Les marocains et les minarets mobiles

0
244
Docteur Jaouad Mabrouki2

TRIBUNE. Souvent nous entendons subitement, dans une réunion ou dans le bus ou même dans un bar ou dans un restaurant l’appel à la prière. Non, il ne s’agit pas d’un appel à la prière venant d’une mosquée très proches, mais plutôt d’une sonnerie de téléphone.

Le pire comme il s’agit d’un appel à la prière citant « Dieu est Grand », et par respect, le propriétaire du téléphone n’arrête pas la sonnerie s’il ne peut pas répondre et oblige toute l’assistance à attendre la fin de la sonnerie sans aucun respect pour elle. Je me demande quel respect a cette personne pour les autres et pour l’appel à la prière le transformant ainsi en simple sonnerie?

Pour quelles raisons alors le marocain, fait de l’appel à la prière une sonnerie ?

  1. Montrer qu’il est musulman et fier de l’être

Le musulman peut être fier si son comportement est conforme aux enseignements de l’islam et dont les plus importants sont la tolérance et le respect de l’autre.

2. Faire office de minaret

Par cette sonnerie, le propriétaire substitue le minaret et appelle les gens à la prière ou bien leur rappelle qu’il faut prier. Le pire, est que ce propriétaire même ne se retire pas au moment de la sonnerie pour aller prier. Pourquoi alors vouloir donner des leçons aux autres ?

3. Mettre la technologie au service de l’islam

Les arabes se sentent dévalorisés en utilisant des technologies inventées par « les mécréants » alors qu’ils devraient eux-mêmes être les stars du monde étant donné qu’ils se considèrent comme les préférés de Dieu. Ainsi, ils veulent islamiser la technologie en inventant une sonnerie chantant l’appel à la prière.

4. L’arabe est en conflit avec lui-même

L’arabe est déchiré entre deux courants, tantôt est tiré par la modernité, tantôt par les traditions et il veut avoir les deux à la fois. Ainsi il installe dans le téléphone, symbole de modernité, des brises de ses traditions religieuses avec des sonneries sous forme d’appel à la prière ou du coran ou d’une prière demandant le pardon.

5. L’arabe vit dans la contradiction

À chaque appel à la prière émanant des mosquées, les gens ne s’arrêtent pas pour aller prier, celui qui marche continue sa course, celui qui est dans le café continue de siroter sa boisson et fumer sa cigarette, la circulation dans les routes continue comme si tout le monde était sourd. Entre la conviction religieuse théorique et la pratique, l’arabe constate la contradiction et la non-conformité. Alors pour s’assurer qu’il va bien entendre  et faire entendre aux autres l’appel à la prière, il installe ce dernier comme sonnerie de son téléphone.

6. L’arabe ignore la sacralité de l’appel à la prière et de la parole de Dieu

Si l’arabe honorait sa religion et était bien conscient de la sacralité de l’appel à la prière, il n’aurait jamais pu rabaisser ce sacrement à une quelconque sonnerie de téléphone et il aurait laissé ce bel appel résonner uniquement du haut des minarets.

Docteur Jaouad MABROUKI

Psychiatre, Expert en psychanalyse de la société marocaine et arabe

LAISSER UN COMMENTAIRE