Maroc: bonne tenue des activités secondaires

Dynamisme soutenu des secteurs exportateurs, selon la DEPF

0
357

A en croire la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), les activités secondaires ont connu une évolution favorable. Elle en veut pour preuve : la performance consolidée du secteur extractif, la bonne tenue de l’activité du secteur de l’énergie électrique à fin septembre, le redressement des ventes de ciment au troisième trimestre 2017 et le bon comportement du secteur manufacturier. 

En effet, dans sa note de conjoncture du mois dernier, la DEPF a relevé que le secteur extractif a poursuivi sa bonne dynamique à fin septembre 2017, en phase avec le bon comportement de la production de phosphate roche.
Selon ce département relevant du ministère de l’Economie et des Finances, ce secteur a progressé de 22,2% en une année, soit la plus forte croissance enregistrée sur les sept dernières années.
Et ce n’est pas tout. Puisqu’en matière d’échanges avec l’extérieur, la DEPF a aussi noté que « les expéditions de phosphate brut se sont renforcées de 41,3%, en volume, et de 13,4%, en valeur, à fin septembre 2017 par rapport à la même période de l’année 2016».
A propos de l’activité du secteur de l’énergie électrique, la DEPF a indiqué que sa production  s’est renforcée, en volume, de 2,3% en variation annuelle, à fin septembre 2017, après une hausse de 2,9% à fin septembre 2016.
Les analystes de la DEPF ont estimé que  « cette progression est à lier, essentiellement, à la hausse de la production de l’ONEE de 4,5%, de celle des tiers nationaux de 282,2% et de celle des énergies renouvelables de 12,3%, atténuée par la légère baisse de la production privée de 0,5% ».
S’agissant des échanges du secteur de l’énergie électrique avec l’extérieur, la DEPF a noté que le volume des importations s’est accru de 18,1% au terme de la même période, après une hausse de 7,6% un an plus tôt.
Ainsi, a-t-elle souligné, l’évolution de l’énergie nette appelée a été portée à +5%, après +2,9% il y a une année.
Elle a également indiqué que « la consommation de l’énergie électrique s’est appréciée, en volume, de 4% à fin septembre 2017, après +1,9% à fin septembre 2016 ».
En ce qui concerne des ventes de ciment au titre du troisième trimestre de l’année en cours, il ressort des données analysées que celles-ci ont connu un redressement de 8,2%, en glissement annuel, nourri d’une hausse de 4% au titre du mois de septembre 2017 et de 42,2% en juillet 2017.
Le recul de ces ventes est ainsi passé de -9,2% à fin juin 2017 à -4,2% au terme des neuf premiers mois de 2017, après une stagnation un an auparavant.
Selon la DEPF, « cette amélioration a été conjuguée à une hausse de l’encours des crédits alloués au secteur immobilier de 3,4%, à fin septembre 2017, après +2,4% il y a une année, à près de 255 milliards de dirhams, recouvrant l’accroissement des crédits accordés à l’habitat (+4,8%) et l’évolution toujours positive de ceux attribués à la promotion immobilière (+0,1%).
En ce qui concerne le secteur manufacturier, il a été relevé qu’au terme du premier semestre 2017, l’indice de production du secteur manufacturier, hors raffinage de pétrole, a progressé de 2%.
Ce qui représente la meilleure performance enregistrée sur les cinq dernières années au titre de la même période et augure « d’un redressement continu du secteur industriel national ».
A en croire la DEPF, cette évolution favorable s’est confirmée à fin octobre 2017, reflétée par le bon comportement des expéditions des principaux secteurs exportateurs nationaux.
En l’occurrence, les secteurs de l’industrie automobile (+5,5%), de l’industrie alimentaire (+9,7%), de textile et cuir (+6,6%), de l’aéronautique (+15,6%) et de l’électronique (+4,9%).
Notons aussi que l’activité du secteur chimique et para-chimique, s’est située, également, sur un sentier favorable, comme en témoigne l’évolution remarquable de la production des dérivés de phosphate de 29,3% au terme des neuf premiers mois de 2017, soit la plus forte progression enregistrée sur les sept dernières années.

LAISSER UN COMMENTAIRE