Madagascar : La BAD apporte son soutien au projet hydroélectrique Sahofika

0
1236
Antananarivo. Ph: voyage-madagascar.org

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé qu’elle approuvé une garantie partielle de risque (GPR) de 100 millions de dollars pour soutenir le projet hydroélectrique Sahofika à Madagascar.

Selon l’institution, ce projet ajoutera 205 MW de capacité de production d’énergie renouvelable au réseau national, au bénéfice de plus de 2 millions de personnes.

Dans un communiqué, la Banque africaine souligne que son appui consistera notamment à atténuer les risques encourus par les promoteurs du projet et les créanciers en soutenant les obligations de paiement de la JIRAMA, la société d’État qui prend le relais, expliquant que le projet Sahofika est une centrale hydroélectrique d’une puissance brute qui sera construite sur la rivière Onive (Madagascar) à 100 km au sud-est d’Antananarivo.

De même source, la BAD précise qu’« il comprendra la conception, la construction et l’exploitation d’une centrale hydroélectrique de 205 MW, la construction d’une ligne de transport de 110 km vers le site, la construction d’installations et de 112 km de routes d’accès » .

A ne croire la banque panafricaine, une fois terminé, le projet produira 1 570 GWh d’énergie renouvelable par an et permettra à Madagascar de déplacer jusqu’à 90 % de la production d’énergie thermique, de libérer son grand potentiel hydroélectrique et d’étendre son mix énergétique à des sources plus renouvelables.

En outre, « il contribuera également à la réduction des tarifs moyens pour l’utilisateur final et des émissions de gaz à effet de serre qui s’élèvent à 32 469 kt de CO2 sur la période de concession de 35 ans », ajoute-t-elle dans son communiqué.

« L’appui de la Banque au service public national, JIRAMA, par cette GPR, va renforcer le crédit de la JIRAMA, qui continue à se constituer une réputation de fournisseur officiel d’électricité qui, à terme, va mobiliser des investissements dans le secteur énergétique à Madagascar » selon Wale Shonibare, vice-président par intérim de la Banque pour l’électricité, l’énergie, le changement climatique et la croissance verte.

« Cela permettra au pays d’atteindre ses objectifs stratégiques en termes d’accès accru à l’énergie, de diversification du mixte énergétique et de production à moindre coût », ajoute-t-il.

Pour Aida Ngom, directrice par intérim des Solutions financières pour l’énergie, politiques et réglementation de la Banque, ce projet devrait réduire la part d’énergie thermique dans le bouquet énergétique du pays et réduire considérablement les tarifs d’électricité. Le déplacement de la production d’énergie thermique permettra également à la JIRAMA de réduire considérablement ses achats de combustible et de diminuer les subventions du gouvernement pour soutenir ses opérations ».

Martin KAM

LAISSER UN COMMENTAIRE