres industries extractives», tandis que la production de l’industrie énergétique aurait connu une baisse due principalement à la diminution de la «Production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné». 

Quant à la production de l’industrie environnementale, elle aurait enregistré une augmentation imputable à une hausse de l’activité du «Captage, traitement et distribution d’eau». 

En ce qui concerne les anticipations avancées par les chefs d’entreprise du secteur de la construction, pour les trois premiers mois de l’année en cours, il ressort globalement de l’enquête du Haut-commissariat une diminution de l’activité. 

A en croire le Haut-commissariat, cette évolution résulterait de la baisse d’activité prévue au niveau des branches du «Génie civil» et  de la «Construction de bâtiments». En outre, précise-t-il, « cette baisse dans le secteur de la construction serait accompagnée par une stabilité des effectifs employés ». 

A noter qu’au quatrième trimestre 2018, l’activité de ce même secteur aurait connu une augmentation due principalement à la hausse d’activité dans les branches de la «Construction de bâtiments» et  des «Travaux de construction spécialisés». 

« Les carnets de commande dans la construction se serait situés à un niveau normal et l’emploi aurait connu une stabilité », indique le HCP soulignant que le TUC dans le secteur de la construction se serait établi à 68%.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE