Livre : «La femme congolaise et la défense de la nation», une publication d’Aline Olga Lonzaniabeka

0
668

«Ce livre est l’aboutissement d’une longue réflexion et d’une recherche approfondie sur la condition et le devenir de la femme au sein des Forces Armées Congolaises. Il analyse, textes à l’appui, le processus d’intégration de la femme dans la force publique au Congo et montre que son engagement, aux côtés de l’homme, trouve des exemples dans l’histoire universelle. Consciente du rôle qu’elle est susceptible de jouer dans la marche du Congo vers son accomplissement, la femme congolaise se joint à l’homme pour se placer aux avants postes de la nation», peut-on lire sur la quatrième de couverture de l’essai publié aux éditions Hémar par l’officier Aline Olga Lonzaniabeka.  

Au cours de la cérémonie de présentation dédicace organisée, le 3 janvier 2018, l’auteure a expliqué que ce livre était le fruit d’une réflexion, de son expérience dans l’armée et en tant que militaire. Elle a ajouté que ce livre a été suscité par le directeur de éditions Hémar aux lendemains de sa soutenance à l’Ecole Supérieure de Gestion et d’Administration des Entreprises (ESGAE).

Elle a ajouté que cela faisait quarante ans depuis que la femme militaire était progressivement intégrée. Aujourd’hui, elle a évolué. Elle a appris par ses propres efforts. Ces femmes sont nombreuses à occuper des postes de responsabilités, avec l’encadrement de la hiérarchie qui donne assez de possibilité aux femmes dans l’armée.  Pour cela, Il faut de la compétence, de diplôme pour un tel galon.

Cette cérémonie était placée sous le parrainage de la ministre de la femme et de l’intégration de la femme au développement, Inès Bertille Nefer Ingani en présence de Rosalie Kama Nyamayoua, ancienne ministre et actuelle ambassadeur du Congo à Cuba et de plusieurs invités. Pour la ministre, cette première œuvre par une femme des Forces Armées Congolaise est une preuve de l’engagement des femmes dans l’armée ayant choisi d’accompagner le Chef de l’Etat. Elle a estimé que ce livre du lieutenant-colonel Lonzaniabeka est le premier du genre dans le domaine de l’armée.

Il constitue une preuve de la volonté des femmes qui ont choisi par vocation le métier des armes. Les femmes congolaises ont toute leur place dans le domaine de la défense et de la sécurité au même titre que celles du monde entier évoluant dans les autres secteurs d’activités. Partout dans le monde, a signifié la ministre, les femmes se mobilisent, elles prennent conscience du fait que le moment est venu pour s’affirmer là où elles sont par la compétence et le mérite.

La ministre Ingani a aussi rappelé aux hautes autorités militaires qu’à l’occasion de la célébration de la journée internationale de la femme, le 8 mars dernier, quarante-trois ans après l’intégration des femmes dans la force publique, une de leurs doléances était de voir une ou plusieurs d’entre-elles nommées au grade de général.

La lecture critique de cette œuvre a été assurée par le général Prosper Nkonta, Chef d’État-Major particulier du Premier ministre. Selon lui, ce livre offre à l’auteure une certaine liberté et ouvre un débat sur un sujet qui doit être mais qu’il mérite d’être poursuivie et documenté. Il a également fait savoir que les femmes ne peuvent pas occuper tous les postes dans l’armée, à cause de leur devoir de procréation.

Que peut-on dire de l’œuvre ?

Le livre affiche une image de l’auteure, en action. Il est préfacé par le général Norbert Dabira. Il est dédié à ses parents Félix Lonzaniabeka et Henriette Ngala. Le préfacier écrit qu’il  reconnait un triple mérite à l’ouvrage du lieutenant-colonel, à savoir, il est bien documenté et que l’auteur fait recours à sa propre expérience de soldat et d’officier dès que la documentation fait défaut ; c’est un ouvrage qui fait preuve de précision et de rigueur quant à l’histoire du Congo et des Forces Armées Congolaises et qu’il est l’œuvre d’une femme qui s’est chargée de parler d’autres femmes dans la proximité de leurs visions et de leurs destins.

Dans l’introduction, Aline Olga Lonzaniabeka renseigne que cela fait quarante et un ans depuis que le premier contingent des femmes est enregistré dans les Forces Armées Congolaises.

Cette œuvre de 144 pages est divisée en deux parties bien distinctes. La première partie intitulée «Contexte social, historique et historique» repose sur trois chapitres et est subdivisée en cinq chapitres et une annexe constituée d’illustrations de femmes dans l’armée congolaise, de décisions portant incorporation de recrues de la classe 1974 ainsi que des Appelés de la classe 1975 et le décret 75/328 du 14/7/75 fixant les diverses indemnités allouées aux militaires. Elle n’a pas oublié les deux hymnes nationaux que le Congo a connus depuis l’indépendance, à savoir La Congolaise et Les trois glorieuses.

La première partie est intitulée «Contexte social, historique et politiques». La seconde porte le titre de «Problèmes, perspectives et suggestions».

Qui est Aline Olga Lonzanabéka ? 

Officier d’administration ayant reçu une formation initiale d’officier à l’académie militaire Marien-Ngouabi, elle a fait partie de la première promotion ayant en son sein le personnel féminin dénommée « Promotion commandant Essongo 1998-2001 ». Elle est titulaire d’une licence d’études supérieures de l’administration et des entreprises obtenue au Sénégal. Elle est en service à la Maison militaire du président de la République.

L’ouvrage « La femme congolaise et la défense de la nation » est sa première œuvre.

LAISSER UN COMMENTAIRE