L’USAID serait-il en train de financer un programme d’enseignement pour détruire les langues locales au Sénégal ?

0
243

TRIBUNE. Le projet “lecture pour tous” financé par l’USAID au Sénégal a commencé en octobre 2016 et continuera jusqu’en juillet 2021. Le projet a pour but d’améliorer le niveau de lecture des élèves dans les petites classes.

L’objectif principal de la campagne national de communication est de délivrer des messages et d’aller vers les communautés et les parents afin qu’ils se mobilisent pour soutenir les enseignants et apprentissages de la lecture initiale en langues nationales, facteur d’amélioration des performances en lecture des élèves dans les premières classes de l’élémentaire et des daara.

L’USAID à travers le projet “lecture pour tous”, soutient le ministre de l’éducation nationale, avec une intervention sur la lecture pour une durée de 5 ans, sur la période de 2016 – 2021. Ce programme vise l’amélioration des performances scolaires à travers la lecture en utilisant le pulaare, le wolof, et le seerere dans les 3 classes que sont le CI, le CP et le CE1, et les premières années dans les daara. Ce programme cible environ 3637 écoles primaires publique et 100 daara dans les régions de Diourbel, Fatick, Kaffrine, Louga et Matam.

Cependant, ce programme fait l’objet de beaucoup de contestations dans les zones où les Peules, qui sont la première ethnie du Sénégal (en nombre) sont majorité. En effet, on raconte qu’on impose aux enfants de ce groupe ethnique, la langue wolof qui n’est pas leur langue maternelle. Les soninkés (minorité ethnique) se plaignent également de ce programme car leur langue ne figure pas dans le répertoire des langues ciblées.

 Les sénégalais ne veulent pas de ce programme favorisant une ethnie au détriment des autres. Nous ne voulons pas vivre sous le règne de tensions culturelles, ethniques et religieuses. On a toujours vécu en paix et nous voulons éviter à notre pays, ce qui est arrivé malheureusement au Rwanda. Ce programme n’aurait de sens que si chaque enfant bénéficie d’un enseignent dans sa langue maternelle. Enseigner aux enfants Peules une langue locale autre que leur langue maternelle serait une tragédie car c’est une acculturation et une assimilation. Avec ce programme, beaucoup de gens craignent la disparition pure et simple des langues nationales dont la langue POULAR au pays de la TERANGA.

Votre ambassade à Dakar est vivement et fortement interpelée ainsi que votre gouvernement et votre sénat. Les organismes américains ainsi que tous les médias de ce pays seront saisis afin de les informer ce programme financé par les contribuables américains qui a mis le Sénégal sur le qui-vive linguistique et qui est potentiellement créateur de conflits. Nous vous invitons à nous expliquer davantage où vous voulez en venir avec ce programme et apporter des correctifs pour que tous les apprenants puissent commencer leur éducation dans leurs langues maternelles respectives.

 Au mali on assiste impuissant aux génocide des peuls par les autorités politiques dont le chef est le président Ibrahima Boubacar Keita lui-même. Assisterait-on au Sénégal à des génocides linguistiques ou culturelles ?

Gondiel Ka
Chroniqueur – Expertise Relation Afrique Canada.

LAISSER UN COMMENTAIRE