L’école primaire d’Ondebé : trois ans d’existence, toujours dans une excellence !

0
174
PUBLI INFO. Octobre 2013, octobre 2016, trois années se sont écoulées depuis qu’intervenue l’inauguration et la Remise des bâtiments de l’école primaire moderne Ghislain Okemba Nzonga d’Ondebé. Une œuvre grandiose et salvatrice d’un grand homme de cœur, le ministre Jean Dominique Okemba. Depuis cette date, une rupture du vide scolaire dans cette localité grâce à cette école moderne avec les nouvelles marques par la pédagogie.
 
Depuis son inauguration et sa remise aux autorités de l’enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, l’école primaire Ghislain Okemba Nzonga ne cesse d’émerveiller plus d’un congolais, avec son maintien dans un état de propriété sans précédent.  
Sortie d’une bourgade et enfouit dans une forêt, cette école primaire moderne, aux normes occidentales, reste la fierté d’un homme digne de ce village qui, servi de son propre exemple, a bien voulu épargner les enfants du terroir de cette souffrance scolaire qu’il a enduré pendant son enfance.
Cette école qui est un symbole d’une volonté de réussite et de bon encadrement scolaire et éducatif, sans oublier socio-sanitaire, revêt d’une importance capitale pour notre pays et aussi nos enfants.
Sa Genèse
« L’existence précède l’essence », disait Paul Sartre. Ayant vécu une enfance scolaire aussi soit elle, en parcourant plus de 7 Km aller comme retour, dans des conditions aussi pénibles, d’embuches accompagnées des moments de peur et face à ces souvenirs maussades teintés d’amertume, que le Ministre Jean Dominique Okemba, un acteur, un pourvoyeur et un père qui se souci de la réussite de ses enfants, grâce à qui tout ce qui se voit et qui se vit fait désormais l’affut d’un souvenir identitaire et d’un amour largement partagé, a bien voulu transformer en acte ce qui était hier, une préoccupation majeure. La construction avec de fonds propres cette école primaire moderne aux allures d’une école occidentales lui  fait rentrer dans l’univers des grands bâtisseurs, parmi lesquels, le président Denis Sassou N’Guesso.
En effet, Jean Dominique Okemba, natif d’Ondebé et ayant connu un parcours particulièrement difficile pour son éducation, sa formation, ayant parcouru des kilomètres, a choisi d’éviter à ces jeunes compatriotes le risque et aussi de se trouver désorienter par rapport à leur avenir et de bâtir dans cet extraordinaire site au milieu de la forêt une école moderne avec de différentes structures lui envieraient certains établissements d’enseignement qui se trouvent dans nos grandes villes.
Le ministre Jean Dominique Okemba, plutôt un philanthrope, diraient les uns, humanistes, diraient les autres, sensé et instinctif à la réussite des jeunes, a été animé par cette volonté de voir les enfants de son village jouir d’une bonne éducation et scolarité qui s’adaptent au temps moderne. Jean Dominique Okemba est cette personnalité prompte à aménager la logique-réalisme.
Ce village, hier dans les tiroirs des oubliettes, est devenu une référence de l’excellence en matière d’éducation et santé. Depuis trois, ce village et cette école Ghislain Okemba Nzonga d’Ondebé se comptent dans la nouvelle donne pédagogique et socio sanitaire à jamais incarné par l’un des leurs digne fils, à l’occurrence de Jean Dominique Okemba.
L’école aux normes modernes
Construite en plein forêt à 7 Km d’Edou, l’école Ghislain Okemba Nzonga traduit la volonté d’uen personne qui veut la réussite des enfants aussi bien de son coin que du Congo. Avec ses fonds propres, Jean Dominique Okemba a concrétisé son rêve, celui de voir les enfants du village Ondebé sortir d’isolement scolaire et mettre fin à cette vie misérable et minable. L’école contient des bâtiments destinés aux écoles et logements des enseignants, aux dispensaires et logement des infirmiers. Tous ceux-ci sont, depuis octobre 2013, le patrimoine national du système éducatif et santé de notre pays.
En construisant cette école et en la remettant à l’Etat Congolais, Jean Dominique Okemba fait montre de sa générosité, son humanisme, sa reconnaissance, sa bonté, mais surtout parce qu’il a compris qu’on ne peut réellement parler de développement que  si on (les congolais) multiplie ces genres d’initiatives  afin d’enrayer la déscolarisation dans notre pays de façon à atteindre un taux de scolarité de 100%.
Ainsi, ayant un souci profond, teinté d’un souhait de la réussite des enfants par l’effort bien orienté et bien structuré à partir de l’encadrement pédagogique, Jean Dominique Okemba ne pouvait nullement être indifférent des souffrances des enfants de ce village qui l’a vu grandir.
« Le Ministre Jean Dominique Okemba vient de nous libérer de cette servitude pouvait entendre dans la bouche du chef du village ». Ces paroles du Chef du village ne sont pas flatteurs, ni vaines, mais, elles traduisent la sincérité et l’attachement avec lesquels, tous les fils et filles du village d’Ondebé éprouvent suite à la construction de cette joyaux édifice, car peu avant la construction et l’inauguration de cette école, ils étaient écœuré de voir leurs enfants laissés pour compte.
D’aucuns diront que Jean Dominique Okemba sur les traces du président Denis Sassou N’Guesso quant à l’intérêt accordé sur l’éducation des enfants.
Jean Dominique Okemba, un homme de cœur
« Je réalise le chemin parcouru par un enfant de ces terres et qui aurait pu ne pas aller à l’école au regard de son éloignement et les risques que les parents et l’enfant devaient assumer en ce temps-là, » déclara Jean Dominique Okemba, il y a trois ans passé.  Telles sont les paroles d’un homme qui, au-delà des considérations aussi erronées qu’elles soient, a un cœur de compassion et une volonté de partager qui, en fait,  est une disposition de cœur et non nécessairement de l’abondance des biens, sinon, tous ceux qui sont comme lui l’auraient fait aussi.
L’acte qu’a posé le ministre Jean Dominique Okemba rendre non seulement de ses souvenirs d’enfance, mais aussi exprimé l’attention particulière qu’il accorde aux orientations du président Denis Sassou N’Guesso et à l’exécution de vision celle de mettre tous les enfants dans de bonnes conditions d’apprentissage et de l’éducation des enfants, un enjeu principal et prioritaire pour  accélérer le développement et le modernisme de notre pays.
Le souhait ardu d’un homme
Jean Dominique Okemba, un homme versé dans une attitude profondément altruiste, généreuse, vertueuse et chargée d’humanité a eu à poser un acte pour lequel personne ne pourra l’oublier. Animé par un esprit d’humilité, le ministre Jean Dominique Okemba pense que moderniser le Congo, c’est augmenter  et mieux équiper les structures éducatives. Il pense encourager les siens dans cet élan aussi salvateur, combien humanitaire. Sur ce, il suggère à «  l’institutionnalisation et à l’organisation chaque année, en prélude de la rentrée scolaire au primaire, de la journée nationale de solidarité pour l’école. Une façon de de demander à chaque congolais adulte de consacrer une journée dans l’année à son école primaire afin d’apporter, de concert avec ses condisciples d’antan, un peu de leur temps, un peu de leur esprit d’innovation, d’initiative et d’un peu de leurs ressources. Il pense ainsi qu’on « pourrait solidairement et fraternellement  trouver de réponses aux problèmes de construction ou de réfection des bâtiments, des tables-bancs, d’ouvertures ou de clôtures, d’acquisition de matériels scolaires et pourquoi pas l’octroi de bourses solidaires et communautaires pour l’école aux meilleurs élèves de nos écoles primaires d’antan. Si toute fois elles auraient vécues à l’épreuve du temps. »
 
Une belle idée que les pouvoirs publics peuvent expérimenter afin de promouvoir une école moderne, de qualité et proche des enfants, une façon de contribuer à l’émergence d’un Congo fraternel, harmonieux et prospère.
Loin sans faut à ceux qui pensent et racontent que la construction de cette école moderne est une façon de concurrencer la ville d’Oyo. Bien au contraire, c’est la traduction d’un vœu en acte de voir les enfants de son village étudier dans de bonnes conditions.
Depuis trois ans, grâce à l’école primaire Ghislain Okemba Nzonga, le village d’Ondebé, point d’isolement comme dans un centre urbain…  
Rwanhe Darwin

LAISSER UN COMMENTAIRE