Littérature : Eric Joël Bekale boucle 2019 avec «Sentiments troubles»

0
879
Eric Joël Bekale boucle publie son recueil de poèmes, «Sentiments troubles»

«Sentiments troubles» est un recueil de poèmes de 154 pages. Il est subdivisé en huit parties de plus de soixante-dix textes. Il s’ouvre par une préface portant la signature de Hallnaut Engouang qui affirme, d’entrée de jeu, que «le poète entraine le lecteur à travers le labyrinthe de son imagination, dans lequel la frontière entre le sacré et le profane est tenue, presqu’insaisissable».

Pour lui, Eric Joël Belake n’a épargné aucun thème. Aucune allusion n’est tue même si, par moments,  il faut éclairer l’ombre de la muse pour qu’elle livre le secret. «Au moment où, sur cette page, tu poses tes doigts/Ouvre ton cœur au message qui y fait foi/Ce n’est pas une contrainte ni une obligation/Mais avec mes mots, je te fais une invitation/, écrit l’auteur dans le poème intitulé, Lecteur. Il y invite le lecteur qu’il traite en ami, de le prendre dans ses mains avec tendresse pour l’élever vers le haut avec allégresse.

«De la poésie est le sous-titre de la première partie de ces «Sentiments troubles» avec des titres comme «La poésie», «Ma poésie» et «Poète». Dans le premier titre, il affirme que la poésie est dans l’âme, elle est le miroir de l’esprit, matérialisée par l’imagination.                 

La seconde partie de ce recueil porte le sous-titre de «De la vie et de la mort» et s’appuie sur dix poèmes. Dans les poèmes Fin et Fin II, il écrit : «Le feu s’est éteint entre les pierres/Plus rien ne brûle dans le foyer/La braise s’est endormie pour toujours/Pour s’offrir aux cendres du jour/ et Elle est partie  laide/maigre et sale entre les planches/Sous des bananiers stériles, sans fruits/Sans laisser de souvenirs.

Eric Joël est cet homme qui ne laisse pas de côté son amour pour  ses enfants. Dans les neuf poèmes qui constituent la troisième partie qu’il a intitulée, «A mes enfants», le poète rend en effet hommage à ces enfants qui peuplent le monde et qui sont l’avenir tant du Gabon que de l’Afrique et pourquoi pas du monde. Il l’exprime dans les poèmes titrés, «Fils !», «L’enfant», «Ma fille !», «Me reconnaitras-tu ?», «Je suis un enfant !», «Quand je serai grand ! », «Souvenir d’enfance», «Ma poupée se nomme Ngningone» et «Laissez vivre». Il est indubitable que dans Souvenirs d’enfance, le poète jette un regard sur le passé : «A l’époque où j’étais écolier/J’étais dans une bande de joyeux compagnons/Nous allions souvent au bord de la mer/Où nous ramassions des coquillages/Aux couleurs éclatantes échoués sur la plage/.

«Rites et croyances» est la quatrième partie de ce recueil. Quatorze titres soutiennent cette partie avec des titres comme «Il est minuit» où il déclare : /Il est minuit/Je suis fatigué/Dans ciel devenu ténébreux/La lune brille de mille feux/. Dans « Me ne môme nguê !», il fait passer un message dans sa langue maternelle tandis que dans «Evocation», il sollicite l’assistance de ses ancêtres : /Donnez-moi la force/Donnez-moi la puissance/ Donnez-moi les yeux/ Donnez-moi les oreilles/ Donnez-moi la parole/.

Dans « Supplications», Eric Joël demande la disparition de toutes les saletés qui encombraient le corps d’Egnegue. La croyance en Dieu n’est pas laissée dans l’ombre et il l’exprime dans «Nzame». On peut le découvrir à travers des vers comme : «Nzame, Dieu de mes ancêtres !/Nzame, gardien de nos reliques/ Nzame, Interrogations des Interrogations/Que se passe-t-il ?/.

La cinquième partie porte le sous-titre de «Des moments comme ça». «Moi !» en est le premier titre dans lequel il dit : «Je suis moi/Mon égo est mon double/Mais je ne pourrais être un autre/Car mon ego est moi/Si tu m’aimes, aime moi/Aime moi pour moi/Pour ce que je suis/Aime moi tout simplement/. Cette partie compte treize poèmes.  

«Engagements» est le titre de la sixième partie de ce recueil qui compte cinq poèmes en lien avec sa vision pour la liberté et la dictature. Dans le poème intitulé, « Ah, quel pays !», Eric Joël Bekale souligne que : «Plutôt que d’avancer, il recule/ Plutôt que de marcher, il s’arrête/ Sur la route du progrès, il fait une halte/A l’ombre des arbres dégarnis/Des coiffes verdoyantes décimées/Il soupire…comme fatigué/D’une charge invisible qui le plie/ Ah quel pays !/.

Le poète a intitulé la septième partie, «Villes et terroirs». Il y a logé cinq titres à travers lesquels il vogue entre son Gabon  natal et Paris en France et des villes infernales. Dans ces villes infernales, il affirme : «je l’ai tournée et retournée/je suis entré dans ses taudis/J’ai visité ses foyers et ses lieux/Et je n’ai trouvé que bruit et insalubrité/.

Construite sur quatorze poèmes, la huitième partie de «Sentiments troubles» porte le titre de : « A mes amours». Le sentimental Eric Joël Bekale parle de «la rencontre du troisième type». Dans «Elle m’a dit», il révèle une sorte de déception. /Elle m’a dit ‘’non’’ avec le sourire/Ses lèvres reflétaient le désir/Ses yeux me demandaient d’insister/Et son cœur me demandaient de rester/. D’autres titres comme «Fantasme», «La chevauchée», «La foudre», «Sur la plage», «Arlette», «Ma main», «Trouble», «Ta présence», «Plaisir interdit», «Quand l’amour finit», «Quand tu danses » et «Quand je la vois», ont apporté une forte contribution à l’enrichissement de ce recueil.

Eric Joël Bekale est de nationalité gabonaise. Il est auteur de plus d’une vingtaine de publications. Il a reçu en novembre 2018, le prix Sembene Ousmane pour le roman lors de la 26ème édition de la Journée internationale de l’écrivain africain, à Dakar au Sénégal. Sur le plan professionnel, l’auteur est diplomate de formation et l’écriture est l’une de ses passions.

Florent Sogni Zaou            

LAISSER UN COMMENTAIRE