Littérature : Honneur poétique à Jean- Blaise Bilombo par les écrivains de Brazzaville

0
579

L’association Culture Elongo, le Pen Centre Congo-Brazzaville, la Librairie Les Manguiers, le Forum des Gens de Lettres et MédiAfrique Communication, ont rendu, le 30 août 2019 à Brazzaville, un hommage au poète congolais, Jean-Blaise Bilombo Samba.

Cette rencontre littéraire était placée sur le thème « Poésie, terre d’altérité », une manière de mettre en lumière le parcours de l’auteur et son apport dans la poésie nationale et internationale.   

Présentant l’invité d’honneur, le coordonnateur de la Gourmandise poétique, Florent Sogni Zaou a dit qu’il est Docteur en pharmacie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Fervent acteur culturel, il a développé assez tôt un penchant pour la littérature et singulièrement la poésie.

L’œuvre de Jean Blaise Bilombo Samba tourne autour de quatre sommes poétiques, à savoir, Témoignages en 1976 ; Hors la nuit en 1993 ; Elégies libertaires et Brûleurs d’ombres en 2003. Cet hommage s’est appuyé sur deux communications présentées par Emeraude Nkouka et Rosin Loemba. Des poèmes ont été déclamés à cet effet par trois jeunes gens dont une fille.

Le désir d’écrire et les premiers poèmes datent de 1969 pendant qu’il est au lycée, à la rencontre des poètes de la Pléiade. Il publie des textes dans diverses revues : Cahiers Saint-Germain-des-Prés, la Semaine africaine, Ethiopiques, Peuples noirs, Peuples africains, Europe.

Rapporteur de la commission du cinquantenaire en 2010 et élevé au grade de chevalier dans l’ordre du Mérite  congolais, il est lauréat en 2019 du Prix Mokanda à Paris, au Salon du livre par un jury international présidé par l’écrivain Henri Lopès. En 2016, il est de nouveau élevé au grade de Commandeur dans l’ordre du mérite congolais.  

Le poète Bilombo Samba n’a pas rédigé des centaines d’œuvres mais a particulièrement accroché par ses textes remplis de mélancolie et de plaisir, comme l’a souligné dans son allocution l’écrivain Florent Sogni Zaou.   

Les deux communicateurs Emeraude Nkouka et Rosin Loemba, ont mis en relief la particularité de l’écriture souveraine de l’auteur qui représente un véritable voyage lyrique.  

Florent Sogni Zaou

LAISSER UN COMMENTAIRE