Maroc: L’économie nationale fait un bond de 4,1% en 2017

La demande intérieure en ralentissement, selon le HCP

0
620
Soutenue particulièrement par l’important rebondissement de l’activité agricole, l’économie nationale a enregistré une croissance de  4,1% au titre de l’année 2017 contre 1,1% en 2016, a indiqué le Haut-commissariat au plan (HCP).
Cette évolution a été tirée par la consommation finale des ménages et la demande extérieure dans le contexte d’une inflation maîtrisée et d’un allégement du besoin de financement de l’économie nationale, a expliqué l’organisme public.
Dans une note d’information relative aux comptes nationaux provisoires de l’année 2017 qu’il a publiée récemment, le HCP a précisé que l’évolution du taux de la croissance de l’économie nationale est liée à la forte hausse de 15,4% en volume de la valeur ajoutée du secteur agricole contre une baisse de 13,7% relevée en 2016 et à l’augmentation de 2,7% de la VA des activités non agricoles au lieu de 2,2% enregistré l’année précédente.
Les données recueillies par le HCP font apparaître aussi un ralentissement de la demande intérieure à 3,3% en 2017 au lieu de 5,1% en 2016, «sous l’effet, en particulier, d’un relatif ralentissement des dépenses de consommation des ménages, conjugué à une baisse de l’investissement», a relevé le Haut-commissariat.
A propos des dépenses de consommation finale des ménages, il ressort qu’elles ont connu une augmentation de 3,5% en-deçà du taux qu’elles avaient enregistré en 2016 (3,7%), ce qui explique qu’elles ont contribué seulement 2 points à la croissance au lieu de 2,1 points.
Tandis que la consommation finale des administrations publiques, qui s’est de son côté maintenue à son rythme de croissance de 1,5%, a apporté 0,3 point à la croissance.
En fin de compte, les comptes nationaux font ressortir que la contribution de la demande intérieure à la croissance du PIB n’a été que de 3,6 points en 2017 au lieu de 5,4 en 2016, constatée une année plus tôt.
Dans sa note, le Haut-commissariat a fait remarquer la nette amélioration du solde des échanges extérieurs qui ont «dégagé une contribution à la croissance de l’ordre de 0,5 point en 2017 au lieu d’une contribution négative de (-4.3) points en 2016». Et d’ajouter que les exportations ont augmenté de 10,9% au lieu de 5,5% et les importations de 7,4% au lieu de 14,7%.
De son côté, le revenu national brut disponible a connu une augmentation de 4,7% contre 3% en 2016 pour se situer à 1125 milliards  de DH en 2017.
Pour sa part, «l’amélioration de 3,9% de la consommation finale nationale a porté  l’épargne nationale  brute à 28,9% du PIB», ont révélé les comptes nationaux.
A noter que «l’investissement brut (FBCF et variation de stocks) a maintenu son ratio à 32,6% du PIB, financé, à hauteur de 88,6% par l’épargne nationale brute contre 86,9% en 2016», comme l’a souligné le HCP, faisant ainsi remarquer que le besoin de financement de l’économie nationale s’est allégé par rapport à l’année 2016 passant de 4,3% à 3,7% du PIB.
Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE