Livre : Benoit Moundele Ngollo signe «Les vautours ou charognards de la republique populaire de lokuta capitale mbongwana»

0
499
Benoit Moundele Ngollo et son livre "Les vautours ou charognards de la République populaire de Lokuta capitale Mbongwana".

L’écrivain congolais, Benoît Moundélé Ngollo, a présenté et dédicacé, le 25 août 2017 à Brazzaville, son nouveal ouvrage intitulé «Les vautours ou charognards de la République populaire de Lokuta capitale Mbongwana» et sous-titré «Des néologismes qui peuvent enrichir la langue française» aux éditions «Les Impliqués Editeur».

Cet ouvrage repose sur 95 pages et comporte 9 textes, parmi lesquels «La familiocratie», «La mangeocratie ou la ventrologie», «La sexocratie», «La griocratie» et «L’incivismocratie», des néologismes introduits par l’auteur pour déplorer sinon dénoncer le comportement des Hommes dans la «République de Lokuta capitale Mbongwana» dans la gestion de leur pays.

Le critique littéraire Kadima Nzuji a procédé à la traduction en français des vocables «Lokuta et  Mbongwana». «Si lokuta signifie mensonge, Mbongwana, quant à lui, veut dire changement».

A son avis, à la lecture de ce livre, il se dégage que le mensonge apparaît comme moyen ou un instrument de gouvernance dans la république imaginée par l’auteur qui recourt à la dérision, sa marque de fabrique, pour mettre en lumière les pratiques déviantes.

Pour lui, l’auteur appelle au changement de comportements et de mentalités,  qualifiant l’ouvrage présenté d’un livre d’espoir, parce qu’il invite le lecteur à combattre les pessimismes.

L’écrivain et éditeur Ramsès Mbongolo qui en a assuré la lecture critique, «Les vautours ou charognards de la République populaire de Lokuta capitale Mbongwana» est un recueil qui s’inscrit dans la pure tradition de l’essai.

Partant de l’illustration de la première de couverture qui représente des vautours, il a assimilé ces oiseaux voraces aux «personnes sans scrupules qui profitent des malheurs d’autrui» et, selon le contexte de l’auteur, «dévorent sans vergogne leur pays qu’ils considèrent comme une charogne».

Abordant la partie des néologismes utilisés par l’écrivain, Ramsès Mbongolo a indiqué que leurs traits distinctifs résident dans leurs significations très péjoratives. Loin de les avoir inventés pour enrichir seulement la langue française, M. Moundélé Ngollo les a forgés en tant qu’éléments d’une mécanique de mesure de la température de la démocratie ou de la santé démocratique en République populaire de Lokuta.

Benoît Moundélé Ngollo est un officier général des forces armées congolaises. Il a exercé plusieurs fonctions militaires. Entre autres fonctions administratives, il a été ministre des travaux publics, administrateur-maire et préfet de Brazzaville. Il est à sa treizième publication en quinze d’exercice littéraire.

LAISSER UN COMMENTAIRE