Le Maroc adopte des accords de coopération avec le Congo

Le Club Afrique Développement organise une mission multisectorielle à Pointe-Noire le 20 juin

0
654
Adopté le jeudi 31 mai dernier, le premier projet de loi porte sur la double imposition et la prévention de l’évasion fiscale entre le Maroc et le Congo. Tandis que le deuxième projet, approuvé une semaine plus tard, veille sur la promotion et la protection réciproques des investissements entre les deux parties.
Ainsi que l’avait indiqué le porte-parole du gouvernement, Mustapha El Khalfi, ce projet tend à éviter la double imposition et la prévention de l’évasion fiscale en matière d’impôt sur le revenu entre les deux pays.
En effet, il vise à développer et renforcer les relations économiques entre les deux pays à travers la mise en place des bases juridiques instituant un système commun pour éviter la double imposition et prévenir l’évasion fiscale en matière d’impôt sur le revenu, avait-il expliqué.
De son côté, le deuxième projet vise à promouvoir la coopération économique entre le Maroc et le Congo à travers la mise en place des conditions propices à l’investissement pour tout opérateur économique désirant entreprendre dans le pays de l’autre en lui fournissant toutes les garanties et protections nécessaires à même d’intensifier les contacts d’affaires et renforcer la confiance dans le domaine de l’investissement, avait-il expliqué.
Cet accord relatif à la promotion et à la protection réciproques des investissements entre le Royaume du Maroc et la République du Congo,  a également pour objectif de soutenir et protéger les investissements étrangers et partant promouvoir le développement économique des deux pays, avait-il ajouté.
Pour rappel, les deux projets avaient été signés le 30 avril dernier à Brazzaville, en marge du premier Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement de la Commission climat et du Fonds bleu du Bassin du Congo tenu la veille de la signature dans la capitale congolaise.
Rappelons également que la cérémonie de signature de ces deux accords et d’une dizaine d’autres touchant à divers domaines avait été présidée par le Souverain et le président congolais.
En outre, un communiqué conjoint maroco-congolais avait été rendu public à l’issue de la visite de S.M le Roi à Brazzaville. Celui-ci soulignait le rôle clé que les secteurs privés des deux pays peuvent jouer dans la promotion du développement des relations bilatérales.
Près de deux mois après la visite du Souverain, le secteur privé a pris la relève avec l’organisation, le 20 juin courant, d’une mission multisectorielle au Congo Brazzaville, à l’initiative du Club Afrique Développement du groupe Attijariwafa bank.
Placée sous le thème « Opportunités de diversification de l’économie congolaise : Focus Agriculture et Tourisme », cette rencontre d’affaires sera organisée en partenariat avec le Crédit du Congo, filiale locale du groupe bancaire marocain.
Précisons que cette mission, la troisième de l’année en Afrique, après la Mauritanie et la Côte d’Ivoire, sera marquée par l’organisation d’un forum international ponctué par des séances BtoB visant à promouvoir des relations d’affaires entre les entreprises congolaises et d’autres structures internationales.
Dans son communiqué, Attijariwafa bank ajoute que des projets structurants s’inscrivant dans la thématique de la rencontre seront présentés lors de cet événement qui s’intéresse principalement à l’agriculture et aux services annexes.
Notons aussi que le Club Afrique Développement, qui s’inscrit dans un état d’esprit de croissance solidaire et une vision humaniste du développement économique, avait été officialisé le 20 janvier 2017 à Pointe-Noire autour du thème : « Afrique Développement : quels leviers de croissance pour la PME ? » .
Rappelons également que le CAD a pour objet de contribuer à faciliter les échanges régionaux et aux débats relatifs à la coopération Sud-Sud.
Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE