L’Indice FAO: les prix de la viande globalement inchangés durant le mois d’août

0
517
© Copyright : DR

L’Indice FAO des prix de la viande est resté globalement inchangé pendant le mois d’août, alors que les cotations pour la viande de porc et la viande ovine ont augmenté grâce à des importations conséquentes en provenance de Chine, selon l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

« L’Indice FAO des prix de la viandes atteignait en moyenne 166,3 points en août, soit un niveau quasiment identique à sa valeur révisée pour juillet, mais en baisse de 4,6% par rapport à août 2017 », a indiqué l’agence onusienne notant que cette situation a permis de compenser la baisse des prix de la viande de volaille et de la viande bovine qui était sous pression compte tenu des larges volumes disponibles à l’exportation aux Etats-Unis.

Dans un communiqué, la FAO a également noté que les valeurs de l’indice des prix de la viande de juin et de juillet ont été sensiblement corrigées, attribuant cette variation principalement aux récentes révisions officielles à la baisse du Brésil en ce qui concerne les exportations de viande bovine pour ces deux mois.

S’agissant des hausses des cours de la viande ovine et porcine observées au cours du mois dernier, la FAO a indiqué qu’elles ont été compensées par de légères baisses des prix de la viande de bovins et de volaille.

D’après les chiffres publiés par l’organisation, « les cours de la viande ovine se sont renforcés pour le troisième mois consécutif en raison de la forte demande à l’importation et d’une offre atone en Océanie». Quant à ceux de la viande de porc, ils ont augmenté du fait du fort intérêt de la Chine pour l’importation dans un contexte de réaction assez lente de l’offre en Europe, a-t-elle expliqué.

Enfin, l’agence a indiqué que les importantes disponibilités à l’exportation des États-Unis ont favorisé la faiblesse des prix de la viande porcine, tandis que l’affaiblissement de la demande à l’importation a fait chuter les cours de la viande de volaille.

Martin Kam

LAISSER UN COMMENTAIRE