OIT: les lauréats du Concours de presse mondial sur les migrations de main-d’œuvre 2019 sont connus

0
677

L’Organisation internationale du Travail (OIT) a récemment annoncé les quatre lauréats du Concours de presse mondial sur les migrations de main-d’œuvre 2019, à l’occasion de la Journée internationale des migrants célébrée le 18 décembre dernier.

Après un rigoureux processus d’examen, le jury indépendant de quatre éminents juges du concours a décerné quatre prix dans deux domaines thématiques: Recrutement équitable et L’avenir des migrations de main-d’œuvre, a indiqué l’OIT dans un communiqué.

Concernant le premier domaine, les prix ont été décernés à Sara Mojtehedzadeh (auteure) et Melissa Renwick (photographe) pour l’article intitulé Bitter Harvest: Artemio’s Ghost  (Récolte amère: le fantôme d’Artemio) et publié dans The Star (10 octobre 2019), et à Louise Pluyaud pour son article Au Guatemala, Fidelia Castellanos porte la voix des travailleuses domestiques  diffusé par TV5 MONDE (14 décembre 2018)

Dans le deuxième domaine, les prix ont été attribués Stefania D’Ignoti pour son article A Syrian woman’s answer to refugee childcare in Turkey  (Une réfugiée syrienne offre une solution de garde d’enfants réfugiés en Turquie) publié sur Middle East Eye (18 avril 2019) et à Carmen Grau Vila pour Dans un Japon vieillissant, qui pourra résoudre la crise démographique: les migrants, les robots ou les retraités?) publié dans Equal Times (28 octobre 2019).

Ainsi que l’a relevé Michelle Leighton, Cheffe du service des migrations de main-d’œuvre de l’OIT, « les articles récompensés dans le cadre du concours montrent la complexité des défis à relever pour assurer un recrutement équitable et préparer l’avenir du travail, aussi bien pour les travailleurs migrants que pour leurs communautés d’origine et d’accueil ».

Le concours vise à promouvoir les reportages de qualité sur les questions de migration de main-d’œuvre, a rappelé l’OIT expliquant qu’une couverture équilibrée et éthique peut être très utile pour lutter contre les stéréotypes et les préjugés et pour mettre en évidence la contribution positive des travailleurs migrants à leurs pays d’origine et de destination.

Par ailleurs, il « contribue à la réalisation de plusieurs objectifs du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières et du Pacte Mondial sur les réfugiés, notamment pour améliorer les conditions de travail des travailleurs migrants et en exercer une influence positive sur les discours publics en matière de migration », a ajouté l’OIT.

Soulignons que l’OIT a reçu plus de 292 contributions en provenance de 95 pays.

Adrien Thyg avec CM

LAISSER UN COMMENTAIRE