Livre-témoignage : L’homme de Dieu Martin Essomba vient de publier « Va et raconte ce que j’ai fait pour toi »

0
1088
Martin Tsala Essomba publie « Va et raconte ce que j’ai fait pour toi ».

Martin Tsala Essomba, né dans la région du Centre au Cameroun, est leader de l’église « Temple des Nations » à Asnières-sur-Seine (France). C’est sur instruction divine qu’il a rédigé son témoignage dans le livre Va et raconte ce que j’ai fait pour toi. En tant que docteur de la parole de Dieu, il relate ses années passées au service de Satan par la pratique de la magie, puis sa délivrance des ténèbres par Jésus-Christ. La genèse de cet ouvrage, à l’écriture impeccable et facile à lire, fait état des origines familiales de l’homme de Dieu avant d’introduire le lecteur dans le vif du sujet.

Le jeune Martin n’a pas 17 ans lorsque ses parents sont tués par la sorcellerie familiale, alors que son père était un chrétien pratiquant. Pour venger la mort précoce des siens, il signe depuis le Cameroun un pacte avec le diable par le canal de la représentation à Grenoble en France de la secte satanique « Sakia mouni ». Chemin faisant, il devient un proche collaborateur de Lucifer, représentant de Satan au Cameroun, haut dignitaire du temple satanique situé sous la Grande-Bretagne et responsable d’un projet de destruction de l’Afrique avec une base au Soudan.

Le récit est précis et la vérité saute aux yeux du lecteur. L’auteur ne cache rien de tous ses actes démoniaques de l’époque : assassinats mystiques, sorcellerie, organisation d’accidents, voyages astraux, consommation de chairs et de sang humains liés à des sacrifices… C’est avec connaissance et rigueur qu’il nous parle du satanisme, du péché, des envoûtements et malédictions, de l’ignorance des hommes (« mon peuple est détruit parce qu’il lui manque la connaissance ») et de sa délivrance suivie de sa nouvelle naissance. L’expérience racontée est soutenue par la parole de Dieu…

Du reste, en dépit de ses activités maléfiques, on s’aperçoit que celui qui est devenu serviteur de Dieu à travers le monde était en réalité destiné à faire le bien. Car Dieu avait semble-t-il commencé une œuvre en lui. Le jeune homme qu’il était alors a su ainsi résister au diable en refusant catégoriquement, au péril de sa vie, de livrer en sacrifices humains ses cousins au nombre de douze, réclamés par son supérieur. Et lorsqu’il tombe gravement malade, la médecine, l’animisme et la magie n’ayant pu le sauver, c’est Jésus-Christ en personne qui viendra le rencontrer et le guérir le 22 février 1992. À la suite de ce secours divin, il lui dit « Va et raconte ce que j’ai fait pour toi ».

« Va et raconte ce que j’ai fait pour toi », témoignage de Martin Essomba, Éditions Cana, 177 pages, 10 euros. (www.vimdv.org/ tsalaes@yahoo.fr).

Mito revista cultural n°42 du mois d’avril 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE