Avec son livre « Les langages de la guitare africaine », Olivier « Mahop » Marchand confirme son rang parmi les meilleurs disciples de la musique africaine

0
834
Olivier "Mahop" Marchand.

L’excellent guitariste français Olivier « Mahop » Marchand est notre figure de proue de la  littérature musicale africaine de cette année 2017. La sortie de son livre + CD aux éditions Play-Music est un exploit rare.

Vous allez adorer vous plonger dans l’histoire de la musique africaine  et l’écoute  des  différents styles de guitare qui ont émergé depuis les temps anciens (« Tango ya ba Wendo ») . Savourez les airs originaux de grands auteurs nigérians, ghanéens, camerounais, congolais, mandingues…

Dans son livre et son CD, Olivier « Mahop » Marchand apporte l’éclairage sur la guitare électrique, cet instrument qui continue de rassembler les audiences africaines et occidentales. Les approches distinctives de la guitare à travers l’Afrique permettent d’apprécier la diversité musicale du continent ainsi que les grands changements apparus au cours du dernier siècle. Tout comme il fait le point sur la situation actuelle de la musique du continent.

En effet, après avoir influencé les musiques des Amériques (blues, jazz, tango…) et des îles de la Caraïbe (biguine, son cubain…), la musique africaine occupe depuis plus de 50 ans une place prépondérante dans le paysage des musiques actuelles. Avec des styles très variés et un répertoire qui se renouvelle sans cesse, elle est le fruit d’une fusion et d’une auto-hybridation entre les musiques traditionnelles et les musiques d’importation… elles-mêmes d’inspiration africaine.

La technique instrumentale, elle aussi, s’est enrichie au contact de ce brassage où tradition et modernité coexistent harmonieusement, et la guitare, qu’elle soit électrique ou acoustique, y joue évidemment un rôle central, voire essentiel.

Ainsi, cet ouvrage vous emmènera au gré des chapitres vers différentes destinations musicales de l’Afrique subsaharienne et de la côte ouest, vous faisant du même coup découvrir la richesse des principaux rythmes populaires ayant émergé depuis la fin de la période coloniale jusqu’à nos jours. Au détour de multiples exemples, vous aborderez ainsi le maringa (ou palm wine music), le highlife, l’afro-beat, mais aussi les musiques congolaises (rumba, soukouss, ndombolo…), camerounaises (ambassbey, makossa, assiko, atoulbaka, bikutsi…), mandingues, maliennes, sud-africaines (marabi, mbaqanga…) et bien d’autres pistes encore. Le CD MP3, qui accompagne cet ouvrage, permet d’entendre l’ensemble des exemples musicaux qu’il contient, mais permet aussi de jouer ici ou là sur des playbacks composés de plusieurs parties de guitare.

Ce qu’il faut savoir d’ Olivier « Mahop » Marchand.

​Né à Paris, Olivier Marchand, dit « Mahop » traduit la mixité culturelle qu’il partage avec le Cameroun et l’Afrique depuis le début de sa carrière musicale. Guitariste gaucher, fan de Jimi Hendrix et de Paul Mc McCartney, le blues et le rock l’attirent enfant vers la musique américaine et anglaise qu’il apprend en autodidacte. La découverte de Django Reinhardt et Charly Christian dans la discothèque familiale l’incite à étudier le jazz et suivre une formation musicale. L’Afrique et sa culture vont changer sa destinée et lui révéler son goût pour l’aventure en lui apportant l’originalité artistique qu’il recherche.

Il rencontre en 1984 Tokoto Ashanty dont il devient le guitariste et chef d’orchestre. Cette collaboration va l’amener progressivement à abandonner une carrière toute tracée de statisticien et d’ informaticien pour une carrière d’artiste musicien interprète, chef d’orchestre, compositeur arrangeur, improvisateur de musique de jazz, pédagogue et musicologue dans le domaines des musiques africaines actuelles, ultramarines et de l’Océan indien.

Il transpose à la guitare les modes jeu de certains instruments traditionnels (cora, balafon, mvet, ngoni, likembe,…) pour élargir son langage guitaristique, étudie les rythmes populaires de l’Afrique au contact des grands maîtres africains de la guitare. l’étude de la guitare classique et des musiques traditionnelles de l’Afrique. Etudie depuis 2009 la guitare flamenca avec Claude Worms à la maison des cultures du Monde de Ris Orangis.  Musicien éclectique, il collabore dans des projets très variés allant des musiques traditionnelles africaines aux musiques actuelles (Rock, folk, jazz, hip hop, chanson française etc…). Il rejoint l’orchestre « Soul Makossa Gang » à l’occasion de la tournée mondiale couvrant les 80 ans de Manu Dibango marquée notamment par le concert à l’Olympia en mars 2014.

Depuis 2017, il intègre le collectif Parisien de 11 musiciens spécialistes en groove et sonorités Afro beat , Afro funk & Ethiopic , Les Frères SMITH.

Quelques figures avec lesquelles Olivier a collaboré (parmi plus de 300): Manu Dibango, Monique Seka, Amy Koïta, Sam Mangwana, Nzongo Soul, Mariana Ramos, Michelino Mavatiku, Roger Kom, Sissy Dipoko, André Marie Tala, Henri Dikongue, Aïsha Kone, Rachel Tchoungi, Toure Kunda, Georges Momboye, Jean Bikoko, Tom Diakite, Joelle Esso, Pierre Didi Tchakounte.

Il a également collaboré avec Ousmane Kouyate, Koffi Olomide, Cheick Tidiane Seck, Kristo Numpuby, Bebe Manga, Pablo Master,Céli Bitshou (Ok Jazz), Queen Eteme, Lucky Zebila, Manuel Wandji, Papa Noel Nedule, Gasandji, Emilio Bissaya, Jackson Babingui, Richard Epesse, Paula Ajala King, Zao, Valérie Belinga, Emile Abossolo Mbo, les frères Makouaya, Sallè John, Zalyka, Georges Seba, Les jumeaux Masao, Dino Vangu, Diho Highman, Jean-Marie Bolanassa, Célia Johnson, etc…

Pratique : Livre+CD « Les langages de la guitare africaine » disponible aux éditions Play-Music (Publishing) , Amazon, All Music…- Contact auteur : mahopmarchand@hotmail.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE