Maroc: Le chômage en progression à 10,6%

Des taux plus élevés chez les jeunes de 15 à 24 ans (29,3%) et les diplômés (18,2%), selon le HCP

0
329

Les principaux indicateurs du marché du travail au troisième trimestre de l’année 2017 font état d’une hausse du taux de chômage, a récemment relevé le Haut-commissariat au plan (HCP). 

A en croire l’organisme public, le taux de chômage a augmenté de 10,4% à 10,6% au niveau national et de 14,5% à 14,9% en milieu urbain, mais il est resté stable à 4,6% en milieu rural.
Dans une note d’information relative à la situation du marché du travail au titre du troisième trimestre de l’année 2017, le HCP a indiqué que le nombre de chômeurs s’est accru de 42.000 personnes dont 38.000 en milieu urbain et 4.000 en milieu rural. Ce qui porte l’effectif global du chômage à 1.236.000 personnes au niveau national, a souligné le Haut-commissariat.
En détail, « le chômage reste élevé parmi les femmes, les diplômés et les jeunes âgés de 15 à 24 ans, leurs taux sont passés respectivement de 14,8% à 15,1%, de 18,1% à 18,2% et de 28,9% à 29,3% », a-t-il précisé.
Dans sa note, le Haut-commissariat a aussi relevé une hausse du taux de sous-emploi qui s’est accru de 0,2 point, par rapport au troisième trimestre de 2016. Il est ainsi passé de 9,7% à 9,9% au niveau national ; de 8,2% à 8,3% en milieu urbain et de 11,5% à 11,8% en milieu rural.
Des données analysées, il est ainsi ressorti que « le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a augmenté, entre les troisièmes trimestres de 2016 et 2017, de 998.000 à 1.027.000 personnes au niveau national, de 470.000 à 479.000 personnes dans les villes et de 528.000 à 548.000 dans la campagne », a relevé le HCP.
D’après le haut-commissariat, le taux de sous-emploi a atteint 11,2% parmi les hommes dont 8,3% en milieu urbain et 15% en milieu rural. Il est de 5,4% parmi les femmes dont 8,2% en milieu urbain et 2,8% en milieu rural.
A noter qu’entre le troisième trimestre de l’année 2016 et la même période de 2017, l’économie marocaine a créé 89.000 postes d’emploi, 29.000 en milieu urbain et 60.000 en milieu rural, contre une perte de 73.000 une année auparavant.
Le volume de l’emploi est ainsi passé de 10.314.000 à 10.403.000 personnes. Quant au taux d’emploi, il a reculé de 0,4 point au niveau national, passant de 41% à 40,7%. Tout comme en milieu urbain où il a baissé de 36,1% à 35,3% (-0,7 point). Il a en revanche augmenté en milieu rural de 49,6% à 50%, ce qui correspond à une progression de +0,4 point.
Il est à noter que la contribution sectorielle à la création nette d’emplois a fait ressortir que l’«agriculture, forêt et pêche » a créé 47.000 emplois, correspondant à un accroissement de 1,3%. En détail, 40.000 emplois ont été créées en milieu rural et 7.000 en milieu urbain, contre des pertes de 75.000 postes en 2014, 27.000 en 2015 et 66.000 l’année dernière.
De son côté, le secteur des « services » a enregistré un recul avec une perte de 15.000 emplois l’année dernière et une création de 20.000 cette année, soit un accroissement de 0,4%, 8.000 postes ont été créées en milieu urbain et 12.000 en milieu rural.
Pour rappel, ce secteur représentait le principal pourvoyeur d’emploi au cours des dix dernières années avec environ 100.000 postes créées durant les années 2007-2012 et 50.000 durant les années 2013-2015.
Avec une hausse de 1,2% du volume d’emploi du secteur, l’«industrie y compris l’artisanat » a créé 15.000 postes d’emploi  dont 10.000 en milieu urbain et 5.000 en milieu rural, contre une perte de 44.000 postes l’année dernière.
Dans sa note, le Haut-commissariat a précisé que ces nouveaux postes ont été principalement pourvus de la branche des «industries alimentaires et de boissons » avec 12.000 postes.
Après  une création annuelle moyenne de l’ordre de 40.000 postes au cours des trois dernières années, le secteur des BTP a créé, entre le 3ème trimestre de 2016 et la même période de 2017, 7.000 postes d’emploi au niveau national, soit une hausse de 0,6% du volume d’emploi du secteur. 4.000 postes ont été créées en milieu urbain et 3.000 en milieu rural.

LAISSER UN COMMENTAIRE