Maroc: Evolution favorable des activités tertiaires

0
730
Avec plus de 11,3 millions de touristes, le nombre des arrivées touristiques à la destination marocaine a enregistré une croissance de 9,8% en 2017, soit son plus haut niveau sur les sept dernières années, a relevé la Direction des études et des prévisions financières (DEPF).
« Cette bonne performance trouve son origine, à hauteur de 75%, dans la bonne tenue des arrivées des touristes étrangers (+14,9% après -0,9% il y a une année). Du côté des arrivées des MRE, elles ont augmenté de 4,9% après +4% en 2016 », a-t-il expliqué dans sa note Conjoncture du mois dernier (N°252).
Selon ce département relevant du ministère de l’Economie et des Finances,  parallèlement à cette évolution, le nombre de nuitées, dans les établissements d’hébergement nationaux classés, s’est renforcé de 14,6% à fin 2017, après +4,7% à fin 2016, pour dépasser, pour la première fois, les vingt millions de nuitées (de 2,1 millions).
D’après les données analysées, le volume des nuitées réalisées par les non-résidents a concentré près de 83% de cette progression, et a augmenté de 18,3%, soit sa plus forte performance depuis 2006, alors que les nuitées des résidents se sont améliorées de 7,4% comparativement à fin 2016.
Au terme de l’année 2017, la DEPF a indiqué que les recettes touristiques se sont chiffrées à 69,7 milliards de dirhams. Ce qui correspond à une hausse de 8,5%, après +5% un an plus tôt.
La bonne nouvelle, c’est que cette évolution ascendante s’est maintenue au titre du premier mois de l’année 2018, affichant ainsi une hausse de 32,3% comparativement au même mois de l’année 2017, pour atteindre 5,4 milliards de dirhams.
Egalement au vert, le secteur des télécommunications a terminé l’année écoulée sur une bonne note, grâce notamment au rebond confirmé du parc de la téléphonie et l’évolution toujours robuste de l’activité de l’Internet.
De l’analyse des chiffres de ce secteur, il ressort que le volume du parc global de la téléphonie s’est renforcé de 5,5% pour compter près de 46 millions d’abonnés, après un retrait de 3,8% au terme de l’année 2016.
D’après la DEPF, cette progression est à mettre sur le compte de « la hausse du parc de la téléphonie mobile de 5,8% à 43,9 millions d’abonnés, après -3,6% un an auparavant, pour situer son taux de pénétration à 126% après 122,7% ».
En ce qui concerne le parc de la téléphonie fixe, la Direction a noté que le rythme baissier poursuit son ralentissement, affichant un retrait de 1,1% à fin 2017 après -6,8% en 2016.
Quant au parc d’abonnés à Internet, les chiffres font état d’un affermissement  de 30,1% à fin 2017, après +17,9% un an plus tôt, pour atteindre près de 22,2 millions d’abonnés. Ce qui, a précisé la même source, porte son taux de pénétration à 63,7%, au lieu de 50,4% au terme de l’année 2016.
Il faut cependant noté que les prix moyens de la communication ont, parallèlement à cette évolution, stagné entre 2016 et 2017. C’est le cas au niveau des segments de la téléphonie mobile et de l’Internet, alors qu’ils ont augmenté de 11,7% au niveau de la téléphonie fixe.
L’année 2017 a également été favorable au niveau des transports où le trafic aérien des passagers a franchi, pour la première fois, le cap de 20 millions de passagers (de plus de 357.000 passagers), marquant une croissance de +11,6%, soit la plus forte des sept dernières années.
La DEPF a également noté des augmentations à deux chiffres enregistrées au niveau de la plupart des aéroports nationaux, notamment à Marrakech (+11,96%), Agadir (+15,74%), Fès (+24,93%) et Tanger (+26,11%).
Autre performance, « le trafic du fret aérien a également enregistré sa plus forte performance sur sept ans, soit +19% », s’est réjouit ce département, signalant, par ailleurs, que l’activité portuaire gérée par l’ANP s’est renforcée de 8,1% à fin 2017, après une augmentation de 8,3% il y a une année.
Les analystes de la DEPF ont attribué cette évolution au bon comportement du trafic des exportations qui a enregistré une amélioration de +27,3%, atténué par la baisse de celui des importations de 4,9%.
Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE