Madagascar : la Banque mondiale approuve un crédit de 150 millions de dollars pour améliorer l’accès des ménages, entreprises et centres de santé aux services d’électricité

0
444

La Banque mondiale a approuvé en début du mois un crédit de 150 millions de dollars de l’Association Internationale de Développement (IDA) en faveur de Madagascar afin d’améliorer l’accès des ménages, entreprises et centres de santé du pays aux services d’électricité.

L’institution financière internationale estime qu’actuellement, avec un taux d’électrification de seulement 15%, environ quatre cinquièmes de Madagascar restent « dans le noir ». Ce qui, poursuit-elle, exclue une grande partie de la population de l’économie numérique et des services publics modernes tout en limitant gravement la compétitivité du pays.

La BM note, par ailleurs, que le manque d’électricité affecte de manière disproportionnée les zones rurales, les pauvres et les ménages dirigés par une femme.

Représentante de la Banque mondiale à Madagascar, Coralie Gevers, pense que « Le développement social et économique de Madagascar est limité par le manque de services d’électricité ».

C’est dire, soutient-elle, que « ce projet contribuera à l’objectif du gouvernement de doubler l’accès à l’électricité dans le pays d’ici 2023 grâce à des investissements efficaces au moindre coût, tant dans les solutions de réseau que hors réseau, ainsi qu’à l’objectif de rationaliser davantage la gouvernance du secteur dans le but d’accroître les investissements du secteur privé dans l’accès à l’électricité. »

Concrètement, le projet de développement à moindre coût de l’accès aux services électriques (LEAD) financera des investissements rentables dans l’extension et la densification du réseau à l’aide d’outils de planification de pointe et de technologies à faible coût, afin de maximiser le nombre de nouveaux raccordements par dollar dépensé.

Dans un communiqué, l’institution de Bretton Woods assure qu’avec sa composante hors réseau, LEAD créera l’un des plus importants fonds de développement de marché en Afrique subsaharienne pour inciter les entreprises du secteur privé et les institutions financières à accélérer l’extension du marché de la technologie solaire hors réseau.

Et d’assurer que grâce à la conception des composantes réseau et hors réseau qui se renforcent mutuellement, le projet devrait électrifier au moins 1,7 million de personnes, dont 10 000 entreprises et 750 centres de santé.

Jan Kappen, chef de l’équipe de la Banque mondiale pour l’opération, affirme que « LEAD utilisera de manière stratégique des technologies révolutionnaires, notamment l’imagerie par satellite et l’analyse géospatiale, afin de hiérarchiser les zones d’extension du réseau, ainsi que des systèmes domestiques solaires de qualité certifiés dotés d’une technologie de batterie avancée pour atteindre les ménages pauvres dans des zones éloignées beaucoup plus rapidement et à moindre coût que toute solution basée sur le réseau ».

Il est convaincu, en outre, que “le projet encouragera l’innovation” Fin Tech “malgache en développant l’utilisation de systèmes de paiement mobiles pour canaliser les crédits à la consommation pour les kits solaires hors réseau vers les ménages pauvres en dehors du système bancaire formel.”

Marin Kam avec CP

LAISSER UN COMMENTAIRE