Les gouverneurs des banques centrales arabes plaident pour l’inclusion financière

Soutenir l'usage des nouvelles technologies

0
692

Le Conseil des gouverneurs des banques centrales et des institutions monétaires arabes a appelé les pays membres à soutenir l’accès de tous les segments de la société, en particulier les jeunes, les femmes, les entrepreneurs ainsi que les micro, petites et moyennes entreprises aux services financiers.

Le Conseil a ainsi insisté sur la nécessité d’« améliorer leur accès à des services et produits financiers adaptés à leurs besoins, dans des conditions raisonnables, tout en protégeant leurs droits, en renforçant leurs connaissances et en les sensibilisant aux questions financières afin de leur permettre de prendre les bonnes décisions en matière d’investissement ». 

S’exprimant à l’occasion de la Journée arabe de l’inclusion financière, célébrée le 27 avril de chaque année depuis 2016, le Conseil a également appelé à promouvoir l’usage des nouvelles technologies financières pour le renforcement de l’inclusion financière et à diffuser la culture de la finance responsable dans le secteur bancaire. 

A cet effet, il a insisté sur l’importance croissante des technologies modernes dans le secteur financier et bancaire et l’expansion rapide de l’industrie de ces technologies et des services connexes dans le monde entier. 

Saisissant cette occasion, le Conseil a en outre rappelé « les grandes opportunités qu’elles offrent pour améliorer l’efficacité des opérations financières et bancaires, en particulier l’accès au financement et aux services financiers et la promotion de l’entrepreneuriat », peut-on lire dans un communiqué conjoint avec le Fonds monétaire arabe et Bank Al-Maghrib. 

Dans ce contexte, il a félicité le Fonds monétaire arabe pour la mise en place du groupe de travail régional sur les technologies financières modernes. Lequel est chargé d’examiner les questions liées aux technologies financières modernes, de consulter et d’échanger les expériences et l’expertise en la matière et de développer des visions destinées à activer et organiser le fonctionnement de ces technologies dans les pays arabes. 

Dans son appel, le Conseil a, par ailleurs, appelé les pays membres à mettre en œuvre des activités visant à promouvoir et à mettre en exergue la vision de l’inclusion financière et ses objectifs. 

Conscient des potentialités importantes qu’offre l’inclusion financière pour soutenir un développement économique durable et inclusif et pour relever les défis du chômage et de la justice sociale, il a insisté sur la nécessité de sensibiliser davantage toutes les parties prenantes dans les pays arabes sur l’importance de l’inclusion financière et de ses axes. 

Dans ce communiqué, le Conseil a affirmé mettre l’accent sur l’importance de toutes les questions relatives à cette question dans les pays arabes. 

Dans ce sens, « il a encouragé les diverses activités et initiatives prises en collaboration avec les institutions régionales et internationales concernées, et qui ont abouti au lancement par le Fonds monétaire arabe, en concertation avec un certain nombre d’institutions régionales et internationales et sous les auspices du Conseil, de l’Initiative régionale pour le renforcement de l’inclusion financière dans les pays arabes (FIARI) », indique-t-on de  même source. 

Selon le Conseil, « cette initiative vise à renforcer les capacités et les moyens permettant de surmonter les obstacles qui entravent l’amélioration des indicateurs d’inclusion financière dans les pays arabes ». 

Saluant le travail réalisé dans le cadre de cette initiative, à savoir l’élaboration d’un modèle exhaustif des enquêtes statistiques en vue de définir les paramètres des demandes de services financiers, il a encouragé les pays arabes à adopter ce modèle. 

Il a soutenu que cela contribuera à améliorer les indicateurs d’inclusion financière et à élaborer des politiques et des stratégies appropriées. 

A noter que la journée arabe de l’inclusion financière avait cette année pour  thème : « L’inclusion financière pour un développement durable » et qu’à cette occasion, le Conseil a exprimé son soutien aux efforts déployés par la communauté internationale, notamment le G20, qui a fait de l’inclusion financière l’un des principaux axes du programme de développement économique et financier.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE