Maroc: Légère amélioration de la croissance économique nationale

La croissance annuelle devrait rester aux environs de 3% en 2018, selon le HCP

0
557

Au troisième trimestre de l’année 2018, la croissance économique nationale a connu une légère amélioration et un raffermissement de la demande mondiale adressée au Maroc.

Selon les chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP), la croissance économique se serait établie à 2,8% au troisième trimestre 2018, contre +2,4% un trimestre auparavant. A en croire ces données, la valeur ajoutée agricole aurait poursuivi son affermissement, affichant un accroissement de 3,1%, en variation annuelle.

D’après l’organisme public, hors agriculture, la VA aurait progressé de 2,8%, au lieu de 2,4% un trimestre auparavant, portée par un léger redressement du secteur secondaire.

Dans ce cas, estime l’organisme public, la croissance des activités hors agriculture devrait se poursuivre au quatrième trimestre 2018, pratiquement au même rythme que le trimestre précédent. « Avec une hausse anticipée de 3,6% de la valeur ajoutée agricole, la croissance de l’économie nationale se situerait à 2,9%, au lieu de +4,4% au quatrième trimestre 2017 », souligne-t-il.

En ce qui concerne la demande mondiale adressée au Maroc, le Haut-commissariat indique dans une note de conjoncture rendue publique récemment qu’elle se serait affermie de 5,4% durant la même période.

Ainsi, selon les observations, les exportations de biens auraient augmenté de 18,3%, en variation annuelle, au troisième trimestre 2018. « Les ventes extérieures en valeur du phosphate et ses dérivés auraient contribué pour +2,6 points à cette hausse, profitant de l’accroissement des cours mondiaux du phosphate diammonium (DAP) et du super-phosphate triple (TSP) de 28,2% et de 28,3%, respectivement ».

Le HCP ajoute qu’hors phosphates et dérivés, les exportations auraient profité de la bonne orientation de la demande étrangère adressée au secteur automobile, suivi de celui de l’agriculture, de la bonneterie, de l’aéronautique et de l’électronique.

Impactées en grande partie par la hausse de la facture énergétique, dans un contexte de renchérissement des cours internationaux des produits pétroliers, les importations auraient, quant à elles, progressé de 18,7%, en variation annuelle.

En hausse de 16,5%, les importations hors énergie auraient été portées par les acquisitions des biens d’équipement industriel, des produits bruts, des produits alimentaires, des demi-produits et des biens de consommation, souligne le HCP.
En ce qui concerne la demande intérieure, la note du HCP indique qu’elle a enregistré une légère accélération au troisième trimestre 2018, continuant ainsi de soutenir la croissance économique nationale.

Dans sa note, le Haut-commissariat précise que la consommation finale des ménages, en volume, se serait affermie de 3,5%, contribuant pour environ 2 points à la croissance globale du PIB, au lieu de +1,9 point un trimestre auparavant.

Selon les analystes du HCP, « les dépenses de consommation auraient plutôt profité aux produits locaux; les importations de biens finis de consommation n’auraient crû que de 1,9%, en glissement annuel. Elles auraient été alimentées, particulièrement, par un accroissement de 5,5% des crédits à la consommation, alors que les transferts des MRE auraient fléchi de 4,4%, en variation annuelle ».

A en croire ces derniers, la consommation des administrations publiques se serait, de son côté, affermie de 1,6%, en ligne avec la hausse modérée des dépenses de fonctionnement.

Dans sa note, le HCP souligne également la hausse de la croissance de la masse monétaire qui aurait atteint 4,1%, en glissement annuel (au lieu de +4,5% un trimestre auparavant) et une accentuation de la baisse des valeurs boursières marquée par le recul des indices MASI et MADEX respectivement de 6,6% et 6,7%, en glissements annuels, après des baisses respectives de 1,1% et 2,2%, au trimestre précédent.

Soulignons enfin que les chiffres avancés par le Haut-commissariat laissent apparaître une légère hausse du rythme de la croissance économique au quatrième trimestre 2018.

En effet, « l’économie nationale poursuivrait son affermissement au quatrième trimestre 2018, sous-tendue par un accroissement de 3,6% de la valeur ajoutée agricole », souligne le HCP assurant que la VA hors agriculture devrait, quant à elle, s’améliorer de 2,8%, soit pratiquement le même rythme que le trimestre précédent.

Se basant sur une progression de 3,6% de la valeur ajoutée agricole, le Haut-commissariat estime que la croissance économique nationale serait de 2,9%, au quatrième trimestre 2018, au lieu de +4,4% la même période une année auparavant.

« Dans ce contexte, et dans l’attente de la publication traditionnelle du budget économique prévisionnel de janvier 2019, la croissance annuelle devrait rester aux environs de 3% en 2018, ce qui concorde avec les prévisions annoncées dans le cadre du budget économique prévisionnel de 2018 », souligne-t-elle.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE