L’OMC annonce de modestes gains dans des secteurs clés

0
151
Des indices laissent entrevoir une amorce de redressement des échanges mondiaux de services.

Un faisceau d’indicateurs composant le baromètre du commerce des services de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) montre que certains secteurs clés du commerce mondial des services ont fait preuve de résilience au deuxième trimestre 2020.

En effet, quand bien même le commerce mondial des services est resté inférieur à la tendance au titre du deuxième trimestre de 2020, du fait des répercussions économiques du Covid-19, l’analyse des données récentes de l’OMC indique «aussi de modestes gains dans des secteurs clés», a constaté l’organisation internationale soulignant que cela témoigne d’une certaine résilience face à la pandémie.

«Si la plupart des indices qui composent le baromètre restent inférieurs à la tendance, certains laissent entrevoir une amorce de redressement», a relevé l’institution garante des règles régissant le commerce international entre les pays.

Ainsi, «si la valeur de 95,6 en date du 17 septembre est la plus faible jamais enregistrée, nettement en dessous de la valeur de référence de 100, les indicateurs du baromètre sont globalement supérieurs aux tendances récentes du commerce effectif des services – un schéma qui, par le passé, a précédé un retournement positif de la dynamique des échanges», a fait savoir l’OMC.

Dans un communiqué, l’organisation note que le transport aérien de voyageurs (49,2) a été le plus durement touché par la pandémie et qu’il a connu la plus forte baisse jamais enregistrée pour un composant du baromètre, en raison de la chute brutale des déplacements liée au Covid-19 et aux efforts déployés pour empêcher sa propagation.

Aussi, bien qu’elle semble s’être stabilisée dernièrement, l’OMC note que «la contraction observée dans ce secteur a été suffisamment importante pour peser sur le commerce mondial des services dans son ensemble».

Selon les données du baromètre du commerce des services de l’OMC, qui met en lumière les renversements de tendance et l’évolution de la structure du commerce mondial des services, les indices représentant le transport maritime de conteneurs (92,4) et la construction (97,3) et l’indice mondial des directeurs d’achats de services (97,0) montrent également des signes d’un retour à la hausse.

Dans son communiqué, l’organisation internationale insiste particulièrement sur ce dernier indice qu’elle considère comme étant la composante la plus prospective du baromètre des services.

Malgré la forte demande observée pendant la pandémie, «l’indice des services des TIC est tombé à 94,6», relève l’OMC assurant que celui des services financiers (100,3) était la seule composante du baromètre à suivre encore la tendance à la mi-septembre.

Il est à noter que l’indice de l’activité concernant le commerce des services, qui donne une mesure approximative du volume du commerce mondial des services, a accusé une baisse de 4,3% en glissement annuel au premier trimestre de 2020.

Bien que substantielle, l’organisation affirme que « cette baisse est plus faible que celles observées pendant la crise financière survenue il y a plus de dix ans, lorsque le commerce des services a chuté de 5,1% au premier trimestre de 2009 par rapport à l’année précédente, avant de subir une baisse encore plus importante de 8,9% au deuxième trimestre».

Dans sa communication, l’OMC rappelle que la croissance du commerce des services avait ralenti au second semestre de 2019, affirmant que la récente contraction de ce commerce traduisait aussi bien un ralentissement de la croissance économique mondiale que les premiers stades de la pandémie de Covid-19.

Selon les prévisions de l’organisation, «l’indice devrait rester inférieur à la tendance au second semestre de l’année, mais une reprise du transport aérien de voyageurs contribuerait fortement à un redressement», poursuit-elle.

Le baromètre du commerce des services est un indicateur connexe qui illustre la situation actuelle du commerce des services un peu à l’avance des statistiques officielles, peut-on lire sur le site officiel de l’OMC.

Mais contrairement à son équivalent pour les marchandises, l’indicateur des services enregistre des fluctuations qui coïncident avec les mouvements des flux commerciaux réels plutôt qu’elles ne les anticipent, précise l’organisation dans sa note expliquant qu’un chiffre égal à 100 indique que la croissance suit les tendances à moyen terme.

Lorsqu’il est supérieur à 100, cela suggère que la croissance est supérieure à la tendance et indique l’inverse quand il est inférieur à 100. 

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE