Maroc: L’économie nationale croît de 4,8% au deuxième trimestre

Le trend haussier devrait se poursuivre à un rythme soutenu au troisième trimestre, selon le HCP

0
207
L’économie nationale a fait un bon considérable au deuxième trimestre de l’année 2017, selon les derniers chiffres publiés par le Haut-commissariat au plan (HCP). 
Il ressort, en effet, des estimations de l’organisme public que la croissance économique nationale s’es accélérée au deuxième trimestre 2017 pour s’établir à +4,8%, contre +3,8% au premier trimestre.
La progression de 17,4% de la valeur ajoutée agricole, au lieu de +14,2% le trimestre précédent, a permis au pays de gagner un bon rythme de croissance. Cette performance aurait été aussi dopée par la valeur ajoutée des activités hors agriculture qui aurait, pour sa part, enregistré une hausse de 3,3%, tirée principalement par les mines et les services marchands, a indiqué le HCP dans une note faisant état de la situation des principaux indicateurs économiques estimés pour le deuxième trimestre 2017.
Selon les premières estimations du Haut-commissariat, les exportations de biens se seraient inscrites en hausse estimée à 2% au deuxième trimestre 2016, après +7,6% réalisée un trimestre auparavant. Elles auraient profité de l’orientation relativement favorable de la demande extérieure adressée au  secteur automobile, notamment pour le segment de la construction et, dans une moindre mesure, pour les secteurs aéronautique et pharmaceutique, a expliqué le HCP dans ce document qui présente également les prévisions pour le troisième trimestre.
D’après la même source, les expéditions des engrais naturels et chimiques auraient poursuivi leur hausse, bénéficiant d’une augmentation des prix à l’export et d’une demande extérieure soutenue.
Pour leur part, les importations auraient augmenté moins rapidement au deuxième trimestre 2017, après trois trimestres successifs de fortes hausses, affichant un accroissement de 3,6%, au lieu de +12,2% un trimestre plus tôt. A en croire le HCP, « elles auraient été impactées par le ralentissement des importations hors énergie, en particulier des biens de consommation (voitures de tourisme), des demi-produits (produits chimiques) et des produits bruts (bois bruts, huile de soja) ».
A l’inverse, l’institution a noté que la facture énergétique aurait continué à grever la balance commerciale, contribuant pour près de 4 points à la hausse des importations.
« Le creusement du déficit commercial se serait atténué au deuxième trimestre 2017 (+5,6%, au lieu de +19,3% un trimestre auparavant), en raison d’une progression moins vigoureuse des importations par rapport au trimestre précédent et le taux de couverture se serait situé à 53,2% », ont relevé les experts du HCP.
Dans la foulée, il a été aussi noté la poursuite de l’expansion de la demande intérieure au cours du deuxième trimestre de l’année.
Ainsi, selon le HCP, la consommation finale aurait été le principal moteur de l’activité économique au deuxième trimestre 2017, contribuant pour environ 2,4 points à la croissance globale du PIB, au lieu de +1,6 point un an plus tôt.
« Les dépenses de consommation des ménages, en volume, se seraient accrues de 4,2%, en variation annuelle… Alors que la croissance de l’investissement serait restée soutenue au deuxième trimestre 2017, bien qu’en ralentissement par rapport à la même période de l’année dernière. En rythme annuel, elle aurait atteint +5,5%, ramenant ainsi la contribution de l’investissement à +1,7 point à la croissance globale du PIB, au lieu de +2,4 points l’année passée », a ajouté l’organisme.
A noter qu’en plus du raffermissement de l’activité agricole et de la progression plus soutenue des activités hors agriculture, les industries manufacturières auraient poursuivi leur redressement pour le troisième trimestre successif, affichant un accroissement de 2,5%, au deuxième trimestre 2017, au lieu de -0,2%, la même période de l’année précédente.
« En revanche, et après avoir régressé de 0,4% au premier trimestre 2017, le secteur de la construction aurait accusé une baisse de 0,6%, au deuxième trimestre, en variation annuelle », a fait remarquer le HCP.
L’autre point à souligner est la décélération des prix à la consommation dont le rythme de progression des prix aurait sensiblement ralenti au deuxième trimestre 2017, pour se situer à +0,3%, en glissement annuel, au lieu de +1,3% au premier trimestre. Alors que les créances sur l’économie auraient continué d’évoluer sur un sentier de croissance ascendant, au deuxième trimestre 2017.
Dans sa note, le HCP a aussi relevé une accélération du rythme de croissance des indices boursiers, constatant que le marché des actions aurait amélioré ses gains annuels au cours du deuxième trimestre 2017, dans un environnement propice à l’investissement en Bourse.
A propos des prévisions du troisième trimestre 2017, le Haut-commissariat reste confiant indiquant que la croissance nationale devrait se poursuivre à un rythme toujours soutenu, sous l’effet d’un accroissement de 14,9% de la valeur ajoutée agricole.
« Avec une hausse de 14,9% de la valeur ajoutée agricole, l’économie nationale afficherait une croissance de 4,1%, au troisième trimestre 2017, au lieu de 1,3% une année plus tôt », ont-ils soutenu.

LAISSER UN COMMENTAIRE