Maroc: La campagne agricole s’annonce sous de bons auspices

0
138
Amélioration de l’état des cultures céréalières
Les récentes précipitations auront un impact positif sur l’amélioration du développement des arbres fruitiers et du couvert végétal des parcours, l’amélioration du taux de remplissage des barrages et du niveau des nappes phréatiques ainsi que l’économie de l’eau d’irrigation.

Selon le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, elles ont créé les conditions favorables pour le déroulement de l’actuelle campagne agricole.
« Les agriculteurs sont ainsi appelés à continuer à entretenir les principales cultures à travers, notamment, le désherbage, l’épandage des engrais et l’application des traitements phytosanitaires et à entreprendre les préparatifs pour l’installation des cultures de printemps (tournesol, pois chiche, maïs,…) », a expliqué le ministère dans un communiqué rendu public récemment.
En effet, le cumul pluviométrique moyen national au 27 février 2017 à 6 heures,  a été porté  à 287 mm, soit une hausse de 7% par rapport à la normale (264 mm) et de 136% par rapport à la campagne précédente (122 mm) à la même date, a-t-on précisé de même source.
A noter que ces précipitations ont concerné toutes les régions du Royaume, renforçant ainsi la perspective d’une bonne campagne agricole, s’est réjouit ce département.
Pour assurer un bon déroulement de la campagne agricole, le ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime a rappelé avoir pris, dans le cadre du Plan Maroc Vert, toutes les dispositions nécessaires afin d’assurer la disponibilité des intrants agricoles et la mobilisation des agriculteurs et tous les acteurs du secteur pour la réussite de la campagne.
« Les semences certifiées de céréales ont été mobilisées à hauteur de 2 millions de quintaux, réparties à hauteur de 75% de blé tendre, 18% de blé dur et 7% d’orge. Les ventes globales de semences certifiées ont totalisé en février plus de 1,66 million de quintaux contre 1,09 million de quintaux lors de la campagne agricole précédente à la même date. Pour les engrais, le marché est actuellement bien approvisionné», a souligné le ministère.
Dans ce document, il est aussi indiqué que les cultures d’automne ont connu une bonne dynamique marquée par une prédominance du travail mécanique des sols qui a concerné plus de 90% de la superficie. « La superficie semée, toutes cultures d’automne confondues, totalise 5,88 millions d’ha dont 11% en irrigué, dominés par les céréales (87%), les fourrages (9%) et les légumineuses (4%), peut-on lire dans ce document.
La même source indique que la superficie semée en céréales d’automne est de 5,11 millions d’hectares, soit 99% du programme de l’actuelle campagne agricole (dépassant l’objectif de 5 millions d’ha annoncés en décembre 2016).
« Pour les céréales, en majorité au stade de développement tallage, l’état végétatif est jugé bon pour 73% de la superficie emblavée et moyen pour 25% de cette superficie».
En ce qui concerne les cultures sucrières,  la superficie semée en betterave à sucre est d’environ 54.500 ha, sur un total programmé de 56.000 ha au titre de la présente campagne, dont 92% semés en variétés monogermes. Celle de la canne à sucre s’élève à 11.130 ha, dont 1 763 ha plantés en automne 2016.
Quant aux exportations globales de primeurs, elles ont connu une baisse de 6% (512.862 t) au 23 février, par rapport à la campagne précédente à la même date. « Ce ralentissement a été causé par la période prolongée du froid hivernal. Alors que les exportations des agrumes ont atteint environ 462.241 t, en hausse de 15% par rapport à la campagne précédente à la même date », a indiqué le ministère précisant que les agrumes petits fruits y représentent près de 92%.
Autre baisse, celle des réalisations de la tomate qui représentent près de 63% des exportations globales en produits maraîchers, avec un volume de près de 319.373t, un recul de 5% par rapport à la campagne précédente à la même date. « Cette baisse des exportations est due aux conditions climatiques défavorables et en particulier à la chute des températures pendant les mois de décembre et janvier, ce qui a réduit de manière substantielle l’offre en tomates sur les marchés ».
Quant aux légumes divers, les réalisations ont atteint environ 166.600 t, soit une baisse de 6% par rapport à la même date de la campagne précédente; celles-ci sont dominées principalement par les haricots (38%) et les courges et courgettes (17%).
En ce qui concerne la pomme de terre, les exportations ont concerné 3.000 t, soit une hausse de 30% comparativement aux réalisations de la campagne précédente à la même date.
Enfin, on apprend que l’état actuel de développement de la biomasse végétale est très bon, ce qui laisse présager une production fourragère abondante qui devra permettre la couverture des besoins du cheptel national.

LAISSER UN COMMENTAIRE