Les marchés mondiaux de céréales poursuivent leur résilience

0
140
L’approvisionnement devrait rester satisfaisant en 2020 et 2021 malgré une légère révision à la baisse des prévisions. DR.

L’ Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a légèrement revu à la baisse ses prévisions concernant la production mondiale de céréales, qui constitue toujours un record historique par rapport à la production de 2019.

En septembre, « les nouvelles prévisions ont été légèrement réduites par rapport à celles du mois précédent et s’établissent à présent à 2.762 millions de tonnes pour 2020, ce qui constitue toujours un record historique et une progression de 2,1% par rapport à la production de l’année précédente », a indiqué l’agence onusienne.

Malgré les révisions à la baisse apportées ce mois-ci à la production et aux stocks, l’organisation assure que l’approvisionnement des marchés de céréales devrait rester satisfaisant en 2020-2021 tandis que les échanges de céréales devraient parallèlement croître au cours de la même période. 

Des évolutions qui rappellent que « les marchés mondiaux de céréales continuent à faire preuve de résilience malgré les difficultés et les incertitudes liées au Covid-19 », fait remarquer la FAO dans un rapport.

Il importe de souligner que la révision à la baisse de la production mondiale de céréales apportée en septembre dernier est attribuée au recul attendu de la production mondiale de céréales secondaires.

En effet, comme cela est relevé dans le bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, la production mondiale de céréales secondaires devrait s’établir à 1.488 millions de tonnes.

L’agence précise qu’ « elle recule de 0,5% depuis le rapport précédent, en raison des conséquences des conditions météorologiques sur les cultures de maïs dans plusieurs pays producteurs importants, qui n’ont été que partiellement compensées par l’amélioration des perspectives concernant l’orge ».

Toujours selon la nouvelle évaluation de la FAO, la production mondiale de blé en 2020 devrait, de son côté, s’établir à 765 millions de tonnes, correspondant à une hausse de près de 0,6%.

Soulignons que « la majeure partie de cette révision à la hausse concerne l’Australie, où les conditions météorologiques favorables qui ont perduré ont permis d’améliorer les perspectives de rendement et de confirmer l’important rebond de la production qui était attendu, après deux récoltes consécutives perturbées par la sécheresse », a précisé la FAO.

Quant à la production mondiale de riz, « les prévisions de la FAO en 2020 restent pour l’essentiel inchangées depuis septembre. Elles s’établissent à 509,1 millions de tonnes, soit une hausse de 1,6 pour cent en glissement annuel et un nouveau niveau record », a souligné l’organisation onusienne.

Dans son rapport, la FAO publie également ses prévisions concernant l’utilisation mondiale de céréales en 2020-2021 qu’elle estime à 2.744 millions de tonnes, soit 2,0% de plus que l’année précédente.

L’agence précise que « plus de la moitié de l’utilisation mondiale des céréales est à mettre au compte de celle des céréales secondaires, qui devrait à présent atteindre 1.477 millions de tonnes ». Ce qui représente une progression de 2,9% par rapport au niveau de la campagne précédente.

En raison du la hausse de la consommation en Chine et en Inde, l’utilisation de blé devrait progresser pour s’établir à 757 millions de tonnes et celle du riz devrait atteindre le nouveau chiffre record de 510,5 millions de tonnes.

En baisse de 0,7% par rapport aux prévisions de septembre, mais toujours en progression de 1,9% par rapport à leur niveau d’ouverture, les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2021 sont maintenant estimés à 890 millions de tonnes.

« Un niveau record porté par la croissance des stocks de blé en Chine », précise l’agence. Ainsi, selon les analyses des économistes de l’organisation, « si les nouvelles prévisions se confirment, le rapport stocks-utilisation des céréales au niveau mondial en 2020-2021 sera de 31,6%, en léger retrait par rapport au chiffre de 2019-2020, mais cela constitue un niveau toujours relativement élevé d’un point de vue historique », souligne la FAO dans un communiqué.

Sur un autre registre, l’agence onusienne relève également que « les échanges mondiaux de céréales devraient eux aussi atteindre un record historique en 2020-2021 avec 448 millions de tonnes, ce qui représente une hausse de 2,4 pour cent par rapport à l’année précédente et une valeur supérieure à ce qui avait été prévu par la FAO en septembre.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE