Maroc: Les grossistes s’attendent à une hausse des ventes au troisième trimestre

Les marchands non financiers anticipent une stabilité de leur activité, selon le HCP

0
948
C’est ce qui ressort de l’enquête trimestrielle de conjoncture réalisée par le Haut-commissariat au plan (HCP) au titre du troisième trimestre 2017 auprès des entreprises opérant dans ce secteur et dans des services marchands non financiers. 
Selon les résultats de cette enquête, seuls 22% des grossistes pensent au contraire que les ventes auraient baissé dans ce secteur.
A en croire les analyses du Haut-commissariat, cette évolution serait attribuable principalement, d’une part, à la baisse des ventes enregistrée dans le «Commerce de gros de biens domestiques» et le «Commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication» et, d’autre part, à la hausse des ventes enregistrée dans le «Commerce de gros de produits alimentaires et de boissons».
Pour la majorité des chefs d’entreprise (85%), l’emploi aurait connu une stabilité et les stocks de marchandises se seraient situés à un niveau normal pour 75% d’entre eux. Moins d’un quart pense au contraire que les stocks ont été inférieurs à la normale.
Quoi qu’il en soit, 85% des chefs d’entreprise ont estimé que la tendance observée des prix de vente aurait affiché une stabilité au niveau de toutes les activités du secteur du commerce de gros.
En ce qui concerne les activités relevant du secteur des services marchands non financiers, il a été relevé qu’au deuxième trimestre 2017, le taux d’utilisation des capacités de prestation des services marchands non financiers (TUC) se serait établi à 79%.
Pour plus de la moitié des chefs d’entreprise du secteur (68%), l’activité du secteur aurait connu une hausse.
Cette évolution serait attribuée, d’une part, à la hausse d’activité enregistrée au niveau des branches des «Télécommunications» et des «Transports aériens» et, d’autre part, à la baisse d’activité enregistrée au niveau de la branche de la «Publicité et études de marché».
Dans sa dernière note consacrée aux principales appréciations des chefs d’entreprise opérant dans le secteur, le Haut-commissariat a indiqué que l’amélioration de l’activité globale des services marchands non financiers aurait été accompagnée par une amélioration des prestations à l’étranger.
Selon la même source, 78% chefs d’entreprise sondés ont jugé les carnets de commandes du secteur d’un niveau normal alors que seuls 15% d’entre eux ont l’ont estimé supérieur à la normale.
S’agissant de l’emploi,  il aurait connu une stagnation, selon 75% patrons sondés.
Il est à souligner que les appréciations des chefs d’entreprise ont aussi porté sur les anticipations de ces derniers pour le troisième trimestre 2017. Des appréciations qui sont apparues mitigées en ce qui commerce le secteur du commerce de gros.
En effet, il est ressorti de l’enquête que 35% des grossistes anticipent une hausse du volume global des ventes du commerce de gros pour le troisième trimestre 2017. Presque autant (30%) s’attendent au contraire à ce qu’il baisse.
Cette évolution serait attribuable principalement à l’amélioration des activités de «Commerce de gros d’équipements de l’information et de la communication» et d’ «Autres commerces de gros spécialisés», a souligné le HCP dans sa note.
Pour 70% des grossistes, l’emploi connaîtrait une stabilité des effectifs alors que plus d’un quart (26%) anticipe une hausse. Quant aux commandes à passer, elles seraient d’un niveau normal pour plus de la moitié des chefs d’entreprise (56%) et supérieur à la normale pour moins d’un quart d’entre eux (22%).
Du côté des marchands non financiers, il a été noté que 66% d’entre eux s’attendent à une stabilité des activités du secteur. Des anticipations qui seraient dues, d’une part, à l’amélioration de l’activité de l’«Entreposage et services auxiliaires des transports» et du «Transports terrestres et transport par conduites» et, d’autre part, à la baisse des «Activités de poste et de courrier».
Une majorité des chefs d’entreprise (70%) anticipent une stabilité de la demande et un peu plus (74%) à une stagnation des effectifs employés.

LAISSER UN COMMENTAIRE