Maroc: Les bonnes performances de la CIMR

La Caisse confirme la pérennité de son régime et revalorise les pensions de 1,50%

0
539
Top management de la CIMR lors de la conférence de presse tenue à Casablanca. Ph: Lmoussaoui.

L’année 2018 s’est achevée sous de bons auspices pour la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) qui confirme de nouveau la pérennité de son régime. 

Approuvés par les adhérents de la Caisse, lors de l’Assemblée générale ordinaire tenue mercredi dernier, les résultats financiers de l’exercice 2018 ainsi que les résultats du bilan actuariel de la CIMR laissent apparaître d’excellentes performances à bien des niveaux. 

En effet, outre la pérennité confirmée du régime, l’excédent d’exploitation de l’exercice affecté à la réserve de prévoyance s’est élevé à 5.720 millions de dirhams, les provisions techniques ont connu une progression de 11,4% à plus de 56 milliards de dirhams tandis que les produits nets du patrimoine ont progressé de 6% à 3.044 millions de dirhams. Un bon tableau de chasse pour la CIMR qui a décidé de revaloriser les pensions de 1,50%, à compter du 1er juillet 2019. 

En détail, l’exercice 2018 a enregistré un solde de provisions techniques (réserve de prévoyance plus provision mathématique relative à la capitalisation et aux prestations échues et non payées) de 56.038 millions de DH, marquant ainsi une progression de 11,4% par rapport à l’année 2017, a relevé le top management de la Caisse. 

Présentant les résultats financiers de l’exercice 2018, lors d’une rencontre tenue récemment à Casablanca, l’équipe dirigeante a indiqué  qu’au 31 décembre de l’année écoulée, la CIMR a enregistré un excédent d’exploitation de 5.720 millions de DH, contre 5.154 millions de dirhams enregistrés à la même période de l’exercice précédent. Ce qui correspondant à une amélioration de l’ordre de  11%, a-t-elle indiqué soulignant que la Caisse a enregistré 3.038 nouveaux adhérents au profit de 7890 affiliés au cours de cette même année.

Si le nombre des affiliés à la CIMR a progressé de 4,1%, atteignant un effectif global de 667.794, répartis entre actifs cotisants, au nombre de 360.069 et ayants droit, au nombre de 307.725, la CIMR a relevé que  celui des actifs cotisants a progressé de 3,3% par rapport à 2017.  

Ce dernier a ainsi dépassé « largement l’hypothèse retenue pour l’élaboration du bilan actuariel annuel, qui fixe l’évolution annuelle du nombre d’actifs sur le long terme à 0,5% pour assurer le maintien de l’équilibre du régime », a-t-elle souligné. 

Lors de cette rencontre, Khalid Cheddadi a indiqué que 174.566 personnes ont bénéficié d’une prestation de la part de la CIMR dont il est le PDG au cours de l’année 2018.

A noter aussi que les produits du patrimoine et plus-values, nets des charges, des pertes et des dotations et reprises sur provisions pour dépréciation de titres, se sont élevés à 3.044 millions de DH contre 2.873,03 millions de DH en 2017. Ce qui représente une hausse de 6%, a souligné le top management ajoutant que le portefeuille CIMR est estimé, au 31 décembre 2018, à 63.219 millions de DH en valeur de marché. 

A propos de la pérennité du régime, la CIMR a insisté sur le fait que la projection du fonds de prévoyance réalisée dans le cadre du bilan actuariel répond aux deux critères de pérennité fixés par la charte de pilotage, faisant remarquer que « le fonds est ainsi constamment positif sur la durée de projection et la courbe de projection est ascendante en fin de période ». 

Signalons également que pour mieux accompagner son développement, et la réalisation de ses objectifs en termes de qualité de services, la CIMR a lancé une palette d’actions en matière de services clients, dont la mise en place d’un centre de relation client. 

Ainsi que l’explique la Caisse, il s’agit d’une structure spécialement dédiée au traitement des requêtes afin d’apporter une réponse ou une aide par email ou par téléphone à ses clients et partenaires. 

Afin de permettre à ses clients et prospects de disposer d’un outil moderne, performant et adapté à leurs besoins, notons également que la CIMR a entamé au cours de la même année une réflexion sur la refonte globale de son système d’information. 

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE