Maroc: Le déficit commercial s’allège au premier trimestre 2019

Le taux de couverture gagne 1,6 point en s’établissant à 61,3% au lieu de 59,7% un an auparavant

0
603
Importations-de-biens-d_équipement-et-demi-produits.

Le déficit commercial s’est allégé de 2,4% au premier trimestre 2019, en raison de la hausse des exportations (+2.914MDH), plus importante que celle des importations (+1.774MDH), a annoncé l’Office des changes. 

Selon les chiffres publiés récemment par l’institution publique, les échanges commerciaux de biens à fin mars ont été marqués par un allégement du déficit commercial à 46.947MDH contre 48.087MDH à la même période de l’année 2018. 

Dans une récente note sur les indicateurs mensuels des échanges extérieurs du mois de mars, l’Office a indiqué que le taux de couverture s’est établi à 61,3% au lieu de 59,7% un an auparavant. Ce qui se traduit par l’amélioration de 1,6 point. Des explications de l’Office des changes, il ressort que la hausse des importations de biens provient principalement de l’accroissement des achats de demi-produits (+1.822MDH), de produits bruts (+68MDH) et de produits alimentaires (+46MDH). 

La facture énergétique a atteint 18.222MDH contre 18.409MDH une année auparavant, soit une  baisse de 1% à 187MDH, a noté l’Institution précisant que sa part dans le total des importations s’est située à 15% dont 7,6% des achats de gas-oils et fuel-oils. Elle était de 15,4% un an auparavant. 

Au titre des trois premiers mois de 2019, il ressort que les approvisionnements en gaz de pétrole et autres hydrocarbures se sont établis à 3.274MDH contre 3.562MDH à fin mars 2018 (-288MDH). 
D’après l’Office, « cette évolution est due à la baisse à la fois des quantités de 5,9% (838mT à fin mars 2019 contre 890mT à fin mars 2018), et des prix (3.907 DH/T à fin mars 2019 contre 4.002 DH/T un an auparavant) ». 

Les autres données relevées dans sa note sur les indicateurs des échanges extérieurs de mars dernier font état d’une augmentation de +7,4% équivalant à 1.822MDH des importations de demi-produits, atteignant ainsi 26.419 MDH contre 24.597MDH un an auparavant. Alors que les importations de biens d’équipement se sont stabilisées à 31.332MDH. 

En parallèle, « la part des achats de ces deux groupes de produits dans le total des importations augmente de 0,8 point, soit 47,7% contre 46,8% une année auparavant », a relevé l’Office. 

A noter qu’au cours des trois premiers mois de cette année, les exportations se sont établies à 74.240MDH contre 71.326MDH pour la même période de l’année précédente et que cette progression s’explique par l’accroissement des ventes de la majorité des secteurs. 

La note fait notamment allusion aux hausses observées dans le secteur des phosphates et dérivés (11.566MDH contre 9.598MDH, soit +20,5% ou 1.968MDH). 

A ce propos, l’Office a indiqué que « la hausse des exportations des phosphates et dérivés à fin mars 2019 provient de la progression des ventes d’acide phosphorique (+1.355MDH) et celles des engrais naturels et chimiques (+664MDH) », notant cependant qu’elle a été atténuée par la baisse des ventes des phosphates (-51MDH) et que la part de ce secteur dans le total des exportations s’est située à 15,6% contre 13,5% à fin mars 2018. 

La progression des exportations est aussi attribuée aux hausses enregistrées dans les secteurs suivants : agriculture et agroalimentaire (18.941MDH contre 18.361MDH, soit +3,2%) ; aéronautique (3.881MDH contre 3.711MDH, soit +4,6%) ; textile et cuir (9.768MDH au lieu de 9.606MDH, soit +1,7%); électronique (2.324MDH au lieu de 2.183MDH, soit +6,5%); industrie pharmaceutique (317MDH au lieu de 308MDH, soit +2,9%). Elle est aussi attribuée à des améliorations relevées dans le secteur de l’automobile (20.451MDH contre 20.130MDH, soit +1,6%). 

Selon l’Office, « la dynamique des exportations du secteur automobile à fin mars 2019 résulte essentiellement de la progression des ventes du câblage (8.354MDH au lieu de 8.074MDH une année auparavant, soit +3,5% ou +280MDH) ». 

Il apparait, en revanche, que les ventes de la construction automobile et celles d’intérieur véhicules et sièges ont baissé respectivement de 1,5% et 3,3%, la part de ce secteur dans le total des exportations s’élevant ainsi à 27,5% contre 28,2% un an auparavant. 

Dans tous les cas, « l’écosystème construction représente la part la plus importante du secteur automobile : 46,8% à fin mars 2019 en baisse de 1,5 point par rapport à la même période de l’année précédente, suivi du câblage avec 40,8%», a souligné l’Office. 

Signalons, en revanche, que le secteur «autres extractions minières » a enregistré une baisse de 152 MDH. 

A noter que la balance des échanges de services a affiché un excédent en hausse de 3,6% (+636MDH) à +18.382MDH contre +17.746MDH à fin mars 2018. Alors que les envois de fonds effectués par les Marocains résidant à l’étranger ont enregistré une baisse de 905MDH (5,7%) atteignant ainsi 15.098MDH à fin mars 2019 contre 16.003MDH à la même période de l’année précédente.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE