Les cours mondiaux des céréales en hausse

Les prix internationaux du riz se sont contractés pour le sixième mois consécutif

0
781
DR.

Les cours mondiaux des céréales ont connu une hausse en décembre 2018, selon les derniers chiffres publiés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). 

En effet, d’après l’agence onusienne, l’Indice FAO des prix des céréales s’est établi en moyenne à 167,1 points en décembre, ce qui correspond à une hausse de 3,0 points, soit une augmentation de 1,8% par rapport à novembre et de 9,6% par rapport à décembre 2017. 

« Les prix du blé et du maïs ont également connu une hausse au cours du mois, en raison des mauvaises conditions climatiques dans l’hémisphère Sud, tandis que les prix du riz ont baissé pour le sixième mois consécutif », a indiqué la FAO dans son dernier rapport. 

En ce qui concerne les cours du blé, l’organisation a noté une légère progression en décembre, principalement en raison de craintes liées à la récolte en Argentine, menacée par des pluies qui se produisent au mauvais moment. 

Le resserrement des disponibilités exportables en Fédération de Russie serait aussi derrière cette progression, si l’on en croit la FAO qui estime que la forte concurrence à l’exportation a limité la hausse des prix. 

S’agissant des prix internationaux du maïs, leur hausse serait liée à une demande mondiale soutenue et aux craintes liées aux conditions météorologiques dans l’hémisphère Sud. 

Quant aux prix internationaux du riz, il apparaît qu’ils se sont contractés pour le sixième mois consécutif, « encore une fois sous l’effet de la faible intensité des échanges», a constaté l’organisation. 

D’un point de vue annuel, les données relevées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture font état du recul de la production mondiale de blé et de maïs l’année dernière et d’un probable record du côté des cours du riz. 

D’après les analystes de la FAO, « l’Indice FAO des prix des céréales s’est établi en moyenne à un peu plus de 165 points, soit une hausse de 9,0% par rapport à 2017, mais il reste inférieur de 31% à son niveau record atteint en 2011 ». 

Sur l’ensemble de l’année 2018, le rapport de l’agence fait également remarquer que « la baisse de la production mondiale de blé et de maïs a contribué à l’augmentation des prix en 2018 », alors que l’offre mondiale globale de toutes les principales céréales est restée plus que suffisante et les stocks sont encore élevés, a-t-il relevé. 

Pour rappel, dans ses prévisions pour 2018, l’agence onusienne avait annoncé en décembre dernier que la production mondiale de céréales devrait s’établir à 2,595 milliards de tonnes et qu’elle serait ainsi en légère baisse par rapport aux prévisions du mois de novembre et 2,4% (62,5 millions de tonnes) en dessous du niveau record de l’année dernière. 

En détail, elle avait indiqué que ses prévisions concernant la production mondiale de riz en 2018 restaient globalement stables par rapport à celles du mois de novembre et indiquaient que la production mondiale devrait progresser de 1,3% en glissement annuel, pour réaliser un nouveau record de 513 millions de tonnes. 

S’agissant de la production mondiale de blé, la FAO estimait qu’elle devrait atteindre 725,1 millions de tonnes, soit 2,8 millions de tonnes de moins que ce qu’elle avait projeté un mois plus tôt. 

Quant aux prévisions concernant la production mondiale de maïs, elles devaient demeurer identiques, expliquant que « l’ajustement à la hausse due à des rendements meilleurs que prévus en Ukraine ayant été largement compensé par la baisse des prévisions pour les Etats-Unis ». 

Rappelons aussi que l’indice FAO des prix des produits alimentaires mesure la variation mensuelle des cours internationaux d’un panier de denrées alimentaires.

Comme l’explique l’organisation, il est établi à partir de la moyenne des indices de prix de cinq catégories de produits, pondérés en fonction de la part moyenne à l’exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE